Le patrimoine écrit conservé en Normandie à l’ère du numérique (2018)

par Pascale Mounier ( LASLAR, Université de Caen Normandie)

Programme collaboratif de recherche et de valorisation

Visite du scriptorial d’Avranches – cc by AsMad

La huitième édition du séminaire d’échanges entre les professionnels du livre, des archives et les chercheurs de la région Normandie, « Le Patrimoine écrit conservé en Normandie à l’ère du numérique », s’est tenue le 28 septembre 2018. Cette journée coorganisée par la MRSH de Caen, l’agence Normandie Livre et Lecture, la Direction des Affaires Culturelles de Normandie et les Archives départementales du Calvados a permis la découverte d’une bibliothèque, de fonds et de projets numériques concernant des ressources conservées dans la région. Une audience nombreuse, composée de professionnels de la conservation, d’enseignants-chercheurs et d’ingénieurs de recherche caennais et rouennais et d’étudiants caennais (Master mention MLE parcours « Bibliothèques » et Licence Humanités numériques) et d’un public amateur, a été accueillie à la mairie d’Avranches.

La journée a donné lieu à la présentation du fonds de la bibliothèque du fonds ancien de la BM d’Avranches, ville d’accueil. Les participants ont fait par petits groupes une visite du fonds, exceptionnellement ouvert (contenant 205 manuscrits médiévaux et modernes et 1254 imprimés déposés pour la plupart par l’abbaye du Mont Saint-Michel à la BM après la Révolution), commentée par le responsable. Ils ont pu aussi découvrir ou redécouvrir les richesses du Scriptorial (lieu d’exposition et de valorisation des manuscrits), dont une exposition temporaire présentant une quinzaine de manuscrits produits au Mont (avec 11 prêts faits par la Bnf, sur un total d’une trentaine d’ouvrages produits au Mont conservés ailleurs qu’à la BM d’Avranches). Le responsable du fonds ancien, Stéphane Lecouteux, s’est appuyé sur la base BVMSM pour montrer la nature du fonds. Les encres et les parchemins utilisés du Xe au XIIe siècle récèlent certaines informations sur l’activité des copistes du scriptorium qu’il reste encore à mettre en lumière.

Deux exposés ont mis en avant l’intérêt du traitement numérique des sources écrites. Ils ont porté sur deux ensembles de manuscrits. La BVMSM (Bibliothèque virtuelle du Mont Saint-Michel), inaugurée en avril 2017, recense et décrit (en XML EAD) 1260 volumes d’une bibliothèque ancienne. Les deux cent manuscrits environ produits au Mont sont intégralement numérisés ; pour les imprimés seule la première page est reproduite. L’histoire de la conception de cette base importante par la quantité des ouvrages, présentée par Marie Bisson, conceptrice numérique et membre de l’équipe de chercheurs qui l’alimente, va de l’an 2000 à aujourd’hui. La base, déjà riche en métadonnées, continuera à intégrer les résultats des recherches sur l’analyse matérielle des manuscrits.

La Bibliothèque David Hoüard (Bibliothèque Numérique de droit normand) rassemble environ 70 manuscrits de droit produits en Normandie du XVIe au XVIIIe siècle. Beaucoup de ces manuscrits sont conservés aux AD de Seine-Maritime. La base vise à servir la recherche en histoire de la pensée juridique et à apporter au grand public une possibilité de mieux connaître le droit coutumier normand. Les données sont gérées par une infrastructure permettant l’indexation et l’éditorialisation (Nakala, outil de stockage et d’élaboration des métadonnées, Nakalona, outil d’exposition et de consultation et des données). Raphaëlle Krummeich, conceptrice numérique, a ouvert une réflexion stimulante sur les méthodes et les buts de la valorisation de documents patrimoniaux. Il faut distinguer dans nos pratiques la mise au format informatique du livre, la conservation des produits et les usages que le lecteur peut en faire (les humanités numériques, les humanités numérisées et les humanités du numérique).

D’autres modes de valorisation des ressources ont été évoqués à l’occasion d’un passage en revue de l’actualité des réalisations intéressant les livres, les lieux ou les individus de la région. L’année 2018 a vu en l’occurrence paraître diverses ressources numériques (dont l’édition électronique de la correspondance de Flaubert) et s’organiser plusieurs expositions (dont « 1000 ans de Normandie », exposition itinérante conçue par les AD de la région, lancée à Caen en 2017 et accueillie à Rouen en 2018, et « Pages d’artistes » à la BM de Caen).

Voir le programme de la journée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.