L’immoralisme et la philosophie de l’avenir selon Nietzsche

Le 23 mai 2024, Edouard Jean, doctorant en philosophie de l’université de Caen et professeur agrégé en lycée (ne disposant pas d’un contrat doctoral) a proposé une conférence intitulée « L’immoralisme et la philosophie de l’avenir selon Nietzsche » dans l’amphithéâtre de la MRSH de Caen. Cette intervention entrait dans le cycle régulier de conférences proposées par la très active Société normande de philosophie. Elle s’est déroulée devant un public d’une cinquantaine de personnes composé de doctorants de l’équipe Identité et Subjectivité, d’agrégatifs de la préparation comodale, d’étudiants du master de philosophie, de nombreux collègues de philosophie des lycées de Normandie et de simples amoureux de la philosophie.

Le but de l’exposé d’Edouard Jean fut de clarifier le concept d’« immoraliste » dans la philosophie de Nietzsche depuis une étude systématique des usages du terme rendue maintenant possible grâce à la plateforme Nietzsche source. Bien évidemment, pour Nietzsche l’immoralisme ne peut avoir le sens vulgaire d’un refus de la morale et devient une moralité plus rigoureuse, qui, dans un amour de la vie, surmonte le nihilisme. Il s’agit d’envisager une morale sans Dieu, sans le Dieu du christianisme, car la morale chrétienne est, selon le mot de Nietzsche, la Circée de l’humanité, celle qui transforme les hommes en bêtes. A l’opposé des clichés sur sa philosophie, Nietzsche défend bien la thèse que le christianisme demeure cependant une étape décisive pour l’intériorisation de la vie morale ainsi que pour la spiritualisation des pulsions. Ainsi, contre certaines incompréhensions notoires, Edouard Jean a montré que la philosophie de Nietzsche est tout sauf un hédonisme. Si elle insiste sur « l’ivresse », c’est en faisant de l’ivresse un concept en tant que force créatrice informant le monde, qui interdit justement de se perdre dans la satisfaction de toutes ses pulsions. Comprendre la position de Nietzsche impose de parvenir à tenir ensemble les concepts clés de sa philosophie : l’ivresse, la mort de Dieu, le renversement des valeurs, le surhomme, la volonté de puissance, l’éternel retour. Or, s’il y a beaucoup de créateurs dans la morale chrétienne selon Nietzsche, il s’agit tout de même dans une philosophie du corps de ne pas séparer les forces créatrices du corps et c’est ce qui justifie sa critique de certains théologiens. L’immoralisme prend ainsi une signification dynamique et positive de création de valeur, notamment dans Humain trop humain et Le gai savoir, et c’est pourquoi pour surmonter une morale figée qui ignore l’historicité de ses inventions, il faut une autre morale, celle issue d’un nihilisme actif créant des valeurs, c’est-à-dire rendant leur vie et leur devenir aux valeurs. C’est pourquoi l’immoralisme, ce n’est pas la facilité d’une dénonciation généralisée des morales dans un relativisme confortable de libre-penseur athée banalisant le mal, mais c’est l’exigence morale la plus rigoureuse et la plus difficile, celle qui veut l’éternité dans le temps, à travers lui et non en dépit de lui. Cet exposé magistral, qui s’est appuyé sur le renouveau des études nietzschéenne en France, mais également en Europe et notamment en Allemagne, a permis de préciser la lecture de Nietzsche par un strict retour aux textes, par-delà les lieux communs accablants sur Nietzsche. Il a pu donner à penser ce qu’était un rapport vivant aux valeurs. Seul un tel renversement permet de se libérer, comme disait Nietzsche, des bavards de la morale et de l’anti-morale d’hier et d’aujourd’hui.

Emmanuel Houset
Identité et subjectivité
Université de Caen Normandie



Citer ce billet
Emmanuel Housset (2024, 5 juin). L’immoralisme et la philosophie de l’avenir selon Nietzsche. Le carnet de la MRSH. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rit

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search