L’esthétique de la réception

Pour la dernière séance de l’année, Jean-François Castille (LASLAR) proposait une communication sur la théorie et l’esthétique de la réception, qui s’inscrivait dans la lignée des travaux de PhiLiA depuis plusieurs années, en particulier la conférence de Vincent Jouve sur la lecture en octobre 2020, et la conférence de Patricia-Luce Limido en avril 2022 sur Ingarden.

Triptyque de l’Annonciation, Robert Campin (détail)

Devant quinze étudiants et chercheurs de philosophie, d’anglais, de littérature et de sociologie, Jean-François Castille resitua l’école de Constance (Jauss, Iser) dans le champ d’étude plus large de l’esthétique de la réception (structuralisme de Prague, théories de la lecture d’Eco, Picard ou Charles), en soulignant l’opposition de l’école de Constance à l’esthétique marxiste (Lukacs, Kosik), mais aussi à la thèse herméneutique selon laquelle un sens originaire du texte serait à retrouver (Gadamer). Jean-François Castille centra plus particulièrement son propos sur les travaux de Hans Robert Jauss, en soulignant sa reprise du concept husserlien d’horizon d’attente (« le système de référence objectivement formulable qui, pour chaque œuvre au moment de l’histoire où elle apparaît, résulte de trois facteurs principaux : l’expérience préalable que le public a du genre dont elle relève, la forme et la thématique d’œuvres antérieures dont elle présuppose la connaissance, et l’opposition entre langage poétique et langage pratique, monde imaginaire et réalité quotidienne »), et l’originalité de sa théorie des chaînes de réception pour expliquer l’accès d’une œuvre au rang de chef-d’œuvre, mais aussi la possibilité de sa dévaluation (« l’accueil fait à l’œuvre par ses premiers lecteurs implique un jugement de valeur esthétique, porté par référence à d’autres œuvres lues antérieurement. Cette première appréhension de l’œuvre peut ensuite se développer et s’enrichir de génération en génération, et va constituer une “chaîne de réceptions” qui décidera de l’importance historique de l’œuvre et manifestera son rang dans la hiérarchie esthétique »).

L’intégralité du texte lumineux de Jean-François Castille est publiée sur le carnet hypothèses de PhiLiA. Les discussions, très nourries, portèrent sur le caractère théorique ou concret des premiers lecteurs effectifs (au-delà du lecteur implicite, qui sont les premiers lecteurs pris en compte par l’esthétique de la réception ? Sont-ils des lecteurs d’avant-garde ? des lecteurs cultivés ? des lecteurs-critiques ?), sur les points communs et les différences entre l’école de Constance et les hypothèses anglo-saxonnes (notion goodmanienne d’activation esthétique et compréhension waltonienne des catégories de l’art), sur le risque de dissoudre sous le terme de réception les problèmes distincts de la critique, de la patrimonialisation et de l’ontologie de l’œuvre d’art littéraire, et sur les mérites comparés de l’esthétique de la réception et de l’herméneutique gadamérienne pour comprendre qu’une œuvre littéraire ancienne puisse continuer à être appréciée.



Citer ce billet
Maud Pouradier (2024, 23 avril). L’esthétique de la réception. Le carnet de la MRSH. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9dm

Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search