Le complexe d’Œdipe à la lumière de la clinique contemporaine en psychopathologie

Le Colloque  Le complexe d’Œdipe à la lumière de la clinique contemporaine en psychopathologie : réflexions autour des travaux de Henri Sztulman, s’est tenu le jeudi, 14.03. et vendredi, 15.03.2024 à l’amphi de la Maison de la Recherche et des Sciences de l’Homme de Université de Caen-Normandie. Il a été organisé par Le Professeur Astrid Hirschelmann et Alexandre Ledrait, Maître de Conférences en Psychologie, responsables du Master de psychologie psychodynamique clinique et pathologique (LPCN) avec la contribution des étudiants du Master 1 et 2 de l’Université de Caen Normandie.

Ce colloque a été soutenu par la Communauté urbaine Caen La mer, la Société For Human Consulting, le LPCN et l’UFR de Psychologie et avait pour ambition de fédérer les professionnels et acteurs de terrain et chercheurs nationaux, spécialistes de la psychopathologie, ainsi que les étudiants autour des problématiques et souffrances psychologiques contemporaines et émergeantes.

Environ 150 personnes ont assisté aux communications sur les deux jours. Ce colloque avait pour objectif de provoquer le dialogue autour de l’évolution des modèles théoriques et explications psychanalytiques, mais aussi des nouvelles formes de la psychopathologie autour d’une figure phare de la psychopathologie psychanalytique française, le Professeur Henri Sztulman.

Argumentaire

Ce colloque s’est donné pour ambition d’interroger l’évolution du complexe d’Œdipe dans notre société contemporaine notamment aux travers de ses multiples visages : clinique du passage à l’acte, approche symptomatologique etc.. Si l’universalité du complexe d’Œdipe a pu faire l’objet de controverses, il n’en demeure pas moins qu’il reste considéré comme un organisateur de la vie psychique. En tant que fantasme, celui-ci n’a cessé de se transmettre en subissant les effets de son époque se renouvelant sans cesse en empruntant les codes d’une symptomatologie particulière de son temps. Le symptôme est ainsi considéré en psychopathologie comme une expression individuelle de nos problématiques sociétales et à ce titre, il se modifie aussi en fonction des changements de notre société.

Bénéficiant de la transmission d’Henri Sztulman (psychiatre et psychanalyste, ainsi que Professeur honoraire des Universités en psychopathologie clinique à l’Université Jean Jaurès, Toulouse) qui a accepté d’être le parrain des étudiants du Master 1 et 2 Psychologie psychodynamique clinique et pathologique de l’Université de Caen, celui-ci a occupé la place privilégiée de grand témoin. Au travers la revisite de son œuvre, où dès 1978 il s’interrogeait sur ces questions au travers de son ouvrage Œdipe et psychanalyse d’aujourd’hui ou bien en 1996 avec Les formes contemporaines du malaise dans la civilisation, nous avons écouté ceux qui ont pu bénéficier de son enseignement et qui enseignent à leur tour aujourd’hui à l’Université. Dans ce passage de témoin, les intervenants se sont questionnés autour de ce qui est décrit par certains comme la chute des repères structurants à savoir :

  • L’abolition des limites promulguées par les nouvelles technologies, le virtuel, brouillant les repères entre l’intime et le public et entraînant des mutations sur notre propre rapport au corps, à soi, à l’autre et s’exprimant au travers de la clinique des dépendances et des addictions.
  • L’avènement de pathologies du narcissisme et de l’apparent effacement des structures névrotiques au profit de celles dites limites.
  • La clinique des agirs (addictions, conduites à risque, suicide, violences…) au détriment du travail de pensée.
  • La remise en question de la différence des sexes fondée sur la différence biologique au profit d’une plus grande fluidité d’un genre à l’autre et de l’identité sexuelle, imposant de repenser la différence des sexes à l’œuvre dans le complexe d’œdipe,
  • Le poids des générations par la place centrale qu’occupe l’enfant qui, dans cette vision adultomorphique, se doit d’être autodéterminé sans entrave ou limite jugée coercitive.

Dans un risque d’anachronisme, les cliniques nouvelles des psychoses et des états-limites, ou des problématiques de développement, les lectures œdipiennes suffisent-elles et sont-elles encore pertinentes ? L’enjeu théorique est de savoir si le fonctionnement psychique et le contenu des instances psychiques peuvent évoluer au cours du temps ou ces découvertes psychodynamiques peuvent-elles prétendre à une forme d’intemporalité. Au-delà de l’enjeu de la manifestation de l’œdipe et de la légitimité de ce concept, c’est un enjeu sociétal qui apparaît en filigrane. Comment la loi symbolique et les limites peuvent-elles encore s’inscrire et faire repère ? Où situer la limite entre un Œdipe qui n’a pas joué son rôle organisateur ou des vécus précoces qui n’ont pas permis l’atteinte de l’Œdipe ?

Ce colloque souhaitait discuter et éclairer la clinique des passages à l’acte, des addictions, de l’adolescence et des personnalités limites au travers du fil rouge de l’œuvre d’Henri Sztulman, afin de saisir les lignes de force actuelles qui traversent notre société contemporaine.

Résumé du colloque

Les deux jours du colloque ont permis de discuter des mutations profondes du complexe d’Œdipe et nous amenés à questionner les facteurs à l’origine de ces évolutions. La première matinée a été introduite par deux communications présentées par les étudiants du Master 1 et 2 de psychopathologie clinique pour nous alerter sur les problématiques du pubertaire et de la sexualité chez les jeunes. Ensuite ont été discutés par le Professeur Henri Sztulman, les enjeux individuels et collectifs de crise qui traversent nos sociétés aujourd’hui. Dans l’après-midi, le chercheur du CNRS en sociologie Alain Ehrenberg et le docteur en psychologie Patrick Charrier de la Société For Human Consulting ont analysé l’évolution de la place de la santé mentale et de la demande sociale en matière de soin, ainsi que l’éthique et les pratiques de soin. Enfin, une communication des étudiants et de Jean-Michel Coq, Maître de Conférences en psychopathologie à l’Université de Caen, nous a sensibilisés à la prise en charge de psycho-traumatismes, de vulnérabilités et de violences, problématiques de plus en plus présentes dans notre société et pratique psychologique actuelle. Dans la même lignée, Les Professeurs David Vavassori et Sonia Harrati de l’Université de Toulouse ont présenté leurs travaux de recherche et pratiques actuelles concernant les radicalisations et formes de violences idéologiques, ainsi que les violences conjugales, voire intra-familiales. En fin de matinée, le Professeur Henri Sztulman a présenté sa pratique en tant que psychiatre et psychanalyste auprès de patients souffrant de troubles états limite et notamment d’addiction. L’après-midi a en plus permis d’aborder, grâce aux communications des étudiants le risque suicidaire et avec l’intervention du Docteur Antoine De Vos, pédo-psychiatre à Bayeux d’interroger les formes d’interpellation violente de l’autre des jeunes, et plus précisément, les insultes et les injures. Enfin le colloque, ne pouvait pas se finir sans évoquer aussi les souffrances psychologiques qui se manifestent chez la personne âgée, grâce à l’intervention de José Polars, psychologue psychanalyste de Caen et le Professeur en psychopathologie à l’Université de Lyon, Lydia Fernandez, ainsi qu’une communication des étudiants du Master sur les conflits/crises non dépassés qui s’expriment dans certaines pathologies chez la personne âgée.

La psychopathologie fondée sur les modèles théoriques psychanalytiques, n’est donc pas une spécialité à part ou isolée, mais une spécialité soucieuse de son application concrète centrées sur les besoins des personnes en situation de souffrance. Elle doit rester à l’écoute des formes psychopathologiques émergeantes, souple et innovante dans ses pratiques et rigoureuse dans ses méthodes. Elle s’inscrit résolument dans le lien social, tout comme la majorité des symptômes d’ailleurs qui nous interpellent là où notre société nous oublie, nous blesse et là où elle peut paradoxalement aussi nous entendre. C’est pour toutes ces raisons-là que nous avons interrogé à la fois l’évolution de la théorie freudienne autour de la manière dont le complexe d’Œdipe résonne aujourd’hui, dans le psychisme ou le sujet en construction mais aussi dans l’inconscient collectif, à travers les générations, les cultures et les espaces sociaux. Nous avons ainsi abordé tous ces états limites qui interrogent les frontières entre le normal et le pathologique.

Astrid Hirschelmann
Professeur en psychologie clinique et pathologique
LPCN, UR 7452
Université de Caen Normandie



Citer ce billet
Astrid Hirschelmann (2024, 29 mars). Le complexe d’Œdipe à la lumière de la clinique contemporaine en psychopathologie. Le carnet de la MRSH. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4r7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search