Lettre du DES n° 22

Bonjour et bienvenue dans cette lettre printanière et estivale du Dictionnaire Électronique des Synonymes (DÉS) !

Alors effectivement, elle est bien printanière et estivale car cette lettre sera désormais bi-annuelle. Afin d’offrir un contenu varié et riche tout en s’investissant dans des projets de recherche (dont plusieurs sont relayés dans cette lettre), c’est un choix naturel et logique de passer à ce format. Mais aucune inquiétude sur la continuité de cette lettre, elle perdurera pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour garder le contact avec vous toutes et tous ( plus de 3900 abonnés 🙂 ! ), pour vous remercier encore et encore pour vos retours toujours sympathiques, agréables qui nous remplissent de joie (voir le livre d’or), et enfin pour nous permettre de synthétiser nos derniers travaux afin de vous les présenter et vous donner ainsi, nous l’espérons, l’envie de poursuivre cette lecture.

Dans cette lettre, nous allons aborder plusieurs thèmes : tout d’abord un retour sur l’actualité du dictionnaire depuis décembre dernier (lettre précédente), un passage amusant sur les réponses de synonymie de ChatGPT, un focus sur le verbe AFFECTER, une introduction au projet de recherche sur la visualisation de la polysémie évolutive et nous finirons par la rubrique “Vu ailleurs sur le web”.

Merci infiniment pour votre fidélité et nous vous souhaitons un peu en avance une très belle fin d’année scolaire et d’excellentes vacances d’été !

Image : Matteo Pascale (https://www.blenderkit.com/asset-gallery?query=author_id:17876)

Accès au résumé des lettres n°1 à 19Accès aux lettres n°19 à n°21Vous abonner / désabonner

Actualités autour du DÉS

Rappel des règles pour l’ajout de synonymes

Nous ne rajoutons pas 2 participes passés comme synonymes sauf si l’un des deux est synonyme d’un adjectif. Pourquoi ? parce que ce type d’ajout est redondant : il suffit d’aller cherche la forme verbale correspondante. Dans les dernières propositions reçues, celles sur “tenté synonyme de séduit” et “alloué synonyme de dédié” n’ont pas été ajoutées. Ceci dit, une vérification sur les formes verbales correspondantes a permis de déceler que allouer n’était pas synonyme de dédier. La liaison a donc été ajoutée.

Si un participe passé est synonyme d’un adjectif , il est par contre intéressant d’ajouter la relation et bien sûr cet adjectif pourra être aussi relié à d’autres participes passés synonymes du premier. Par exemple, abandonné avec caduc ou désuet, abasourdi et pantois, aberrant et exagéré, abondant et étoffé, etc.

Nouvelle version du document sur l’insertion des catégories grammaticales

L’insertion des catégories grammaticales dans le DÉS a fait l’objet d’un document de travail, cité dans la lettre N°20 de l’été dernier.
Ce document a depuis été étoffé avec l’ajout de la seconde étape de travail qui s’est déroulée de juin à novembre 2023.

Cette étape est composée de 3 grandes phases :

  • des corrections restantes à réaliser suite à la première étape,
  • l’étude d’un second et ancien jeu de données de l’ATILF (line labo) contenant 49 855 entrées avec les catégories grammaticales,
  • l’étude d’un fichier plus récent (septembre 2023) de l’ATILF de 103 329 lignes.

Ce document de travail est accompagné d’un dépôt git public.

Ce nouveau jeu de données est disponible sur la plate-forme ORTOLANG.

De nouvelles devinettes en ligne !

Les devinettes sur le DÉS, créées en 2021, consistent à trouver un mot, nom, adjectif ou verbe à partir de phrases contenant leurs synonymes. Elles s’enrichissent ce mois ci avec la participation des élèves ingénieures et ingénieurs en 1er année de l’ENSICAEN (promo 1A 2026). Un grand merci pour leur participation ! A vous de jouer maintenant et tenter de deviner le mot recherché 🙂

Nouveau site de blog de Jacques François

Jacques François professeur associé du CRISCO vient de créer un site de blog ou plusieurs articles sont déjà à votre disposition. Nous avons travaillé plusieurs fois ensemble sur le DÉS et parmi les articles qu’il propose vous y trouverez en particulier deux études intitulées “LE GENIE, DES GENIES, DU GENIE … C’EST GENIAL !” et “QUAND LE “FUR” BAT LA “MESURE”.

De belles lectures en perspective 🙂 !

Que nous dit ChatGTP sur le lien entre ENJEU et LOT ?

Dans certains cas, les propositions de synonymie venant de nos fidèles utilisateurs sont dépourvues de contexte ou l’un peut remplacer l’autre. C’est le cas pour une utilisatrice assidue (merci à elle) avec les mots LOT et ENJEU. Or dans la plupart des cas, les propositions des utilisateurs assidus sont très souvent acceptées car elles nous paraissent logiques (et ils sont très forts aussi :)!). Dans ce cas précis, étant indécise et ne trouvant pas de contexte, j’ai demandé à chatGPT son avis.

La même question a été posée 3 fois : “enjeu et lot sont-ils synonymes ? si oui, peux-tu me donner des phrases ou l’un remplace l’autre ?”

Réponse 1 :

  • Enjeu et lot ne sont pas exactement synonymes. L’enjeu se réfère généralement à quelque chose qui peut être gagné ou perdu, comme lors d’une compétition ou d’une situation incertaine. Le lot, en revanche, est un prix qui est attribué dans une loterie ou un tirage au sort. Cependant, dans certains contextes, ils peuvent être utilisés de manière interchangeable. Voici quelques exemples :
    — L’enjeu de cette compétition est un voyage à Paris. — Le lot de cette compétition est un voyage à Paris.
    Dans ces phrases, « enjeu » et « lot » peuvent être échangés sans changer le sens général de la phrase. Cependant, la première phrase implique que le voyage à Paris est quelque chose qui peut être gagné ou perdu, tandis que la deuxième phrase indique plus spécifiquement que le voyage à Paris est un prix qui a été donné. Dans cet exemple, « enjeu » donne un sens d’incertitude ou de risque, et « lot » est plus neutre. Donc, bien qu’ils ne soient pas parfaitement synonymes, dans certains contextes, ils peuvent être utilisés l’un pour l’autre.

Réponse 2:

  • Non, « enjeu » et « lot » ne sont pas des synonymes. Le mot « enjeu » est utilisé pour décrire ce qui peut être gagné ou perdu dans une situation donnée. C’est souvent utilisé dans le contexte des jeux d’argent ou de compétitions, mais peut également être utilisé dans un sens plus large pour décrire les risques ou les récompenses associés à une action ou un investissement. Exemple d’utilisation : « L’enjeu de ce match est énorme, le vainqueur remporte le championnat. ». Le mot « lot » est généralement utilisé pour décrire un prix ou une récompense qui est donnée comme résultat d’une loterie ou d’un tirage au sort. Exemple d’utilisation : « Le lot pour ce tirage au sort est une nouvelle voiture. ». Bien que ces deux mots puissent parfois être utilisés dans des contextes similaires (comme dans une compétition ou un jeu), ils ne sont pas interchangeables et ont des significations distinctes.

Réponse 3 :

  • Enjeu et lot ne sont pas des synonymes. « Enjeu » signifie quelque chose qui est mis en danger, risqué dans une action, une décision. Il suggère une réalité à laquelle on tient et que l’on peut perdre ou gagner selon le résultat d’une situation spécifique. Par exemple, « L’enjeu de cette négociation est très important pour notre société. ». Le mot « lot », d’autre part, a plusieurs significations, dont l’une est un prix ou une récompense que quelqu’un reçoit, généralement par hasard, comme dans une loterie ou un concours. Par exemple, « Il a reçu un lot pour avoir remporté le concours. » Un autre sens de « lot » est une portion ou une part, comme un groupe de biens vendus aux enchères ou affectés à un usage particulier. Les deux mots ne peuvent donc pas être utilisés de manière interchangeable, car ils ont des significations différentes.

Comme vous pouvez le constater, les trois réponses sont différentes : la première favorable à une synonymie contrairement aux deux suivantes qui cependant ne présentent pas les mêmes arguments. Le lien a été ajouté dans le DÉS car la première réponse est pertinente et le contexte donné entre bien dans le cas d’une synonymie large qu’accepte le DÉS.

Focus sur AFFECTER

Spontanément, quand on réfléchit au verbe AFFECTER, on pense à “je suis affectée à tel poste” ou “j’ai été affectée par son attitude dédaigneuse”.
Dans le premier cas, on peut remplacer ce verbe par “je suis assignée ou nommée à tel poste” et pour le second j’ai été chagrinée/affligée/attristée par son attitude dédaigneuse”.

Jacques François dans son ouvrage “Pour une cartographie de la polysémie verbale” étudie la vedette AFFECTER. A l’époque (en 2007) ce verbe a 73 synonymes et 80 cliques. Il compte aujourd’hui 80 synonymes et 92 cliques. Il part de la définition de 7 dictionnaires de référence ( dont entre autres le Trésor de la Langue Française, TLFI et le Dictionnaire LEXIS de La Langue Française) et a séparé les synonymes en 2 catégories : les robustes mentionnés 2 fois ou plus dans les 7 dictionnaires et les fragiles, mentionnés que dans l’un des 7.
Il trouve 44 synonymes fragiles sur 72. Ci-contre la liste des synonymes dans les deux catégories.

Dans nos 2 exemples, AFFECTER dans le sens de ASSIGNER est robuste, AFFECTER dans le sens de ATTRISTER est fragile.

Comment cela se traduit dans le graphe d’adjacence , l’espace sémantique ou dans la nouvelle interface du DES ?


Dans l’espace sémantique, ATTRISTER est à la périphérie du graphique, à gauche, et a une “portée” moindre ( ligne rouge autour) que NOMMER ou ASSIGNER, plus proches du centre (et de la vedette AFFECTER) et avec une portée plus grande.

Ceci dit, le graphe d’adjacence d’AFFECTER nous montre que ATTRISTER (à gauche) a 7 synonymes (en commun avec AFFECTER), NOMMER (en haut) 9 et ASSIGNER ( à droite) 6 (cliquer sur l’image pour agrandir). Même s’il peut manquer des liens, on remarque que ATTRISTER a autant de synonymes en commun avec AFFECTER que NOMMER ou ASSIGNER. Cela explique pourquoi ce sens est souvent utilisé et nous vient à l’esprit spontanément.

Quels sont les autres sens d’AFFECTER ?

Jacques François nous parle de 5 foyers de polysémie : ce sont les synonymes qui sont les plus reliés aux autres synonymes de la vedette :

1 FRAPPER
2 JOUER
3 MONTRER
4 ATTRIBUER
5 NOMMER

Nos 2 exemples ci-dessus entrent dans les foyers 1 et 5.
Pour le foyer 2, nous avons l’exemple suivant : “Paul affecte / joue/ simule la gaieté mais en fait il est soucieux.”
Pour le foyer 3, “Marie affecte / montre / prend/ se donne des airs de vierge effarouchée.”
Pour le foyer 4, “le gouvernement envisage d’affecter / attribuer / appliquer / consacrer / attacher / destiner / imputer une taxe aux spéculations boursières.”

Dans le graphe d’adjacence si nous enlevons les sommets qui ont moins de 9 liens, nous gardons donc les synonymes les plus robustes. Nous retrouvons bien nos 5 foyers et le regroupement de type multilevel donne bien les 3 premiers foyers :

Enfin l’espace sémantique donne bien les 5 foyers. Il montre également un nouveau foyer assez large autour de MARQUER qui est lui-même polysémique car il peut être employé à la fois dans le sens “être marqué/ affecté par l’attitude de quelqu’un” et aussi “la peinture achetée est affectée aux travaux de la chambre / est marquée pour les travaux de la chambre”.

Dans la nouvelle interface du DES, nous avons, une fois la vedette AFFECTER saisie, un menu déroulant : regroupement par synonymes (mode par défaut) ou regroupement par sens. C’est cette option que nous allons explorer.

Dans le regroupement par sens, s’affichent les 92 cliques de synonymes (pour rappel, une clique est un sous-ensemble de synonymes d’AFFECTER tous synonymes entre eux). Nous pouvons ainsi rechercher les synonymes caractérisant les 5 foyers et avoir ainsi d’autres synonymes pour chacun d’entre eux. Par exemple si nous cliquons dans la liste des cliques sur NOMMER (foyer 5), seules les cliques avec ces deux verbes restent à l’écran. Ce qui permet de visualiser tous les autres verbes qui ont le même sens : choisir, désigner …Pour revenir aux 92 cliques de départ il suffit de désélectionner NOMMER en cliquant dessus, et sélectionner à nouveau un autre synonyme. Plusieurs d’entre eux peuvent être choisis en cascade pour obtenir le mot qui nous convient. Ci-dessous nous avons les 5 résultats de cliques pour les 5 foyers :

Visualisation de la polysémie évolutive

Comment lire la sélection de 500 interfaces graphiques des entrées historiques du Trésor de la Langue Française

Le principal objectif du projet de Modélisation Graphique de la Polysémie Évolutive (MGPE : J. François, L. Chardon, J. Reynaud) est de fournir une visualisation de l’échelonnement chronologique des sens successifs des quelque 20 000 vocables polysémiques du français moderne sur la base de leurs entrées « Étymologie et Histoire » dans le TLF informatisé. Le descriptif de la 1ère phase (2020-2023) du projet est consultable à l’adresse https://hal.science/hal-04227851.

Au terme de la phase actuelle (2023-2024) du projet, une sélection de 500 interfaces graphiques accompagnée par le tableau de conversion des données sources a été constituée par Laurette Chardon. Cette sélection repose sur deux critères :

  1. Elle se fonde sur les vocables les plus souvent recherchés dans le Dictionnaire Électronique des Synonymes du CRISCO, dont les infolettres de L. Chardon donnent un aperçu régulier ainsi qu’un document sur les usages du dictionnaire.
  2. Elle se limite à des entrées composées de 3 à 10 rubriques : le seuil inférieur de 3 rubriques se base sur l’intérêt restreint des entrées dont la polysémie évolutive se limite à deux sens parfois étroitement apparentés, et le seuil supérieur de 10 rubriques est dû aux limites du format actuel d’édition du tableau de conversion et de l’interface graphique. La saisie d’écran ci-dessous illustre la dimension maximale du contenu lisible à l’écran dans le format actuel :

En consultant cette entrée sur la page https://crisco3.unicaen.fr/noticestlfi/, on peut, en glissant sur la colonne de droite du tableau, consulter le contenu complet de chaque rubrique.

Le tableau de conversion graphique se compose de quatre colonnes, en premier l’identifiant (colonne Niveaux) de la rubrique, lequel permet de le comparer aisément avec la composition de l’entrée historique sur le site du CNRTL.

Dans la 2ème colonne, on trouve le siècle de première attestation. Cette indication ne figure généralement pas explicitement dans l’entrée historique, elle est calculée à partir de datations plus précises (année, début, milieu ou fin de siècle). La 3ème colonne contient, quand elle figure en italique, la forme sous laquelle le vocable se présente à cette époque ou une collocation, par ex. dans la rubrique 5 : réalisation symbolique. Enfin le reste du contenu de la rubrique (y compris les références) figure dans la 4ème colonne.

L’interface graphique a la forme d’une arborescence disposée dans un cadre orthogonal avec en colonnes les siècles de 1ère attestation et en lignes la succession des rubriques. Ce mode de présentation, testé initialement sur la polysémie du verbe gagner (Cf https://hal.science/hal-04505936v1) a été adopté pour permettre une consultation simultanée de l’interface et du tableau. On notera que le nombre des nœuds dans l’arbre de la polysémie évolutive est généralement supérieur au nombre de rubriques dans le tableau de conversion, car l’arbre inclut des nœuds auxiliaires en cas d’absence dans le tableau d’une rubrique superordonnée.

Ainsi, l’interface graphique de l’adj. nécessaire compte, en plus des neuf nœuds correspondant aux rubriques du tableau, les deux nœuds auxiliaires 1 et 4. En positionnant la souris sur chaque nœud, on fait apparaître la définition correspondante (à moins qu’il n’y en ait pas comme pour le nœud 4.d où l’abréviation « log. » renvoie d’une part à la définition du nœud 4.a « qui ne peut pas ne pas être » et d’autre part au domaine de la logique). Pour les rubriques comportant un ou plusieurs compléments, par ex. 4.a, seule la première définition est retenue :

La phase 3 du projet sera consacrée en priorité aux interfaces des entrées historiques qui comptent un nombre de rubriques supérieur à 10.

Vu ailleurs sur le web

Le rapport au Parlement sur la langue française est paru en mars 2024. C’est un document annuel de référence relative à l’emploi de la langue française qui dresse un panorama des politiques publiques menées en faveur de la langue française comme du plurilinguisme. Il célèbre cette année ses 30 ans. Il est complet et très intéressant. Par exemple, nous y trouvons les chiffres clés de la langue française (cf ci-dessous) et l’ensemble des initiatives réalisées (page 73) comme le dictionnaire des francophones (DDF) ou l’opération “dis-moi dix mots” . Bonne lecture !

Dans la série “Les mots de l’année” , Julie Neveux, linguiste et maîtresse de conférence à Sorbonne Université, décortique dans de courts podcasts de 3 mn, les dix mots de l’année 2023 comme par exemple chatGPT, quoicoubeh, hors-sol ou encore déconstruit .

Post de Marc Lefrançois, Écrivain nous explique sur sa page Linkedin l’origine de certaines expressions comme monter sur ses grands chevaux, tenir la dragée haute ou tenir le haut du pavé



Citer ce billet
Laurette Chardon (2024, 7 juin). Lettre du DES n° 22. Le carnet de la MRSH. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s24

Laurette Chardon

Laurette Chardon est ingénieure de recherche au laboratoire CRISCO

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search