La Mélodie du monde

Mercredi 6 mars 2024, Isabelle Kalinowski (CNRS, UMR Pays germaniques) était l’invitée de PHiLiA pour présenter La Mélodie du monde parue aux éditions de la Philharmonie (coll. « La rue musicale).

Philosophes et sociologues connaissent Isabelle Kalinowski pour ses travaux de traduction et d’édition, notamment de l’œuvre de Max Weber (L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme ; Hindouisme et bouddhisme ; Sociologie des religions ; Le Judaïsme antique en 2010 ; La Domination). Isabelle Kalinowski a également traduit des poètes et écrivains, tels que Heine et Zweig, ou encore les essais esthétiques du philosophe Blumenberg, parus en 2010 sous le titre L’Imitation de la nature.

Franz Boas via Wikipédia (Domaine public)

Ce que l’on sait peut-être moins, en revanche, c’est tout ce que notre connaissance – certes encore relative – de l’anthropologue Franz Boas doit à Isabelle Kalinowksi. En collaboration avec Camille Joseph, Isabelle Kalinowski a publié une anthologie parue en 2017 chez Champs Flammarion, sous le titre Anthropologie amérindienne. Toujours aux côtés de Camille Joseph, elle lui a consacré un essai important :  La Parole inouïe, parue aux éditions Anacharsis en 2022, qui, avec La Mélodie du monde, forme une sorte de diptyque. Ce dernier ouvrage nous ouvre à la constellation des réflexions au sein de ce que d’aucuns ont appelé l’« école berlinoise », autour de ce qui constituait l’objet d’une section que La Parole inouïe consacrait déjà au rapport de Boas à la musique – qu’il appréhendait comme une langue, avec la même rigueur philologique –, rapport qui constitue à nouveau, en un certain sens, la clef de voûte de La Mélodie du monde.

Après une introduction de Florian Villain (organisateur et président de la séance) sur les rapports soupçonneux de la philosophie de la musique à l’ethnomusicologie, Isabelle Kalinowski commença par exposer sa démarche éthique et scientifique. La chercheuse refuse de lire de manière soupçonneuse les initiateurs de l’ethnomusicologie. Dans La Mélodie du monde, elle s’est mise à leur écoute, et eut à cœur de souligner leur très haut degré de réflexivité épistémologie.

Isabelle Kalinowski commença par rappeler les conclusions de La Parole inouïe : dans son travail de recueil des textes amérindiens, Boas fait montre d’une posture anti-herméneutique, et refuse le commentaire. Il s’agit de procéder à une ascèse de l’interprétation. Or c’est dès le stade de la perception et de la transcription que les risques de projection surviennent. Dans un ensemble de quatre articles sur la loi de Weber-Fechner, Boas en arrive à la conclusion qu’il n’est hélas pas possible d’objectiver les paramètres de la perception, car trop de facteurs entrent en ligne de compte. Il faut se tourner vers une forme de phénoménologie. Boas développe une théorie de la « cécité sonore » pour désigner les problèmes de saisie auditive des langues étrangères par les linguistes de terrain. S’ajoutent à cette incapacité de l’oreille adulte à saisir entièrement les sons d’une langue étrangère les projections de l’auditeur pour rendre reconnaissable la parole inouïe. La confrontation à l’altérité sonore produit un désarroi et une anxiété qui provoquent un phénomène puissant de projection. Ce n’est pas une affaire de préjugés, mais de perception, y compris chez ceux qui veulent aller vers l’altérité. Isabelle Kalinowski proposa une comparaison avec le daltonisme : un daltonien n’est pas entièrement aveugle, mais sa vision a des limites. C’est ce que veut dire Boas par l’expression de « cécité sonore ».

Un problème identique se pose avec la perception d’une musique radicalement autre. Boas a en effet abordé le problème de la perception de la langue étrangère comme un problème de perception des sons musicaux. Un même désarroi se produit lorsqu’au tournant des XIXe et XXe siècles, un auteur comme Carl Stumpf (qui fut le professeur de Husserl) entend pour la première fois une musique amérindienne. Isabelle Kalinowski souligna que les pionniers de l’ethnomusicologie s’intéressèrent aux musiques extra-européennes d’abord pour des raisons scientifiques. Ils virent dans ces musiques extra-européennes la possibilité de tester leurs hypothèses sur la perception musicale, et sur l’éventuelle universalité des lois de l’harmonie. Ils en arrivèrent à la conclusion que l’harmonie n’était pas universelle, mais bel et bien construite. Ils poursuivaient ainsi les travaux de Helmholtz, qui était parvenu à la même conclusion.

Isabelle Kalinowski souligna l’importance du phonographe dans ces démarches. Malgré ses défauts (en particulier la brièveté des enregistrements qu’il autorise), le phonographe peut compléter les transcriptions, et palier en partie les problèmes de « cécité sonore » soulignés par Boas (lequel a produit des transcriptions remarquables de musiques amérindiennes).

Carl Stumpf via Wikipédia (Domaine public)

Après une première étape où les pionniers de la « science musicale comparative » (selon l’expression de Stumpf) se focalisèrent principalement sur l’harmonie, se posa pour eux la question du rythme. Les musiques extra-européennes semblaient présenter des rythmes trop complexes pour les transcriptions classiques. A alors émergé l’idée qu’il fallait prendre la voie de la mélodie, laquelle était l’élément le plus accessible pour l’auditeur. Ce déplacement entraîna un grand bouleversement théorique. Malgré leur altérité, ces mélodies présentaient une forme de scansion. On identifiait leur début et leur fin. On pouvait ainsi s’appuyer sur elles pour isoler des séquences rythmiques, au départ confuses pour l’auditeur inhabitué armé seulement de son système de notation occidentale. C’est à ce point théorique qu’apparaît la notion de Gestalt. Selon Isabelle Kalinowski, la théorie de la Gestalt trouve ses racines dans ces réflexions ethnomusicologiques. Elle en eut pour preuve, en particulier, un texte de Max Wertheimer (l’un des fondateurs de la psychologie de la Gestalt) sur la musique de Ceylan – laquelle a pour particularité de n’avoir qu’un ambitus de 2 ou 3 notes. Dans cet article, qui s’oppose à un jugement de Georg Simmel sur la « monotonie » des musiques extra-européennes, Wertheimer explique que la musique de Ceylan ne se répète pas : elle montre une structure close et incessamment variante, qu’on reconnaît à travers ses transformations. Ce texte de Wertheimer sur la musique de Ceylan est bien l’acte de naissance de la psychologie de la Gestalt, selon Isabelle Kalinowski, car le propre de la Gestalt est d’être reconnue comme structure dans son dynamisme.

Quinze personnes étaient venues écouter la chercheuse : des musiciens du Conservatoire de Caen, un docteur en ethnomusicologie, une géographe émérite de l’université de Caen, des enseignants-chercheurs en sociologie et philosophie, et les participants réguliers du séminaire de PhiLiA. Ce public interdisciplinaire réjouit Isabelle Kalinowski, qui répondit avec enthousiasme et générosité aux multiples questions et remarques soulevées. Les musiciens s’intéressèrent plus particulièrement aux problèmes de transcription, et firent des parallèles avec la démarche de Bartók. Au problème de l’absence de hauteur fixe dans les musiques extra-européennes ou non-classiques, s’ajoute la question de savoir comment cela doit sonner. Les philosophes, quant à eux, s’intéressèrent à l’exclusion méthodologique, par Stumpf en particulier, du rôle de la danse dans beaucoup de musiques extra-européennes. Isabelle Kalinowski fit part des travaux de Hornbostel, qui fait l’objet d’un chapitre de La Mélodie du monde. Hornbostel développa en particulier la notion de « danse mélodique » (sous l’influence d’Isadora Duncan), ce qui ne fut pas sans évoquer la séance de PhiLiA durant laquelle Gregory Scott proposa sa théorie de la danse comme melkine. Hornbostel s’intéressa également aux instruments des musiques extra-européennes, et proposa une réflexion organologique d’envergure. Sa démarche n’est pas seulement musicale, mais sociologique. Il arriva en particulier à la conclusion que, pour comprendre l’importance de certains intervalles musicaux, il faut en appeler à des raisons symboliques ou religieuses. Une autre question porta sur l’historicité des musiques extra-européennes, historicité à laquelle Boas est attentif, bien qu’il tende à négliger les transferts culturels en dehors des cultures indiennes. Isabelle Kalinowski souligna enfin la démarche volontairement scientifique, et non esthétique, des pionniers de l’ethnomusicologie. Si ces derniers ont quelque goût pour la musique extra-européenne, ils ne l’évoquent pas.

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université de Caen Normandie

Image du bandeau : Frances Densmore avec le chef Blackpool ors d’une séance d’enregistrement phonographique en 1916 pour le Bureau of American Ethnology.



Citer ce billet
Maud Pouradier (2024, 12 mars). La Mélodie du monde. Le carnet de la MRSH. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w09c

Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/04/2024

    […] Vous pouvez lire le compte rendu de cette conférence, et des discussions, sur le carnet de la MRSH. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search