Écofictions, anthropocène et création artistique

Mercredi 13 décembre, le séminaire PhiLiA et le séminaire Écofictions, anthropocène et création artistique faisaient séance commune à l’amphi de la MRSH autour de Pierre Schoentjes, professeur à l’université de Gand. Étaient réunis des étudiants et des enseignants-chercheurs de philosophie (Identité et Subjectivité), de littérature française et comparée (LASLAR), de littérature hispanophone (LASLAR), de littérature anglophone (ERIBIA), ainsi que des enseignants et étudiants de sociologie (CERREV). Au cours de sa conférence, l’orateur retraça les grandes étapes de l’émergence en France d’une « littérature environnementale » – aujourd’hui en plein essor et reconnue par la critique. Il porta son attention sur les œuvres qui conjuguent intérêt pour la nature et principe de responsabilité.

Schoentjes expliqua d’abord avoir voulu, dans son livre Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (2015), rappeler l’existence de ce corpus et redonner à cette littérature une certaine légitimité, refusée par le monde universitaire français (qui en revanche, au même moment, accueillait très favorablement la critique sociale). Il expliqua quelles sont, selon lui, les raisons principales pour lesquelles l’écocritique n’eut pas en France le même écho qu’en Amérique du nord. Cela ne tient pas en premier lieu au goût français pour l’étude des formes. Évoquant Lawrence Buell, il invita à ne pas opposer systématiquement ecocriticism anglo-saxon et écopoétique à la française. La différence tient d’abord au facteur géographique. L’Américain peut se définir à travers un rapport concret à une nature sauvage. Le Français, lui, se définit bien plus par rapport à une tradition culturelle intellectuelle citadine. La wilderness n’a pas son équivalent en France, où la nature est domestiquée depuis le Moyen-Âge. La différence est ensuite liée au facteur historique. La littérature sous la IIIème République, puis sous Vichy, s’est intéressée aux régions et notamment aux campagnes, mais s’est discréditée par ses compromissions avec le pouvoir. Aux États-Unis, ce sont les progressistes qui, à partir de Kerouac, s’expriment à travers une littérature attentive à la nature qui met en scène des activistes. Notre suspicion liée à la littérature régionaliste n’a pas son équivalent aux États-Unis, où il est légitime de s’afficher en défenseur de l’environnement.

Dans un deuxième temps, Schoentjes évoqua – et parfois s’attarda – sur quelques œuvres du passé qui ont jalonné l’histoire de la littérature environnementale française, sans qu’il y ait pour autant de véritable corpus. Il laissa exprès de côté les « monstres sacrés » (Rousseau, Giono). Il cita ainsi Les Racines du ciel (1956) de Romain Gary et Le Présage (1972) de Pierre Gascar. Ce dernier, doté d’une sensibilité environnementale aiguë, est desservi par son manque de radicalité. Dans les années 1970, l’heure est au militantisme musclé. Mais la revue La Gueule ouverte (1972-1980) n’a pas son équivalent en littérature, alors qu’aux États-Unis paraît Le Gang de la clé à molette (1975) d’Edward Abbey. Selon Schoentjes, l’héroïsation de l’éco-sabotage ne pouvait pas fonctionner à ce moment-là, dans la France du nouveau roman, du formalisme, du rejet de toute métaphore faisant référence à la nature. Un mouvement de bascule s’opère à partir des années 80. La propagation du SIDA, la généralisation du cancer, les guerres en ex-Yougoslavie, les attentats du 11 septembre, la visibilité accrue de la violence faite aux femmes, rendent les discours constructivistes plus difficiles à tenir. La France, progressivement, s’ouvre davantage aux influences étrangères. Le nature writing est mis en valeur par les éditions Gallmeister, qui répondent à une demande du public. Un auteur tel que Mario Rigoni Stern, en contact direct avec les montagnes du Trentin-Haut-Adige, inspire notablement certains auteurs français contemporains. Schoentjes évoqua également « un excellent stylisticien », Jean-Loup Trassard, auteur de Dormance (2000). Il s’attarda enfin sur Le Règne du vivant (2014) d’Alice Ferney. Ce roman, écrit en mobilisant les codes de l’hagiographie autour de la figure de Paul Watson, est selon lui le premier texte véritablement militant de la littérature environnementale en France. Il marque le début de la légitimation de cette littérature.

Layer of rubbish from a former landfill that fell from the top of a clif, FMichaud 76 (Wikipedia, Licence CC

Dans le dernier tiers de son intervention, Schoentjes se centra sur la littérature environnementale contemporaine, qu’il divisa en deux catégories. Il mit en évidence un nouveau rapport des écrivains à l’engagement. Schoentjes distingua « la littérature verte » et « la littérature marron ». La première montre l’aspect positif et psychologiquement bienfaisant de la nature. Elle laisse une place importante au concret, au contact, au sens ; elle n’a rien de lyrique ni d’exalté. L’un de ses représentants est Hubert Mingarelli. La « littérature marron », surgie plus tardivement, traite de la pollution, des atteintes à l’environnement, de la maltraitance animale. Appartiennent à cette catégorie des écrivains comme Guillaume Poix ou Gisèle Bienne. Il cita aussi Michel Houellebecq, qui a vite intégré le nouveau rapport aux campagnes, à la ruralité, bien avant d’autres. Les prises de position militantes sont de plus en plus nombreuses et désormais assumées dans la littérature récente. La question du bien-être animal a favorisé ce changement : des écrivains (Isabelle Sorente, entre autres) et des chercheurs (Anne Simon) se sont emparés de la question animale et ont, par ce biais, contribué à décomplexer le rapport à l’engagement. Le prix du roman d’écologie (créé il y a plusieurs années par Lucie Schmid) est confronté aujourd’hui à un éventail de livres devenu immense. La suspicion envers la littérature environnementale a disparu. L’engagement va presque de soi. Schoentjes s’attarda sur Claudie Hunzinger, écrivaine fidèle à elle-même depuis l’écriture de Bambois (1973) jusqu’à Les Grands Cerfs (2001). Son œuvre, au fil du temps, témoigne d’une évolution allant de la ruralité réinventée à une attention portée au monde sauvage.

Cerf pendant la période du brame dans la forêt de Tronçais (Wikipédia, licence CC)

Pour finir, Schoentjes se demanda dans quelle mesure la littérature peut servir de chambre d’écho ou de relais à une action environnementale aujourd’hui hostile à la violence radicale. La littérature permet de représenter des formes de violence (contre les biens, non contre les personnes), tel le roman Très haute tension (2018) de Lionel Daudet. Jusqu’à présent, la violence extrême imaginée par le roman est le suicide du protagoniste militant – Schoentjes cita à ce propos Partout le feu (2022) de Hélène Laurain – mais il se demanda jusqu’où irait la littérature réaliste dans la violence. Il conclut sa présentation par une question d’écopoétique : la prise en compte de l’Anthropocène a-t-elle une incidence sur les formes littéraires ? Pour lui, la réponse est nécessairement oui. Les écrivains sont forcés d’inventer de nouvelles formes. Il donna comme exemple l’utilisation de l’ironie par Lucie Rico dans Le Chant du poulet sous vide (2020). En même temps, il remarqua que l’environnement est une problématique très œcuménique. Le risque est de verser dans la littérature morale ou moralisatrice (enfermement, appauvrissement des formes). Autre risque : qu’elle devienne une littérature opportuniste, une littérature écologique moyenne qui plaît à tout le monde et ne dérange personne.

Poulets dans un élevage intensif français, L2144 (Wikipédia, licence CC)

Anouck Linck
LASLAR – Université Caen Normandie



Citer ce billet
Anouck Linck (2023, 22 décembre). Écofictions, anthropocène et création artistique. Le carnet de la MRSH. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vem2

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/12/2023

    […] Le compte rendu de la conférence de Pierre Schoentjes, rédigé par Anouck Linck (université de Caen, LASLAR), est lisible sur le carnet de la MRSH : https://mrsh.hypotheses.org/8345 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search