Réactualiser la pensée et l’œuvre de Léopold Sédar Senghor 

Le séminaire d’études intitulé « Réactualiser la pensée et l’œuvre de Léopold Sédar Senghor » s’est tenu le vendredi 15 septembre 2023 à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen Normandie. Celui-ci introduit une série de séminaires qui auront lieu en mars et juin 2024 à lUniversité de Caen. Organisé par Anne Schneider, Maîtresse de conférences HDR en langue et littérature françaises et soutenu par le laboratoire LASLAR (Lettres – Arts du spectacle – Langues Romanes) de lUniversité de Caen, il sest déroulé en collaboration avec lInstitut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM) du CNRS et de lENS.

Il a réuni des chercheurs de lUniversité de Cheikh Anta Diop de Dakar, de lUniversité de Caen, de lUNESCO, ainsi que des collègues de Gambie en déplacement à lUniversité de Caen (UTG University of The Gambia).

Travail à la bibliothèque, 1954 (photo G. Labitte)

Les réflexions ont porté sur la figure du poète-président, Léopold Sédar Senghor, né en 1906 à Joal (Sénégal) et mort en 2001 à Verson, (Calvados). En effet, l’écrivain sénégalais, entré à lAcadémie française en 1983, a vécu pendant vingt ans à Verson, au côté de son épouse Colette Hubert, Normande dorigine.

La maison de Colette Hubert léguée à la ville de Verson recèle bien des souvenirs de la vie du couple. Elle fait actuellement lobjet dun projet de valorisation.

Pendant les années que Senghor passe en Normandie, il théorisera la notion de Normandité. Ainsi, il écrira : « Je dirais que la Normandité est, dun mot, une symbiose entre les trois éléments majeurs, biologiques et culturels qui composent la civilisation française : entre les apports pré-indoeuropéens, celtiques et germaniques. »

Lors de cet après-midi, les chercheurs de luniversité de Dakar, du LASLAR et de lITEM se sont réunis autour dune même figure, celle du poète-président, en avançant trois axes d’études : la poésie et la pensée de Senghor autour de la nature, lhistoire du Sénégal et la transmission de sa mémoire auprès des enfants.

Trois intervenants ont donc pris la parole lors de ce séminaire. Tout dabord, Alioune Diaw, Maître de conférences à luniversité Cheikh Anta Diop de Dakar, sest exprimé sur la façon de voir l’écopoétique dans les écrits de Senghor. Il est évident que sa pensée entre encore aujourdhui en résonance avec les problématiques environnementales. Le chercheur a exploré la poésie de Senghor dans ce qu’elle conteste subtilement la domination d’une pensée anthropocentrée au profit d’une poésie ancrée dans la terre et nécessairement métissée. 

Ensuite, Adama Aly Pam, chef archiviste, responsable des Archives, Bibliothèque et Gestion des dossiers de lUNESCO, a présenté un état des lieux de lhistoire du Sénégal à partir des archives. Il a tenté notamment de sensibiliser les personnes présentes sur la fragilité des archives du Sénégal, ne disposant pas, pour le moment, de réelles infrastructures pour les accueillir.

Enfin, Anne Schneider, Maîtresse de conférences HDR en langue et littérature françaises à luniversité de Caen, a fait un état des lieux des représentations du Sénégal et de la figure de Senghor dans la littérature jeunesse en France en présentant neuf albums documentaires et fictionnels pour lenfance et la jeunesse. Il est à remarquer que ceux-ci dénotent dun manque dinformations sur le poète-président. Elle interroge les conséquences de telles lacunes sur les représentations que les enfants construisent du Sénégal et de l’Afrique plus généralement. 

Léopold Sédar Senghor Le poète président du Sénégal, Tshitenge Lubabu Muitubile K. (L’Oiseau indigo, 2017)

La journée a été suivie le samedi 16 septembre par la visite de la maison et du jardin de Verson avec l’ensemble des collègues, sénégalais, gambiens, français dans le cadre des journées du Patrimoine, avec l’aimable accompagnement de madame Brioul, adjointe à la culture de la ville de Verson et des membres de l’association « Présence Léopold Sédar Senghor de Verson. 

Le rendez-vous sera pris pour les prochains séminaires qui traiteront, à partir de ces trois axes esquissés autour de l’écopoétique, de l’histoire et de la transmission à l’intention des enfants, de la question des arts et de la culture, chère au poète-président (mars 2024) et de la réception des œuvres de Léopold Sédar Senghor en contexte scolaire (juin 2024).

Julie Hébert
et les étudiants M2 du master Médiation culturelle et Enseignement de l’INSPE de Normandie Caen



Citer ce billet
Julie Hébert (2023, 22 décembre). Réactualiser la pensée et l’œuvre de Léopold Sédar Senghor . Le carnet de la MRSH. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vem1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search