Falstaff, opéra féministe ? 

Dans le cadre des représentations de Falstaff au théâtre de Caen (dir. orch. Antonello Allemandi, orchestre du Luxembourg, mise en scène Denis Podalydès), une après-midi d’étude sur le dernier opéra de Verdi était organisée par Maud Pouradier (Identité et Subjectivité) sur la question de l’opéra et du féminisme.

Arrigo Boito (librettista d’Otello) et Giuseppe Verdi via wikipédia

Dans son introduction, l’autrice de Parler en chantant : une philosophie de l’opéra rappela le statut singulier de Falstaff pour les verdiens : avons-nous affaire au chef-d’œuvre d’un Verdi composant enfin de manière symphonique, à l’œuvre sans génie d’un compositeur vieillissant, ou d’un hapax de style donizettien ou mozartien sans racines dans l’œuvre antérieure ? Sur le plan dramatique, s’agit-il de l’œuvre féministe d’un misogyne repenti, ou les commères de Windsor ont-elles quelque parenté avec les héroïnes verdiennes des années 1840 et 1850 ?

Mickaël Popelard (Eribia) présenta le Falstaff de Shakespeare, et ses sources disparates. Il insista sur les caractéristiques sociales de Falstaff : chevalier, membre de la petite noblesse, il se retrouve dans les Joyeuses commères perdu dans un univers bourgeois. Le spécialiste de Shakespeare insista sur la simplification de l’intrigue anglaise par Boito, conduisant à une modification de la nature du rire : Falstaff est le seul individu ridiculisé, par des personnages qui sont toujours en surplomb de lui. C’est un rire vertical et méchant que le public est invité à partager, ce qui rend le livret de Boito moins subtil que la pièce de Shakespeare, et problématique sur un plan éthique.

Dans son intervention mise en ligne sur le carnet Hypothèses Philodelart, Maud Pouradier alla dans le sens de Mickael Popelard en montrant que Falstaff apparaissait comme le bouc émissaire d’une Modernité prosaïque inapte à la poésie de l’opéra. Le héros de Verdi et Boito est une sorte de Don Giovanni tombé dans une réalité bourgeoise qui n’est pas digne de lui. En mettant à mort symboliquement Falstaff, les femmes assassinent le genre opératique lui-même, ce qui explique en partie le caractère citationnel de la partition de Verdi. Sans être entièrement fausses, les lectures féministes de Falstaff apparaissent, de ce point de vue, trop univoques.

Mickaël Popelard, le maestro Antonello Allemandi et Maud Pouradier

L’après-midi s’acheva sur un entretien avec le maestro Antonello Allemandi, mené par les deux intervenants. Le chef d’orchestre insista sur l’importance du respect de la partition, qu’il refuse de négliger pour quelque mise en scène que ce soit. Spécialiste du répertoire du bel conto, Antonello Allemandi confirma le caractère citationnel et éclectique des styles utilisés par Verdi dans Falstaff, ce qui conduit à des choix de direction très différents. Il insista en particulier sur le pastiche wagnérien du premier acte, ce qui témoigne de l’humour de Verdi devant la révolution wagnérienne, huit ans après la création de Parsifal à Bayreuth. Le dernier opéra de Verdi, pour être distancé et amusé, n’en est pas moins profondément respectueux du genre en son entier.

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université Caen Normandie



Citer ce billet
Maud Pouradier (2023, 19 décembre). Falstaff, opéra féministe ? . Le carnet de la MRSH. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/velz

Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search