Edgar Morin et le cinéma : pratiques théoriques d’un objet monde

Par Valérie Vignaux (LASLAR)

Les 15 et 16 mai 2018, des philosophes mais aussi des sociologues, des historiens du cinéma ou des spécialistes de l’anthropologie visuelle, français et étrangers, réunis à la MRSH de l’université de Caen et à l’IMEC, ont interrogé l’œuvre cinématographique d’Edgar Morin, ses critiques des années 1950 à 1960, ses réalisations cinématographiques ou télévisuelles et ses ouvrages, Les Stars ou Le cinéma et l’homme imaginaire, et ce afin d’en restituer la richesse théorique actuelle.

Edgar Morin,Fronteiras do Pensamento, Wikimedia Commons – Licence CC 2.0

En introduction à la première journée, Nathalie Léger, directrice de l’IMEC, et François Borde, chargé des fonds de sciences humaines et sociales, ont rappelé l’importance du fonds Edgar Morin préservé à l’Abbaye d’Ardenne et présenté la bourse qui associe leur institution au crédit coopératif destinée à encourager les recherches sur ces archives. Valérie Vignaux (université de Caen-Normandie) s’est attachée dans son intervention : « Pour une pensée matérialiste du cinéma en France », à replacer les écrits cinématographiques d’Edgar Morin dans une généalogie intellectuelle, procédant du Cercle de la Russie Neuve. Groupe d’intellectuels marxistes comprenant entre autres Léon Moussinac, Georges Friedmann ou Henri Wallon, à l’origine de la revue La Pensée, qui ont pensé le cinéma comme « fait social ». Approche dont on retrouve l’influence dans les premiers écrits de Morin, ses critiques à La Nef mais aussi au sein de ses ouvrages. Monique Peyrière (Centre Edgar Morin/IIAC/EHESS-CNRS) a présenté dans son intervention « Sur le cinéma : Les théories en acte d’Edgar Morin », les choix éditoriaux qui ont prévalus à l’édition d’un recueil de critiques récemment paru aux éditions Nouveau Monde. Frédérique Berthet (université Paris Diderot), à partir de son ouvrage La Voix manquante (lauréate du Prix du livre de cinéma du CNC, 2018) a retracé dans « Chronique d’un été et la piste sonore “Marceline” », une proposition singulière d’écriture historienne. Elle a en effet, depuis la vingtaine d’heures enregistrées pour Chronique d’un été, bandes magnétiques oubliées, choisi de suivre à la trace Marceline Loridan, silhouette fragile qui au sein du film témoignait de son passé de déportée. Ekaterina Odé (ENS, SACRe, PSL), lauréate 2018, de la Bourse IMEC-Crédit Coopératif, dans « La voix acousmatique » (c’est-dire celle dont la source est invisible), a confronté au cinéma d’Edgar Morin, les potentialités d’un concept philosophique issu de l’antiquité et réinventé au XXe siècle par Pierre Schaeffer. Pour Chiara Simonigh (université de Turin), l’une des contributions majeures de Morin à la recherche sur le cinéma est l’élaboration d’une méthode interdisciplinaire : le théoricien analysant de concert les implications culturelles, esthétiques, sociologiques, anthropologiques, psychologiques, politiques, économiques, technologiques, du cinéma. Dans « Cinéma et complexité. L’aventure de la pensée d’Edgar Morin », elle a montré comment les écrits sur le cinéma, bien que circonscrits aux années 1950 à 1960, peuvent être envisagés comme un travail propédeutique à l’élaboration de la pensée complexe, développée dans les six volumes de La Méthode (1977-2004), son œuvre majeure. Jean-Marc Leveratto (université de Metz) a inscrit son exposé : « Sociologie du cinéma et anthropologie symétrique : le cas Morin », dans une perspective d’histoire des sciences. Il a interrogé le contexte scientifique – l’épistémé au sens de Foucault –  dans lequel s’inscrivent les premiers écrits sur le cinéma, en s’intéressant au rôle joué par le cadre institutionnel et l’héritage intellectuel de l’École Française de Sociologie, et notamment de l’enseignement de Marcel Mauss. François Albera (université de Lausanne), dans « Renversant » Edgar Morin : de la filmologie à la critique, de la critique au film » s’interroge quant aux articulations entre les diverses positions théoriques de Morin en lien avec le cinéma, à savoir la sociologie dans ses critiques, puis l’anthropologie avec Le cinéma ou l’homme imaginaire et le « cinéma vérité », en référence à la doctrine homonyme de Dziga Vertov, avec Chronique d’un été. Nadine Michau (université de Tours) a interrogé dans sa communication : « La place du geste cinématographique en anthropologie entre voir et savoir », la construction sociale du geste cinématographique dans la constitution du savoir anthropologique. Selon elle, Edgar Morin nous a montré que l’homme est tout à la fois un individu biologique et un acteur social, dont le cinéma est à même de saisir la complexité. Or, l’attitude la plus répandue en sciences sociales consiste à remettre en cause non pas l’iconicité du social, mais le support qui le livre et les intentions de son producteur, empêchant au geste cinématographique de prendre l’ampleur qu’il aurait pu avoir. Michel Tabet (réalisateur-EHESS), dans « le film document : penser l’enquête filmique avec Edgar Morin » a conclu – provisoirement – ce programme réflexif en interrogeant à l’aune de Chronique d’un Eté, la notion d’enquête filmée à portée ethnographique. Pour Michel Tabet, la notion de « cinéma vérité » selon Morin, dépend de la réalité vécue et suppose que soit développée une esthétique de la sobriété afin que les personnes filmées soient les auteurs de leurs propres existences, pour qu’elles soient conduites, par le dispositif de tournage, à être les acteurs de leur propre vie et de leur propre pensée.

Deux journées qui ont contribué à déployer la complexité et la singularité d’une pensée croisant approches sociologiques et esthétiques car envisageant le cinéma comme un « objet-monde » ; et qui, en inscrivant les écrits de Morin dans leur environnement intellectuel et institutionnel, participent d’une histoire des intellectuels et des théoriciens du cinéma en France encore à écrire.


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.