Le journalisme de cinéma en France

Mises en perspective historique

Le journaliste Robert Florey et Charlie Chaplin sur le tournage de The Pilgrim en 1922.© Roy Export Company Ltd  

Le 7 avril 2023, sept chercheur·euses se sont réuni·es à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) pour une journée d’étude organisée par Myriam Juan (Université de Caen Normandie / IUF) et Valérie Vignaux (Université de Caen Normandie) consacrée au journalisme de cinéma, défini comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion. Inscrite dans l’axe 1 du LASLAR (« L’œuvre dans ses contextes : discours, institutions, archives »), cette journée s’est tenue avec le soutien du laboratoire, de l’IMEC, et de l’Institut Universitaire de France.

La journée était partagée en deux temps : le premier intitulé Portraits, modéré par Valérie Vignaux, portait sur des personnalités, tandis que le second, sous la modération de Myriam Juan, était dédié aux Écritures. En introduction, Myriam Juan a souligné le fait que le journalisme de cinéma n’a que peu retenu jusqu’à ce jour l’attention des chercheur·euses, dont l’intérêt s’est principalement porté sur la critique de cinéma, tout en mettant en lumière l’aspect pluridisciplinaire qui découle de sa prise en compte et en pointant les apports que son étude peut apporter à la connaissance du cinéma.

La presse, par sa nature, permet d’observer le cinéma selon des critères très variés, que cela soit à partir des articles critiques sur des films initiant et transmettant les prémices d’un vocabulaire d’analyse cinématographique, ou encore à travers le courrier des lecteurs. Ainsi se déploient différents niveaux de compréhension du cinéma selon les rubriques ou selon les organes dans lesquels ils sont énoncés.

La matinée était consacrée à des Portraits de journalistes masculins ayant eu un apport conséquent dans la presse de leur époque. Elle a débuté avec la présentation par Karine Abadie (Memorial University of Newfoundland and Labrador) des « Articles sur le cinéma de Lucien Wahl (1920-1930) ». Abadie a éclairé la frénésie d’écriture de Lucien Wahl au regard de ses articles sur la littérature et le cinéma, relevant de plus que Wahl ne s’était pas exclusivement intéressé aux films mais avait questionné et observé ce qui était écrit sur ces sujets par ses contemporains.

La matinée s’est poursuivie par le « Portrait de Jean George Auriol en journaliste de cinéma » entreprispar Enrico Gheller (Université d’Udine / Université de Caen Normandie) et Laurent Husson (Université Sorbonne Nouvelle). Leur présentation a souligné la complexité des écrits de Jean George Auriol, en mettant au premier plan la réflexion sur la place de l’auteur dans l’industrie cinématographique, Auriol interpellait les créateurs sur leurs choix scénaristiques et les conseillait dans la revue Cinémagazine,à partir de juin 1926, avec une rubrique intitulée : « Les livres inspirateurs de films ».

Des liens commençaient ainsi à se tisser entre les personnalités étudiées par les chercheurs et leurs contemporains, sans rien retirer à leurs singularités intrinsèques. On pouvait également constater que ces écrits interrogeaient la réception des films et les dialogues que les journalistes pouvaient possiblement nouer avec le public.

Xavier Bittar (Université Paris Nanterre) a clos la matinée par une présentation intitulée « Georges Altman, entre le journaliste engagé et l’écrivain de cinéma ». Il a replacé les écrits d’Altman dans leur époque en mettant l’accent sur son engagement. Il a montré comment le journaliste a été conduit à accorder dans ses critiques de films autant d’importance à la forme qu’au contenu, mais aussi à prendre position dans le contexte historique et politiquequi était le sien, Altman ayant été proche du Parti communiste dans l’entre-deux-guerres, puis Résistant lors de la Seconde Guerre mondiale.

Les interventions de la matinée ont montré comment l’étude du cinéma, envisagé à l’aune des journalistes, s’avère riches d’intérêts. Elles ont de plus souligné, en raison des parcours des personnalités présentées, la nécessité d’une mise en perspective non seulement pluridisciplinaire mais aussi pluri-médiatique. Toutefois, l’étude des critiques ayant été préférée à celle des journalistes, l’accès aux archives de ces derniers est souvent délicat, nombre de documents ayant disparus.

Bibliothèque de l’IMEC, Karldupart, licence CC BY-SA 3.0

Les présentations de la matinée terminées, les personnes présentes à cette journée ont été invitées à découvrir les locaux de l’IMEC et les conditions dans lesquelles les archives y sont préservées.

La seconde partie de la journée était davantage orientée autour de la question : comment écrire sur le cinéma et le transmettre ? Marie Gueden (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Lumière Lyon 2) a ouvert la session avec une intervention intitulée : « “Juger” le “vocabulaire de l’écran” : André Thérive défenseur de la qualité de la langue française au cinéma dans l’entre-deux guerres ». Thérive, de son vrai nom Roger Puthoste, a obtenu une agrégation de Lettres en 1913 à 22 ans et s’est considéré très tôt comme cinéphile. Ses premiers écrits sont plus proches des publications universitaires que de la presse. Figure polymorphe, il s’interrogeait sur l’évolution de la langue moderne en raison des innovations apportées par le cinéma, créait des discussions autour de l’art de parler ou d’écrire sur ce dernier – ce que l’on appelait alors la cinéologie. Tout en continuant à s’intéresser aux évolutions de ce langage, il prônait une certaine forme de sociabilité dans ses articles, ce qui faisait écho aux figures présentées dans les Portraits du matin, et s’intéressait aux publications de ses contemporains pour étoffer ses propos.

L’intervention de Roxane Hamery (Université Rennes 2) était intitulée « Un paradigme journalistique nouveau ? Écrire sur le cinéma pour la jeunesse dans les années 1950-1960 : les apports de Bianka Zazzo et Jacqueline Lajeunesse ». Elle portait sur deux autrices développant un point de vue peu commun pour leur époque, au sujet en l’occurrence du cinéma pour enfants. Contrairement à leurs contemporains, Bianka Zazzo et Jacqueline Lajeunesse ont pris en effet sérieusement en considération l’avis des enfants, accordant une place centrale au goût et à l’expérience du jeune public. Nourries de psychologie, leurs approches ont conduit à détourner les regards du seul écran pour se tourner vers les spectateurs.

La journée s’est terminée avec une contribution de Geneviève Sellier (Université Bordeaux Montaigne) consacrée à « Suzanne Chantal, éditorialiste de la rubrique de courrier des lecteur·ices de Cinémonde (1960-1967)». Sa communication s’intéressait elle aussi au public mais adulte. La rubrique du courrier des lecteur·ices,d’après Sellier, était un endroit où se créaient des liens entre différents types de public et la journaliste. C’est aux éditoriaux publiés par celle-ci que la chercheuse s’est intéressée, montrant l’étendue des sujets abordés et la manière dont ceux-ci permettaient d’engager une réflexion sur les multiples fonctions du cinéma, au-delà de sa seule dimension esthétique.

En guise de conclusion (provisoire), il semble, à l’aune des communications présentées au cours de cette journée, que le journalisme de cinéma est plus proche de la subjectivité des spectateurs et des spectatrices, tandis que la critique apparaît plus élitiste car prescriptive et plus attachée à l’étude de l’œuvre filmique.

Gabriel HALLEY
(Master Arts, Lettres & Civilisations, cinéma, Université de Caen Normandie)



Citer ce billet
Gabriel Halley (2023, 29 novembre). Le journalisme de cinéma en France. Le carnet de la MRSH. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnx5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search