Roman Ingarden : l’acte de lecture entre réception et création

Compte rendu du colloque Roman Ingarden : l’acte de lecture entre réception et création. Colloque international organisé par Patricia Limido (CERILAC, université Paris Cité), Bernard Gendrel (LIS, université de Créteil) et Maud Pouradier (Identité et Subjectivité, université de Caen) les 8 et 9 juin 2023.

Crédit : Patricia Limido

Roman Ingarden a une place originale dans le corpus philosophique. C’est un classique de la philosophie de l’art, bien qu’il soit venu à la question de l’ontologie de l’œuvre d’art pour résoudre le problème métaphysique de l’idéalisme et du réalisme. Le philosophe polonais était le disciple que Husserl jugeait le plus prometteur. C’est un phénoménologue au sens le plus rigoureux et technique du terme. Cependant, c’est aussi un auteur prisé de la philosophie analytique et de la philosophie anglo-saxonne en général. Enfin, bien que Roman Ingarden commente peu d’exemples littéraires et artistiques précis, ses deux livres consacrés à la littérature (L’Œuvre d’art littéraire et Connaître l’œuvre d’art littéraire) ont fortement influencé la théorie littéraire, en particulier la théorie de la lecture d’Iser et la théorie de la littérature de René Wellek. Depuis plusieurs années, Patricia Limido a engagé un travail de traduction en français de Roman Ingarden, rendant accessible cette œuvre – principalement écrite en allemand – à une communauté plus large de chercheurs, mais également aux étudiants.

La première journée du colloque se déroula à la Bibliothèque polonaise, dans le 4e arrondissement de Paris. Dans son introduction, Patricia Limido synthétisa les principales thèses de Connaître l’œuvre d’art littéraire, dont la traduction française sous sa direction doit paraître à l’automne 2023 aux presses universitaires de Rennes. Bernard Gendrel (université de Créteil) proposa une synthèse des apports de Roman Ingarden en théorie littéraire : en France, l’influence de la phénoménologie sur la théorie littéraire est associée à des noms comme Bachelard, Poulet ou Richard. Or, par la médiation d’Iser et de Wellek, Ingarden a également influencé des théoriciens anglo-saxons. Bernard Gendrel rapprocha ainsi certaines thèses d’Ingarden du mouvement du New criticism, ainsi que de la philosophie de la littérature de Peter Lamarque. Michal Mrugalski (chercheur à l’université de Humboldt à Berlin) fit des rapprochements entre les théories cognitivistes de la lecture et L’Œuvre d’art littéraire d’Ingarden. Dans une table ronde avec Sylvie Patron (université de Paris Cité), la discussion porta sur la commensurabilité de ces paradigmes théoriques : selon Sylvie Patron, il n’est pas certain que la théorie ingardenienne du « remplissement des blancs » puisse retrouver une actualité dans la narratologie contemporaine, qui a complètement abandonné ce modèle de compréhension de la lecture. Dans l’après-midi, Olivier Malherbe (docteur de l’université libre de Bruxelles) insista sur un aspect peu connu de la pensée d’Ingarden, à savoir sa description de l’acte créateur. Numa Vittoz (post-doctorant de l’université de Zurich), spécialiste de poésie francophone contemporaine, eut à cœur de montrer que la théorie d’Ingarden était plus riche et plus féconde, selon lui, que celle d’Iser pour comprendre des poètes comme Bonnefoy ou Ponge. Dans la discussion, il fut fait référence aux thèses de Käte Hamburger – lectrice d’Ingarden – sur la non-fictionnalité de la poésie lyrique. Maxime Decout (université de Paris Sorbonne) souligna que les thèses d’Ingarden présupposaient un modèle de bon lecteur, et s’intéressa tout à l’inverse aux « mauvais lecteurs », en s’appuyant notamment sur la manière dont des romanciers ont imaginé des personnages de lecteurs impertinents (par exemple Annie Wilkes dans Misery de Stephen King). La journée du 8 juin s’acheva avec la présentation de Ioana Wultur (chercheuse associée au CRAL de l’EHESS) sur les différents modèles théoriques pour comprendre la relation de lecture et la relation esthétique en général.

Saint Jérôme, musées du Vatican, œuvre inachevée de Vinci. Selon Ingarden, l’indétermination est le propre de l’œuvre d’art, par contraste avec l’objet esthétique que le sujet concrétise à partir de l’œuvre d’art qu’il vise comme un objet intentionnel.

La deuxième journée du colloque se déroula dans la salle Albouy de l’université de Paris Cité. Adnen Jdey (docteur de l’université catholique de Louvain) s’intéressa aux écarts entre L’Œuvre d’art littéraire et Connaître l’œuvre littéraire, en particulier sur la question de la lecture évaluative. Jean-Marie Schaeffer – directeur, avec Christophe Potocki, d’une publication collective sur Ingarden en 2013 – s’intéressa à la manière dont L’Œuvre d’art littéraire permet de comprendre la notion courante mais complexe d’adaptation, à propos des œuvres cinématographiques s’inspirant d’œuvres littéraires. Pierre Fasula (membre associé de l’ISPJS, Panthéon Sorbonne, et membre de PhiLiA), lors de la discussion, se demanda si la notion ingardénienne de « concrétisation esthétique » était adéquate pour comprendre ce processus : les notions aristotéliciennes d’histoire et d’imitation ne sont-elles pas plus pertinentes ? Le désaccord porta sur la possibilité ou l’impossibilité de distinguer l’histoire de l’œuvre en tant que telle. Cette discussion trouva immédiatement son illustration dans l’exposé d’Anastasiia Cherepanova (université de Brno, Tchéquie) sur les adaptations cinématographiques de La Promesse de l’aube de Romain Gary. Quittant le domaine de l’œuvre littéraire, Edward Swiderski (université de Fribourg) souligna des difficultés de l’ontologie musicale d’Ingarden, et proposa une comparaison avec les thèses de Roger Scruton sur la musique. D’accord avec Edward Swiderski sur la problématique indistinction ingardénienne entre ton et son, Maud Pouradier (Identité et Subjectivité, université de Caen) souligna toutefois que la thèse de Scruton supposait la faculté kantienne d’imagination, ce qui pose d’autres difficultés, car il n’est pas certain que la théorie kantienne de l’imagination soit unifiée ou totalement compréhensible. Dans l’après-midi, Isabelle Barbéris (université Paris Cité) rappela la « querelle de la mise en scène », initiée par Philippe Beaussant en 2005 dans La Malscène, et la reformula dans les termes ingardéniens. Maud Pouradier poursuivit le colloque en se demandant si une théorie ingardénienne de l’opéra serait possible : la réponse est positive, à la condition d’abandonner le postulat formaliste selon lequel la musique serait un objet sonore non polystratique. Pierre Fasula conclut le colloque en relisant L’Œuvre d’art littéraire dans la tradition du Lacoon de Lessing : à plusieurs reprises, Ingarden rend en effet hommage à l’écrivain saxon. Pierre Fasula suggéra qu’il fallait comprendre le grand livre d’Ingarden sur la littérature dans le prolongement de la comparaison classique entre peinture et poésie. En wittgensteinien, il souligna le caractère peu crédible de l’acte de lecture comme « visualisation » au sens d’une « mise en images » – ce qui suscita une vive et amicale discussion entre phénoménologues, cognitivistes, wittgensteiniens et analyticiens. Que des écoles aussi différentes puissent s’inspirer d’un même auteur montre la fécondité de l’œuvre ingardénienne : souhaitons que de nouveaux chercheurs et de nouvelles promotions d’étudiants s’y intéressent !

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université Caen Normandie


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maud Pouradier (21 juin 2023). Roman Ingarden : l’acte de lecture entre réception et création. Le carnet de la MRSH. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnwv


Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/06/2023

    […] Ce compte rendu est lisible sur le carnet de la MRSH de Caen. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search