Philosophie, éthique et littérature : à propos de Dickens

Éléonore Le Jallé, professeur à l’université de Lille, membre de l’UMR STL, était l’invitée de PhiLiA le 18 janvier 2023. Spécialiste de la philosophie contemporaine de langue anglaise, Éléonore Le Jallé s’intéresse à la littérature depuis plusieurs années. Elle a notamment publié deux articles sur Dickens dans la revue Tétrade et dans la revue Methodos, et prépare un livre sur philosophie et littérature.

1. Frontispice réalisé par Hablot K. Browne pour l’édition mensuelle de La Petite Dorrit tWikipedia) – 2. Portrait de Charles Dickens (Domaine public) via Wikimedia

Il y a plus de trente ans paraissait Love’s knowledge de Martha Nussbaum, traduit en français aux éditions du Cerf par Solange Chavel, et popularisé par les travaux de Sandra Laugier. Dans ce recueil de textes, la philosophe américaine soutient que la littérature est indispensable à la vie morale : certaines thèses éthiques ne peuvent être exposées dans la forme du traité philosophique et exigent la forme littéraire. Nous avons en outre besoin de la littérature pour expérimenter des situations morales diverses. Simple et efficace, fondée sur des lectures de Proust, James ou Dickens, la thèse de Nussbaum a structuré les discussions en philosophie de la littérature autour des questions d’éthique et de psychologie morale. Ce faisant, Martha Nussbaum tentait également de répondre à la question de savoir pourquoi nous lisons de la littérature, et en particulier pourquoi nous lisons des romans.

Après avoir présenté la thèse exposée dans l’introduction de Love’s knowledge, Éléonore Le Jallé la critiqua en s’appuyant sur un exemple qui semble, à première vue, illustrer à merveille le propos de Martha Nussbaum : La petite Dorrit. En effet, Dickens semble le modèle même de la littérature morale. Lors de sa communication sur La Connaissance de l’écrivain Bouveresse du 17 novembre 2021, Jean-François Castille (LASLAR) avait d’ailleurs souligné que le corpus de Nussbaum, comprenant essentiellement des romans de langue anglaise, pouvait en partie expliquer la nature éthique de sa réflexion sur la littérature. Selon Éléonore Le Jallé, si, sur un exemple d’allure aussi « nussbaumienne » qu’un roman de Dickens, on peut montrer que la thèse de Love’s knowledge ne tient pas, alors on peut considérer qu’a fortiori elle n’est pas généralisable au roman en général.

Éléonore Le Jallé a choisi de s’intéresser aux personnages des transfuges de classe dans La petite Dorrit (Mr Merdle et Mr Dorrit), en soulignant la dimension autobiographique de ces personnages aux yeux de Dickens. À partir d’un type de personnage très présent dans la littérature victorienne (le personnage du financier), Dickens propose des portraits émouvants d’individus plus complexes et profonds que leur caricature habituelle. Éléonore Le Jallé fit des rapprochements avec le sociologue anglais Richard Hoggart (1918-2014), et en particulier avec 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises. Pourquoi est-il nécessaire de quitter le discours descriptif sociologique pour une autobiographie plus littéraire ? Qu’apprenons-nous par Little Dorrit que nous n’apprenons pas en lisant un livre sur les transfuges de classe ? Selon Éléonore Le Jallé, nous lisons des romans d’abord pour le plaisir. Leur visée n’est pas normative, mais descriptive. Cependant, comme le souligne Hoggart, par les romans, les classes cultivées apprennent que d’autres tirent de l’expérience de la vie même de très riches connaissances. Il ne faut pas, cependant, en faire la finalité des romans. La littérature n’est pas d’abord le lieu d’une expérience éthique. Nous continuons à prendre un immense plaisir à la lecture de Dickens, sans que nous ne puissions rien en tirer pour notre propre manière de vivre : les structures morales, sociales et politiques de notre monde ne sont plus celles de l’époque victorienne. Nous n’avons rien à apprendre sur le plan éthique en lisant Dickens. D’ailleurs, personne ne lit un roman, ne regarde un film ou une série télévisée pour être éduqué.

Les discussions permirent d’articuler le propos d’Éléonore Le Jallé aux réflexions antérieures des membres de PhiLiA, en particulier lors de la séance sur Why do we care about literary characters ? de Blakey Vermeule, et celle sur La Connaissance de l’écrivain de Jacques Bouveresse. Armelle Parey (ERIBIA), spécialiste de la littérature néovictorienne, interrogea Éléonore Le Jallé sur le personnage de la petite Dorrit : ne convient-elle pas, quant à elle, particulièrement bien à la thèse de Nussbaum ? Emmanuel Housset (Identité et Subjectivité) interrogea Éléonore Le Jallé sur le rôle de l’empathie, qui en soi, n’est pas nécessairement un sentiment moral. Pierre Fasula demanda si la structure de « conte » des romans de Dickens n’expliquait pas, mieux que la catégorie de « transfuge de classe », l’importance du « voyage » pour les personnages dickensiens. Il suggéra également que plusieurs sortes de normativités pouvaient être mises en exergue, dont certaines sont inhérentes à la description. Fut également évoquée la question de la « justice poétique » : selon Éléonore Le Jallé, cette dimension est absente d’un roman comme La petite Dorrit. Jean-François Castille tomba d’accord avec la conférencière sur la critique de Nussbaum, et souligna l’importance du modèle jamesien dans La Connaissance de l’amour. Céline Jouin (Identité et Subjectivité) fit référence à la théorie Lucaksienne du roman, et suggéra que dans la philosophie contemporaine de la littérature, le lien entre modernité et forme romanesque était trop peu souligné. Claudio Veloso s’interrogea sur la théorie implicite de la fiction sous-tendant la philosophie contemporaine de la littérature, en particulier dans la bibliographie anglophone.

La prochaine séance de PhiLiA aura lieu le 15 février 2023. Jean-François Castille proposera un exposé sur Conscience et roman de Jean-Louis Chrétien. Pour faire partie de la liste de diffusion de PhiLiA, écrire à maud.pouradier@unicaen.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maud Pouradier (31 janvier 2023). Philosophie, éthique et littérature : à propos de Dickens. Le carnet de la MRSH. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnwo


Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/06/2023

    […] La synthèse de la séance du 23 janvier dernier sur littérature, éthique et psychologie morale chez Dickens est en ligne sur le carnet Hypothèses de la MRSH. Vous y trouverez le résumé de la conférence d’Éléonore Le Jallé, et des discussions qui s’ensuivirent : https://mrsh.hypotheses.org/6556 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search