Redécouvrir Françoise d’Eaubonne 

Itinéraire d’une écrivaine insatiable et d’une militante écoféministe visionnaire

Ouverture du colloque à l’Imec. De gauche à droite : François Bordes, Pauline Launay, Alain Lezongar, Marie-Jo Bonnet, Vincent d’Eaubonne et Élise Thiébaut. Photo : Jean-Claude Aubry

Du 16 au 18 novembre 2022 s’est tenu à l’Institut mémoire de l’édition contemporaine (Imec) et à la Maison de la recherche en sciences humaines (Mrsh) de l’Université de Caen le colloque international Redécouvrir Françoise d’Eaubonne. Conjointement organisé par l’association Anamnèse, les Ateliers du genre de l’Université de Caen et l’Imec, il a réuni plus de 150 personnes sur ces trois journées. Cet évènement invitait à se plonger dans l’œuvre prolifique et encore méconnue de Françoise d’Eaubonne, pionnière française de l’écoféminisme. À l’heure de l’urgence climatique et de la reviviscence du militantisme féministe, ce colloque a cherché à mettre en lumière la personnalité fougueuse et engagée de cette autrice qui a traversé le XXe siècle (1920-2005).

A travers une œuvre impressionnante (plus d’une centaine d’ouvrages) et protéiforme (poésie, essais, romans, biographies, science-fiction…), Françoise d’Eaubonne s’est démarquée par ses positions visionnaires qui, aujourd’hui encore, nous bousculent et nous alertent. Faire tenir dans le format d’un colloque la personnalité débordante et la richesse de la pensée de Françoise d’Eaubonne était un véritable défi. Les trois journées du colloque auront cherché, chacune à leur manière, à rendre compte d’une des facettes de la vie et de l’œuvre de Françoise d’Eaubonne en croisant différentes formes d’interventions – académiques, militantes, artistiques ou intimes. En parallèle des sessions, l’équipe de l’émission Zoom Écologie de la radio associative Fréquence Paris Plurielle a réalisé des plateaux radios.

« Pas un jour sans une ligne »

La première journée qui s’est tenue à l’Imec nous a permis de faire connaissance avec celle qui consacra sa vie à l’écriture. Le portrait croisé dressé par ses fils, Vincent d’Eaubonne et Alain Lezongar, par son amie Marie-Jo Bonnet, ainsi que par Élise Thiébaut, biographe de cette Amazone verte (2021), nous a fait découvrir la force et la malice de celle qui ne resta jamais spectatrice d’un monde dont elle dénonça constamment les injustices et les rapports de domination.

Lors de la première session, Caroline Goldblum et Nicolas Longtin-Martel nous ont respectivement fait découvrir deux aspects peu connus de son œuvre littéraire : ses journaux intimes et ses romans érotiques écrits sous pseudonyme. À leur suite, nous nous sommes penché·es sur les liens entre ses écrits et leurs résonances avec d’autres œuvres : Aurore Turbiau par la notion de « terreur littéraire » et Delphine Sangu dans une perspective historique et interculturelle.  Rien d’étonnant dès lors à ce que ses écrits fassent aujourd’hui l’objet d’une active politique de réédition dont ont témoigné les échanges lors de la table-ronde animée par François Bordes, réunissant l’agente littéraire de Françoise d’Eaubonne (Karine Lanini) ainsi que les représentantes de ses différentes maisons d’édition (Isabelle Cambourakis, Ruth Hottell, Vanessa Springora et Christine Villeneuve) dans le lieu même où sont préservés les manuscrits de l’autrice.

Famille nucléaire, société nucléaire : même combat !

Le portrait s’est encore affiné lors de la deuxième journée qui s’est tenue à la Mrsh avec pour fil conducteur le(s) féminisme(s) d’eaubonnien(s), caractérisé(s) par une analyse conjointe de l’exploitation du corps des femmes et de la nature. C’est ainsi que Blanche Plaquevent, Anna Trespeuch et Daniele Roth-Johnson nous ont montré la pluralité et la complexité du parcours féministe de Françoise d’Eaubonne. Cette première session a été suivie par le portrait-performance réalisée par Coline et Flora Pilet. Saisissant femmage à Françoise d’Eaubonne, la mise en scène vibrante de Ce qui nous traverse aura, à n’en pas douter, marqué les esprits. De quoi nous rappeler que le politique s’ancre toujours dans l’intime des trajectoires, tout comme les expériences vécues façonnent les pensées, ou… serait-ce l’inverse ?

L’après-midi fut consacrée aux résonances actuelles de l’écoféminisme : Geneviève Pruvost a proposé de positionner Françoise d’Eaubonne dans le courant féministe de la subsistance ; Constance Rimlinger et Bénédicte Gattère de relire les trajectoires contemporaines de « retour à la terre » et de réactualiser la pensée queer à la lumière de la pensée d’eaubonienne.

La journée s’est terminée avec la projection du documentaire de Manon Aubel qui a, elle aussi, choisi de nous raconter « sa Françoise d’Eaubonne » en présentant sa découverte de la pensée de l’autrice au moment clé de son propre engagement dans des mouvements éco-féministes sur le plateau de Bure tout en nous promenant, caméra à l’épaule, dans les fonds d’archives de l’Imec.

Deuxième journée du colloque à la MRSH. de gauche à droite : Daniele Roth-Johnson, Anna Trespeuch, Delphine Naudier et Blanche Plaquevent. Photo : Jean-Claude Aubry

Gaies Rillières

Le dernier jour du colloque a été, quant à lui, consacré à la mise en lumière de la radicalité des engagements de Françoise d’Eaubonne. La première session nous a invité·es à réfléchir aux articulations de la création et des luttes militantes. Isabelle Cambourakis a développé la notion de contre-violence, chère à Françoise d’Eaubonne, en la resituant dans le contexte des mouvements et pensées féministes de la seconde moitié du XXe siècle. Nous avons ensuite parcouru trois facettes de son entreprise de déconstruction : celle de l’ordre psychiatrique avec Romain Bonnel, celle de l’histoire de l’art avec Fabienne Dumont et celle de l’écriture de biographies de figures rebelles et révolutionnaires, notamment de Louise Michel présenté par Jordi Brahamcha-Marin.

C’est sur ces perches tendues aux générations présentes et futures que le colloque s’est terminé : Laurie Gagnon-Bouchard, Pauline Langlois et Sarah Marcha nous ont donné à voir les pratiques actuelles de luttes qui cherchent à bâtir des solidarités entre les groupes sociaux et ouvrir le dialogue entre les peuples ; A.L. Steiner et Noura Wedell, par la présentation de leur travail artistique en cours, To Change Everything, nous ont rappelé l’urgence et la nécessité d’agir pour défendre nos avenirs.

Programme complet

Site dédié à Françoise d’Eaubonne

Irène-Lucile Hertzog
Sociologue, PRCE, CERREV, Université de Caen Normandie

Pauline Launay
post-doctorante en sociologie, 2L2S, Université de Nancy et
associée au CERREV, Université de Caen Normand



Citer ce billet
Irène-Lucile Hertzog et Pauline Launay (2023, 20 janvier). Redécouvrir Françoise d’Eaubonne . Le carnet de la MRSH. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnwn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search