La Shoah en Biélorussie : cadre historique et innovations méthodologiques

Le 16 décembre 2022 s’est tenu au Mémorial de Caen un colloque international intitulé « La Shoah en Biélorussie : cadre historique et innovations méthodologiques ». Cette manifestation était organisée conjointement avec l’Université de Southampton (Parkes Institute) et le soutien du laboratoire de recherches ERLIS de l’université Caen Normandie, la MRSH de Caen, la Société des Études juives, l’Institut Universitaire de France et le Mémorial de Caen.

La Biélorussie fait partie des « terres de sang » qui s’étendent de la Pologne centrale à la Russie occidentale en passant par l’Ukraine, les pays Baltes et où, entre 1933 et 1945, quatorze millions de civils ont été tués par l’Allemagne nazie et l’Union soviétique stalinienne.

Si, en Occident, quelques travaux fondamentaux, comme celui de Christian Gerlach1, ont apporté un nouvel éclairage sur l’extermination des populations en Biélorussie pendant la Seconde Guerre mondiale, ce pays a été de manière générale peu concerné par le renouvellement épistémologique des études sur la Shoah. L’émergence en Pologne d’une « nouvelle école historique » a par exemple permis de mettre en évidence le rôle de la population polonaise dans le processus d’anéantissement de la population juive. En Ukraine, les travaux sur les « massacres de masse » ont contribué à mieux faire connaitre en Occident, comme dans le pays, les spécificités de la « Shoah par balles » et à poser ouvertement la question de la collaboration des forces nationalistes ukrainiennes, même si ce sujet reste encore et toujours sensible surtout dans le contexte de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine au prétexte d’une « dénazification » de ce pays.

Claire Le Foll et Boris Czerny ouvrent le colloque au Mémorial de Caen

Dans la présentation d’ouverture du colloque, Boris Czerny (Institut Universitaire de France – Université Caen Normandie) a rappelé que l’histoire de la Biélorussie et le destin de sa population, dont un quart fut tué, soit 2 230 000 personnes et parmi elles 600 000 à 800 000 Juifs, reste un domaine encore peu investigué. En France, très peu d’ouvrages ont été consacrés à ce jour à la Seconde Guerre mondiale et la Shoah dans ce pays.

Selon le co-organisateur du colloque, en collaboration avec Claire Le Foll, cette absence peut s’expliquer par différentes raisons et notamment par l’inclusion, à la fin de la Seconde guerre mondiale, de l’ensemble du territoire de la Biélorussie dans l’espace soviétique. Pour rappel la partie occidentale de la Biélorussie se trouvait jusqu’en 1939 et la signature du pacte Molotov-Ribbentrop dans les limites de la Pologne.

Dès la fin de la guerre, l’URSS a mis en place une écriture à la fois nationale, voire nationaliste, et héroïque du conflit qualifié de Grande guerre patriotique. Cette institutionnalisation politique de la Seconde Guerre mondiale qui a été réactivée depuis le début des années 2000 et l’accession au pouvoir de Poutine et de l’inféodation de la Biélorussie à la Russie, trouve une expression concrète dans la valorisation de la résistance armée contre les allemands de la part des nombreux groupes de partisans actifs dans les régions boisées de la Polésie, ainsi que, par exemple, dans l’exaltation de l’héroïsme des défenseurs de la forteresse de Brest-Litovsk aux premières heures de l’invasion allemande, le 21 juin 1941.

Le discours officiel n’accorde que très peu de place aux autres victimes, non biélorusses, et en particulier à la composante juive de la population qui ne fut pas la seule à être l’objet de persécutions, mais, à la différence des autres, le fut de manière systématique. La loi sure « le génocide du peuple biélorusse » signée par le président Lukashenko renforce ce point et rend illégale, voire criminelle, toute étude du génocide des Juifs en tant que phénomène distinct.

Le colloque était organisé en deux parties. La première fut consacrée aux études historiques, la seconde portait plus spécifiquement sur la mémoire et la transmission de l’histoire de la Shoah en Biélorussie.

Dans la première intervention, « Les relations entre Juifs et non-Juifs au Belarus avant la Shoah », Claire Le Foll (Université de Southampton) a présenté les spécificités socio-culturelles et économiques des relations interethniques (concentration historique de la population juive dans les villes, stabilité structurelle des relations socio-économiques avec la paysannerie) explicitant le caractère limité de l’antisémitisme en Biélorussie par rapport, par exemple, à l’Ukraine. Cependant, toujours selon C. Le Foll, ce pays n’a pas été pour autant épargné par la violence antijuive au moment de la soviétisation de la partie orientale, puis, en 1939, du territoire oriental de la Biélorussie et de la Seconde Guerre mondiale.

Une étude systématique des lieux de massacres, notamment celui de Bronnaïa situé à 125 km au nord-est de la ville de Brest, sur l’axe Brest-Minsk où plus de 50 000 personnes, principalement des Juifs, furent exécutées, n’a pas été encore menée. Comme le relève le titre de l’intervention de Marie Moutier-Bitan (CNRS), « Bronnaïa Gora, site de fusillade ou centre de mise à mort ? », l’utilisation des sources diverses (archives orales et matérielles), la prise en compte de la géographie des sites ainsi que l’examen du rôle de la population locale sont autant de paramètres nécessaires à une analyse de l’organisation et du fonctionnement des sites où, bien souvent, les traces des crimes ont été effacées par les nazis, puis « oubliées » par le pouvoir soviétique.

La géographie et la cartographie sont au cœur du projet de reconstitution spatiale du ghetto de Brest-Litovsk où pendant plus d’un an furent enfermés près de 17 000 Juifs. Lors de leur présentation, « Le Ghetto de Brest-Litovsk : enjeux d’une étude micro-historique et spatiale », Pierre-Yves Buard, Fredérique-Loew-Turbout, Julia Roger et Boris Czerny, ont précisé les perspectives d’une étude au carrefour de plusieurs champs disciplinaires relevant de la géographie, de l’histoire (micro-histoire) et de la sociologie. Le relevé des 17 000 fiches d’enregistrement des Juifs du ghetto de Brest-Litovsk contenant, entre autres, des renseignements sur les professions et les lieux d’habitation, contribue à une meilleure compréhension de la structure d’un ghetto durant la Shoah.

Présentation du projet de reconstitution du ghetto de Brest Litovsk (Biélorussie) mené en collaboration avec la MRSH

La seconde partie du colloque, consacrée à l’histoire de la Shoah et à la mémoire, a débuté par un exposé d’Anika Walke (Washington University in St. Louis). Dans sa présentation, A. Walke est revenue, en les affinant, sur certaines conclusions de ses précédents travaux concernant l’indifférence ou la collaboration des populations locales lors des massacres. L’absence de commémoration consacrée spécifiquement aux victimes juives de la Shoah participe cependant à un effacement d’une certaine réalité historique, condamnant les victimes à l’oubli et cantonnant les participants actifs ou passifs (les témoins) au rôle de simples personnes « présentes » au moment des faits.

Du passé et de la mémoire il fut question dans l’exposé d’Ina Sorkina (Université de Varsovie, Université Humboldt de Berlin) à travers la marchandisation de la Shoah et la vente en Biélorussie d’objets ayant appartenu à des familles juives. Comme l’a précisé I. Sorkina, le commerce de ces objets est une source de revenus pour les commerçants spécialisés. Pour les descendants des victimes ou les touristes, en particulier ceux en provenance d’Israël, ces objets ont valeur de reliques sacrées.

Deux présentations, celles d’Alexandre Dalhouski (History Workshop de Minsk), « La Mémoire de la Shoah dans la Biélorussie soviétique et post-soviétique » et de Maya Katznelson (fondatrice du Belarusian Jewish Cultural Heritage Center) sur « le projet « Belarus Shtetl » et les nouvelles manières de travailler avec le patrimoine juif », ont permis de prendre la mesure des efforts déployés en Biélorussie, avec l’aide de collaboration internationale, afin de donner une visibilité l’histoire de la communauté juive et à son anéantissement.

La traduction des interventions en russe, anglais, français, a été assurée par Milana Urvantseva, Divine Florcile, Emma Murphy, Camille Rauch, Aude Mousset.

Les organisateurs remercient les services techniques du Mémorial de Caen et le Consulat de France en Biélorussie qui a rendu possible les échanges avec M. Efim Bassin qui participe au projet sur le ghetto de Brest-Litovsk.

Boris Czerny
(Université Caen Normandie, Institut Universitaire de France)

Claire Le Foll
(Parkes Institute for the Study of Jewish/non-Jewish Relations, Université de Southampton)



Citer ce billet
Boris Czerny et Claire Le Foll (2023, 16 janvier). La Shoah en Biélorussie : cadre historique et innovations méthodologiques. Le carnet de la MRSH. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnwm

  1. Christian Gerlach, Kalkulierte Morde : Die Deutsche Wirtschafts- Und Vernichtungspolitik In Weißrußland 1941 Bis 1944, Verlag: Hamburger Edition, 1999. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search