Poésie antique / poésie contemporaine : face-à-face, affleurement, empreinte

Les 13 et 14 octobre, le colloque « Poésie antique / poésie contemporaine : face-à-face, affleurement, empreinte » organisé par le LASLAR, en collaboration avec l’IMEC,s’est tenu à la MRSH. Il a eu pour objectif d’explorer les modes de présence de la poésie antique dans la poésie d’aujourd’hui (depuis les années 1970-80) comme autant de mises en relation de l’une et l’autre. responsables scientifiques : Anne Gourio et Claire Lechevalier

Nous avons souhaité étudier la matière antique extraite des œuvres poétiques gréco-latines et décliner les façons dont la poésie contemporaine l’en-visage. Les différentes communications ont proposé un travail sur un ensemble meuble et mouvant de mythèmes, de références cachées, de formes et de figures enfouies modelant l’imaginaire et la mémoire, tant individuels que collectifs. Les différents intervenants se sont demandé comment la poésie antique visite le présent, comment elle le hante, comment elle l’irrigue, telles la figure d’Orphée traversant souterrainement la poésie de Philippe Jaccottet ou celle d’Ulysse endormi affleurant dans Les Planches courbes de Bonnefoy. Ils ont interrogé la façon dont le texte antique peut faire irruption ou effraction dans les œuvres d’un Jude Stéfan, d’un Emmanuel Hocquard ou d’un Jean-Pierre Verheggen. Chez d’autres, comme Pascal Quignard ou Frédéric Boyer, la présence vivace de l’antique a semblé entrer en tension avec ce que l’on pourrait considérer comme une tentation nostalgique ou mélancolique.

Sensible au passé mais désormais affranchie de l’héritage et des strates interprétatives, la poésie d’aujourd’hui semble ainsi accueillir la poésie antique tout à fois comme une évidence immédiate (c’est la « fraîcheur d’eau au creux de la main » qu’évoquait déjà Philippe Jaccottet en 1957 dans son approche d’Homère) et comme une étrangeté dépaysante. Si l’Antiquité s’impose alors (le plus souvent ?) sous une forme morcelée, à travers des figures fragmentées, des lambeaux de mythes ou des extraits condensés d’une totalité engloutie, elle peut aussi s’offrir comme le support énonciatif ou narratif d’un récit réinventé et d’une oralité retrouvée. Tous les courants de la poésie contemporaine ont été abordés dans le colloque : travailler sur la matière antique, c’est constater que l’Antiquité traverse indifféremment toutes les sensibilités de la poésie contemporaine (renouveau lyrique, formalisme radical, poésie prosaïque, littéralité…).

Le premier moment du colloque s’est penché sur la résurgence de la poésie antique à l’aune de l’écopoétique contemporaine et des nouveaux enjeux écologiques (Michel Deguy, Frédéric Boyer). Dans un deuxième temps, la réflexion a porté sur les figures mythiques d’Eurydice, d’Ulysse, d’Icare ou de Diane, retraversées, remodelées, entrées dans une forme de métamorphose. Enfin, nous avons exploré le dialogue intempestif, inactuel, « extrême-contemporain » que certaines poétiques actuelles entretiennent en face à face avec l’antique, dans un mouvement qui vient pulvériser les catégories de l’Histoire.

Ont participé à ce colloque Lise Bello (université du Havre), Lydie Cavelier (université de Picardie), Franck Collin (université des Antilles), Julie Dekens (traductrice), Marie Frisson (Sorbonne Nouvelle), Irène Gayraud (Sorbonne Université), Bénédicte Gorrillot (université polytechnique des Hauts de France), Laure Himy (université de Caen Normandie), Claire Paulian (université Paris Cité), Nicolas Servissolle (université Paris VIII). Ce colloque a par ailleurs accueilli une table-ronde avec Frédéric Boyer et Emmanuel Lascoux qui a questionné les enjeux de leurs traductions novatrices, singulières et poétiques de L’Odyssée et des Géorgiques. Cette table-ronde s’est prolongée lors d’un Grand-soir « Homère » à l’IMEC dans lequel nous avons pu entendre Emmanuel Lascoux et Caroline Fourgeaud-Laville.

  • Retrouvez la table ronde avec Frédéric Boyer et Emmanuel Lascoux

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne Gourio et Claire Lechevalier (31 octobre 2022). Poésie antique / poésie contemporaine : face-à-face, affleurement, empreinte. Le carnet de la MRSH. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnwi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search