Colloque international ISIC 14 « New Directions in Islands Studies »

par Benoît RAOULX (ESO-Caen)

Quand l’objet entre en résonance avec le lieu du colloque

Ce colloque a été organisé conjointement par le réseau Small Islands Cultures Research Initiative (SICRI htpp://sicri-network.org), réseau international basé en Australie, associé à la revue en ligne Shima (http://www.shimajournal.org), Eso Caen (UMR 659 90 CNRS), la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH Caen) avec le soutien de l’Université de Caen-Normandie[1].

Cette rencontre était précédée par deux évènements les 14 et le 15 juin :  la projection à la MRSH du film documentaire de Chantal Richard, Au nom des trois couleurs (2009) qui porte un regard singulier sur l’île Europa, occupée par la France, dans le canal de Mozambique (en partenariat avec le programme Film et Recherche en Sciences Humaines, FRESH). Le groupe a été aussi accueilli le 15 juin par le directeur de l’Ecomusée de la Baie du Mont Saint Michel à Vains (présentation des actions et du musée par le directeur) lors d’une excursion dans la baie.

Photogramme « Au nom des trois couleurs » (Chantal Richard, 2009)

Le colloque proprement dit s’est déroulé au Musée de l’île Tatihou (Manche) pour deux journées et demi d’échanges, du 16 au 19 juin.

Il s’agissait du 14e colloque International « Small Island Conference » (ISIC). Ces colloques ont une occurrence annuelle et tournent sur différents continents : Asie, Océanie, Amériques et Europe. Les derniers ont eu lieu à Saint John’s (Saint-Jean de Terre-Neuve, Canada, 2017) et Okinawa (Japon, 2016). C’est la première fois qu’une ISIC a lieu en France.  Le programme et le livret des résumés des communications du colloque se trouvent sur le site https://isic14.sciencesconf.org.

La localisation à Tatihou était tout à fait pertinente. Ce lieu permet une rupture avec le quotidien (passage vers une île) ; il constitue un espace « micro » qui reflète les stades de l’évolution des îles et de tendances « macro », entre frontière, espaces de mises à distance (Lazaret, accueil de réfugiés espagnols, centre de rééducation), puis fonction patrimoniale, touristique et éducative (site Unesco, réserve naturelle). La présence de l’exposition « Les esclaves oubliés de l’île Tromelin » dans le Musée de Tatihou renforçait l’intérêt du lieu. Le caractère de retraite sur une île (hébergement sur l’île) a été propice aux échanges durant les différents temps du colloque : un « effet de lieu », en quelque sorte.

De forte dimensions internationales et interdisciplinaires

Ce colloque était structuré uniquement en sessions plénières afin de construire un corpus commun et d‘accorder du temps aux échanges, ce qui a été de l’avis des participants très positif.

Deux autres particularités quant au colloque : la forte dimension internationale et la forte interdisciplinarité.

La rencontre, qui s’est déroulée en anglais, a été marqué par son caractère international : sur 24 présentations, 20 ont été présentées par des chercheurs étrangers correspondant à 13 pays différents. Certaines communications ont été menées à plusieurs voix, croisant des regards de plusieurs pays (communications nippo-néo-zélandaises, franco–canadienne). Le colloque a aussi permis à des doctorants de plusieurs pays de présenter leurs travaux et d’échanger avec des collègues du monde entier réunis en même lieu. Le colloque a bien entendu été l’occasion d’établir de nouveaux contacts et de mobiliser d’autres réseaux (géographie sociale italienne, par exemple).

Une autre des caractéristiques de ce colloque a été sa forte dimension interdisciplinaire –l’appartenance disciplinaire n’était guère mise en avant d’autant qu’un certain nombre de chercheurs ont des profils atypiques, rompus à l’interdisciplinarité, le travail sur les sociétés et cultures insulaires favorisant l’exploration d’autres champs et de thématiques. Les communicants venaient de géographie, sociologie, histoire, archéologie, ethnomusicologie, sciences de la communication, linguistique, économie, droit, environnement, études culturelles et humanités (littérature), art (présence d’artistes visuels du Laboratoire des Hypothèses basé à Cherbourg et de musiciens du groupe Lihou qui travaillent sur le répertoire des îles Anglo-Normandes). Certains communicants proposaient une entrée à partir d’une étude de cas, mais se sont efforcés, de façon inductive, à en sortir des questions générales. Les discussions ont bien veillé à garder le cap sur les questionnements épistémologiques.

Colloque ISIC 14

 

Regards épistémologiques

Le sujet constituait aussi un moment important dans ce réseau, puisqu’il avait pour fonction, au-delà d’études de cas ou de thématiques restreintes, de faire le point sur la recherche sur les îles et d’aborder des questions épistémologiques contemporaines.

Les îles ne sont pas considérées comme des microcosmes isolés, mais plutôt comme une entrée pour comprendre des enjeux contemporains mondialisés. La diversité des situations permet de puiser dans un vivier d’exemples : ce qui apparaît comme un champ éclaté, éclectique, rétif à tout généralisation, apparaît au contraire, à un autre niveau de conceptualisation, comme une ressource intellectuelle de premier ordre. On peut proposer l’idée d’une nissothèque, construite sur les racines grecques des mots « île » et de « collection » :  une bibliothèque où le chercheur peut puiser des situations à travailler, à comparer. Les îles ont donc une fonction heuristique dans la mesure où le chercheur peut embrasser des facteurs différents, s’approprier et conceptualiser une sorte de modèle réduit qui permet de travailler des intuitions, des interactions entre phénomènes. Cette approche renouvelle l’idée ancienne d’« espace laboratoire ».

Les îles –sociétés et cultures insulaires- sont considérées comme des modalités de construction sociale de l’espace et non pas un espace en soi, au-delà de l’évidence d’une terre entourée d’eau et dont les habitants en ont conscience.  Même les îles inhabitées sont construites symboliquement, appropriées par les récits, l’imaginaire, par les enjeux géopolitiques, les dimensions idéologiques…et renseignent sur les enjeux du monde et des sociétés qui les produisent. L’exposition présentée au musée de Tatihou, « Tromelin, l’île des esclaves oubliés » en est un bon exemple : ce bout de terre inhabilité de 1 km2 renvoie à de multiples questions. Il révèle des questions mémorielles fortes qui concernent la France et les sociétés de l’océan indien, voire des enjeux mondiaux sur la mémoire de l’esclavage. Cette île est aussi un exemple de rivalités géopolitiques, autour de la souveraineté de l’île –et de la Zone Economique Exclusive- entre la France et l’île Maurice.

Les travaux des archéologues et historiens ont rappelé dans la longue durée les îles n’ont pas connu que des phases d’isolement (ce dernier mot partage une étymologie commune avec île et la figure de l’île a souvent été associée à l’isolement et à l’archaïsme), mais ont constitué des vecteurs d’expansion de pouvoir économique et politique. En Méditerranée, l’archéologie montre l’alternance courante de phases d’occupation ou de délaissement. Le terme « archipelagique » a été diffusé par la république de Venise qui a contrôlé maintes îles en Méditerranée ; la construction de l’Empire britannique et l’expansion portugaise plus ancienne se sont appuyées sur des îles qui ont permis de constituer des réseaux d’échanges et de contrôle (exemples de Saint Hélène, de Saõ Tomé) ; des sociétés insulaires en sont issues, montrant des formes d’hybridation culturelles. De même, des îles ont constitués des centres, des carrefours, à l’exemple de l’expansion viking dans les îles Anglo-Normandes, devenues par ailleurs plus tard carrefour culturel et linguistique à l’exemple de la tradition orale et musicale (qui ont emprunté au répertoire dans plusieurs langues : français, normand des îles, anglais, voire breton).

Aujourd’hui, l’importance des îles est renouvelée par la question très contemporaine du contrôle des espaces marins, un des enjeux majeurs à l’échelle mondiale.

Espaces marins, espaces produits d’enjeux multiples

 On assiste à la territorialisation des espaces marins, porteurs d’enjeux géopolitiques, environnementaux, et sociaux. L’affirmation de ces enjeux entraîne un glissement relatif de la recherche et des questionnements épistémologiques : dans cette perspective, les îles sont évoquées non pas en tant que surface terrestre ou pour soi, mais comme point d’appui pour étudier les enjeux liés aux espaces marins. Les espaces marins (vus comme des volumes) sont de plus en plus l’objet de conflits environnementaux/patrimoniaux et de spéculations : îles artificielles, extension de l’espace insulaire (comme à Jersey avec la densification liée à la finance dite offshore), conflits de plus en plus liés en raison des ressources halieutiques, minérales, mais aussi énergétiques (parcs éoliens, hydroliens).

En raison des appropriations par les Zones Economiques Exclusives (ZEE) –renforcées par l’extension sur le plateau continental- des ilots prennent des importances inédites (cas de Clipperton, île française du Pacifique de 9 km2 –superficie essentiellement liée à la présence du lagon-pour 435 000 km2 de ZEE ! soit environ 48 000 fois sa taille). Cette dimension est aussi idéologique : agrandir l’espace contrôlé permet de figurer comme les plus « grandes puissances maritimes de la planète » : la France serait la « 2e puissance maritime mondiale » en raison de la surface maritime liée à l’outre-mer, dont 95 % est dû à la présence d’îles. L’appropriation de l’espace marin est investi par les discours politique de rêves de grandeur, la mer étant érigée en « nouvelle frontière ».

Les îles sont le support d’actions géostratégiques et de rivalités de premier ordre pour contrôler les espaces marins, sources de fortes tensions internationales (exemple bien connu des conflits en mer de Chine méridionale). Ces dimensions ont des conséquences sur les populations insulaires, otages d’enjeux qui le dépassent. L’océan indien est intéressant à cet égard. A l’effacement relatif des anciennes puissances coloniales ou impérialistes –France, Grande Bretagne puis les Etats-Unis à l’occasion de la Guerre froide –qui toutefois « remusclent » leur territoire par l’appropriation d’espaces marins souvent contestés (îles éparses, F, îles Chagos, GB) s’affirment sur le plan géostratégique les puissances indienne et chinoise, qui sont en compétition. Cette rivalité est croissante au fur et à mesure du basculement du centre de gravité vers l’Asie. Ces tensions géostratégiques et géopolitiques s’expriment à toutes les échelles.

Certaines relèvent de réminiscences des rapports coloniaux dans un contexte post-colonial à l’exemple de Mayotte, séparée du reste des îles Comores et revendiquée par l’Union des Comores.   Elles peuvent amener à fragiliser les sociétés, voire contribuer à des formes de redéfinition de l’appartenance et du territoire (ex de Mayotte : questions migratoires et construction d’une altérité/séparation vis-à-vis des autres îles comoriennes). Les enjeux géostratégiques amènent à des conflits au sein de la population et cristallisent des rapports de pouvoir (exemple de la rivalité Inde/Chine, facteur d’instabilité politique aux Maldives, exemple des Seychelles avec le projet de base navale indienne). Les îles illustrent de façon très claire des effets de « télescopage » de phénomènes micro/macro.

La question de la gouvernance et des choix indépendance/dépendance est complexe. Dans ce domaine, les îles sont souvent l’objet de bricolages institutionnels, de statuts particuliers, de formes inédites de gouvernement. La multiplication des micro-états est caractéristique : les vulnérabilités sont différentes entre les micro-états indépendants et les territoires dépendants, entre les SIDs – Small Island States- et les SNIJs – Subnational Island Juridictions.  Ces derniers peuvent bénéficier d’aide en théorie plus rapide et inscrites dans la durée (exemple des conséquences du cyclone Irma dans la zone caraïbe). Les questions de dépendance dépassent la question formelle du statut politique : les îles sont connectées aux réseaux mondiaux (dont la forme la plus manifeste est celle des paradis fiscaux liés au Royaume-Uni qui accompagnent la mondialisation financière). Ces questions de statut peuvent contribuer à renforcer des inégalités qui prennent des formes particulières dans des microespaces/sociétés.

Questions sociales et culturelles contemporaines : les îles pour qui ?

Ces fragilités amènent, en effet, à évoquer les questions sociales qui sont incontournables.  Les  questions migratoires ont placé les îles au-devant de la scène géopolitique et médiatique : îles en situation de frontières, lieux d’arrivée de migrants comme en Méditerranée (Lampedusa, Malte, îles grecques) ou/et « lieux de tri » ou d’externalisation des politiques migratoires pour contrôler les populations : « hot spots » dans les îles grecques, camps dans les dépendances australiennes comme Christmas, ou rapports néo-coloniaux du Gouvernement australien avec Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) ou encore le microétat de Nauru. Les migrations forcées sont aussi liées aux dimensions géopolitiques/géostratégiques des grandes puissances (exemple des Chagos).

La question de la mobilité affecte nombres d’îles en raison des coûts du transport. Le « capital de mobilité », l’aptitude à aller et sortir des îles, voire à échapper aux catastrophes (« élites circulantes » ou kinetic elites), est très inégalement répartie. Les responsabilités politiques ou associatives offrent à certains individus un moyen de circuler en dehors des îles tandis qu’une frange de la population est assignée à résidence. Les formes de surchauffe immobilière (Jersey, petites îles italiennes), les entre-soi élitaires (Saint Barth), les emplois de service sociaux liés au secteur économique (emplois de service précaires dans le tourisme dans les îles méditerranéennes et caraïbes) contribuent à des formes d’inégalités fortes.

Ces rapports sociaux sont souvent spécifiques dans les micro sociétés, en raison de la personnalisation des relations sociales (les individus ont plusieurs « casquettes »). Cela peut aussi limiter au sein de la société des formes de contre-pouvoir. Ainsi la vision souvent héritée de l’idée de communauté récurrente dans nombre de monographies éclate, du moins se complexifie, par la prise en compte des rapports sociaux et des espaces vécus dans des espaces micros.  Les inégalités pouvant être conçues comme des agencements spécifiques entre « espaces vécus » et des « effets » de classe », de « culture » et « effets de lieu » (combinaison de facteurs en un espace) fortement intégrés dans des microsociétés.

Mais les îles expriment aussi des formes d’hybridation culturelle -musicale, linguistique notamment- de fabrication de cultures originales ou de revendication culturelle de la diversité. Dans les archipels japonais d’Okinawa et d’Amami, l’usage de la langue des îles, shima kutuba, par les radios communautaires, et des initiatives originales (vending machines), constituent un moyen d’affirmer une résistance face à l’occupation par les bases américaines. Ces formes n’empêchent pas toutefois des mouvements de standardisation culturelle (quasi-disparition de la langue jersiaise, érigée comme patrimoine). La catégorisation de ce qui est « local » ou « insulaire » relève aujourd’hui d’un processus dialectique, entre insiders et outsiders. On assiste à des formes de réappropriation du regard extérieur, à l’exemple d’œuvres « exogènes » du cinéma documentaire par les autochtones/insulaires (Pacifique, Canada). Dans un autre registre, par des télévisions de proximité peut constituer un moyen de renforcer des initiatives locales (exemple des îles du Ponant).

Ces appropriations peuvent relever de résistances politiques à l’exemple des mouvements à Venise contre la privatisation de l’espace de l’île de Poveglia. La marchandisation de l’espace et ses enjeux a été clairement évoquée lors de la dernière session, notamment par le tourisme. Les choix de développement ont été discutés notamment les situations extrêmes que l’on trouve dans les petites îles : surchauffe (tourisme, activités financière), difficulté de maintien de la population comme dans d’autres petites îles–Ventotene (Italie). Dans cette perspective, les spéculations foncières (exemple de création de vignobles insulaires dans l« ancien monde » et du « nouveau monde ») mais aussi des initiatives par le bas, à la limite de la sphère marchande, s’inscrivent dans des réseaux qui dépassent l’île (activités environnementales, bio…). Ces réseaux construisent le caractère insulaire, entendu comme une forme emblématique, renforcée, du local.  Dans ces processus d’échanges, les pratiques artistiques peuvent être mobilisées. Elles s’appuient sur l’imaginaire stéréotypé des îles, le recycle, ou contribuent à changer le regard sur les lieux ; elles peuvent aussi légitimer à terme des appropriations sociales en donnant de la valeur symbolique, prélude à des formes de gentrification, réservant les îles aux classes aisées.

 

Doit-on multiplier les concepts et figures liés aux îles ?

 L’évolution majeure consiste à accorder davantage d’attention aux enjeux marins autour des îles. Les mots peinent à rendre compte, dans différentes langues, des phénomènes en cours. Cela amène à évoquer la notion anglo-saxonnes d’aquapelago, de maritimité (notion apparue chez les géographes francophones au début des années 1990) de merritoire (formé à partir du mot « territoire ») ou encore de meroir, cette dernière étant un néologisme proposé lors de ce colloque au moment des discussions et construit sur le modèle de « terroir ».

Cette profusion de vocabulaire essaye de rendre compte à la fois de la territorialisation/socialisation des espaces maritimes, des spécificités de ces espaces et des rapports à ces espaces, mais elles peuvent aussi, pour certains, être inutiles. La question (récurrente) de la définition d’une île et de la multiplication des figures de l’île, métaphores pour signifier des formes de coupures réelles ou supposées sur les continents (villes isolées, oasis… une vieille question) a suscité un débat assez vif qui a été ensuite dépassé. En effet, il ne s’agit plus tant de dresser des nomenclatures, de chercher les spécificités irréductibles des îles (comme au début du XXème siècle), mais d’étudier les processus avec les îles. La « nissologie » (ou nissonologie, « science des îles) est alors vue comme un outil qui travaille des spatialités et des phénomènes en relation avec les îles pour comprendre le monde contemporain.

L’essor des études insulaires (island studies) est freiné par le coût de la recherche, lié aux déplacements et aux séjours sur les terrains insulaires, ainsi que la difficulté de multiplier les exemples. Les réseaux de recherche et les colloques internationaux permettent toutefois de faciliter la dimension comparative.

Les participants au colloque ISIC 14

Conclusion : pouvoir/contre-pouvoir

De façon sous –jacente à l’ensemble des sessions et des communications de ce colloque, on peut relever la dimension du pouvoir et du contre- pouvoir.  On peut analyser cette dimension par la triangulation « catégoriser, marquer, représenter », mobilisant la communication orale, visuelle et audiovisuelle, dimension qui pourrait faire l’objet d’une attention particulière, lors d’un futur colloque.

*« Les îles et les cartes » : la carte est associée de façon quasi-consubstantielle à la figure de l’île, par son contour. Elle est aussi un support à l’imaginaire des îles.

La carte est souvent mobilisée comme outil par les chercheurs pour mesurer, inventorier les phénomènes à l’échelle micro sur les îles, comme l’ont montrées certaines communications. Les îles permettent sans doute un travail qui cherche à tendre vers l’exhaustif- nonobstant la présence de sources fiables. Elles permettent aussi de découvrir et d’inventorier des formes qui pourraient passées inaperçues dans des espaces plus vastes, les cartographier, à l’exemple de l’archéologie (îles méditerranéennes), de l’étude de la transformation des paysages (Ponza) ou du parcellaire, qui reflètent les mutations de la société insulaire… Mais les cartes sont aussi une façon de catégoriser, de nommer (par les toponymes) donc de contrôler le territoire, à l’exemple de la République de Venise qui a cartographié de façon minutieuse d’îlots, afin de manifester son emprise et de pouvoir contrôler l’espace archipélagique grec.

* « Les langues, langages et les îles » qui renvoient à des dialectiques internes/externes, entre norme nationale/globale et réappropriation/production locale (langues insulaires, portées par des « cultural enablers » cf, îles japonaises). Ces formes peuvent amener à marquer l’espace physique (vending machines à Okinawa, marqueurs de toponymie en trois langues à Jersey dans l’espace public, etc.) ou proposer des formes de résistance qui mobilisent le langage artistique et citoyenne (peintures murales… projets vidéo à Ventotene, tentatives d’appropriation artistique des forts dans la rade de Cherbourg).

*Les représentations visuelles ne relèvent pas que de la carte, mais aussi de formes audiovisuelles différenciées– entre la médiatisation de masse qui reproduit un imaginaire stéréotypé des îles, des formes de recherche-action mobilisant l’audiovisuel (télévision locale) et des écritures plus personnelles qui travaillent par l’art visuel ou le cinéma documentaire la relation à l’île, et, enfin, des formes de négociations/réappropriations par les habitants d’œuvres cinématographiques. Le terme de « représentation » doit être entendu comme une dimension performative où peuvent se nouer des jeux de normes, entre pouvoir et contre-pouvoir.

[1] Le colloque a été coordonné conjointement par Arianne.Reis (Western Sydney University, Australie) et Benoît Raoulx (EsoCaen, Université de Caen-Normandie). Le comité scientifique était composé outre des deux coordinateurs de : Mike Evans (UBC Okanagan, Canada), Christian Fleury (chercheur associé à Esocaen), Phil Hayward, éditeur de Shima (Univesrsity of Technology Sydney), Henry Johnson (University of Otego, Nouvelle-Zélande).


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search