Why do we care more about fictional characters than about real ones ?

Medea Sarcophagus. Rome (Italy), near Porta San Lorenzo. Marble, produced in Rome, 140-150 AD.

Mercredi 15 juin 2022, le séminaire PhiLiA se réunissait à distance pour écouter Dana Munteanu pour une conférence portant sur notre intérêt pour les personnages fictionnels (Why do we care more about fictional characters than about real ones ?). Dana Munteanu est associate professor de littérature antique à l’Ohio State University, et articule dans ses recherches son regard d’antiquisante et sa connaissance des questionnements philosophiques contemporains (par exemple dans Tragic Pathos et dans Emotion, genre and gender in Antiquity).

N’est-il pas paradoxal que nous nous sentions disposés à agir pour aider un orphelin décrit par Dickens, alors que nous restons de marbre à la lecture d’un article de journal nous parlant des orphelins syriens ou ukrainiens ? Cette question rejoint en partie le problème de Blakey Vermeule dans Why do we care about literary characters ?, à laquelle la première séance officielle de PhiLiA avait été consacrée le 5 juin 2019 (on peut lire le compte-rendu de cette séance sur le carnet hypothèses philodelart). L’originalité de Dana Munteanu est d’aborder cette question à travers les textes antiques. En s’appuyant sur de nombreux extraits des tragédies d’Euripide, la conférencière souligna que le danger encouru par celui qui prend pitié d’autrui fait pleinement partie du pathos tragique : comme il le pressent, Créon ne devrait pas avoir pitié de Médée, malgré sa voix douce et pleine de larmes. Des catastrophes terribles s’ensuivront. Que l’on doive se méfier de sa propre pitié fait partie du tragique. Il est possible que notre manque d’empathie envers des personnes réelles vienne en partie de cette méfiance anthropologique envers les conséquences potentiellement néfastes de notre empathie. C’est une première raison pour laquelle les personnages fictionnels nous semblent si agréablement pitoyables : nous n’avons rien à craindre de notre empathie en lisant un roman, en regardant un film ou en écoutant une pièce de théâtre. En jouissant d’une fiction, nous sommes à l’abri des conséquences de notre empathie, et c’est la première raison pour laquelle nous semblons plus sensibles aux personnages fictionnels qu’aux personnes réelles. Toutefois, pour que nous nous souciions des personnages fictionnels, il faut que l’auteur nous mette en relation de proximité et de familiarité durable avec eux. C’est l’un des enseignements de la Rhétorique d’Aristote. Ce sont les deuxième et troisième raisons de notre intérêt pour les personnages fictionnels. En ce sens, un style journalistique volontairement neutre ne favorise pas l’empathie des lecteurs pour les personnes réelles, au contraire de certains documentaires ou de podcasts favorisant, tout à l’inverse, notre souci des acteurs réels d’une situation, aussi distante soit-elle géographiquement. La quatrième raison pour laquelle nous nous intéressons plus aux personnages fictionnels qu’aux personnes réelles est leur universalité. Comme y insiste Aristote dans la Poétique, c’est le vraisemblable qui est imité par le poète. Cette quête de vraisemblance conduit à une typification de situations universelles. Cela n’est pas contradictoire avec la proximité : en lisant dans Les Troyennes d’Euripide le chagrin d’Hécube à la mort d’Astyanax, nous comprenons ce que c’est (au sens de ce que cela fait) pour une grand-mère que de perdre son petit-fils. On pourrait rapprocher ces remarques de Dana Munteanu du concept de pathos formel chez Aby Warburg. Dans sa présentation, la conférencière montra d’ailleurs des bas-reliefs qui faisaient immanquablement penser aux réflexions du grand historien de l’art allemand.

Les discussions portèrent sur le commentaire par Dana Munteanu du terme d’enargeia en termes narratologiques de « focalisation ». Laetitia Marcucci, spécialiste de philosophie de l’art et d’éthique médicale, fit des remarques sur le rôle de l’empathie dans la décision et la délibération. Bertille Rouillon, agrégative de philosophie et fidèle du séminaire PhiLiA, demanda à l’oratrice si elle se situait dans les éthiques du care. Claudio Veloso discuta l’interprétation proposée par Dana Munteanu de l’extrait du Panégyrique d’Athènes d’Isocrate (“Against these [abuses] nobody has ever felt indignant, but people find worth shedding tears over misfortunes put together  [sygkeimeinais] by poets, while paying no attention to many true  [alêthina] and terrible sufferings which have occurred because of war; far from feeling pity for these, people take more delight in the misfortunes of others than in their own blessings.”, Panegyricus, 168, tr. angl. D. Munteanu). Armelle Parey, maîtresse de conference HDR d’Eribia, apporta une contribution decisive aux discussions en évoquant les ouvrages de Suzanne Keen (Empathy and the novel) et Rita Felski (Hooked: art and attachment).

Après avoir chaleureusement remercié la conférencière – qui avait accepté de parler à 8 heures du matin à l’heure américaine – les organisateurs de PhiLiA annoncèrent la parution prochaine du programme provisoire du séminaire 2022-2023.

Pour être tenu au courant des activités de PhiLiA, écrire à maud.pouradier@unicaen.fr

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université Caen Normandie


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maud Pouradier (22 juin 2022). Why do we care more about fictional characters than about real ones ? Le carnet de la MRSH. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnwd


Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/09/2022

    […] Pourquoi nous soucions-nous plus des personnages fictionnels que des personnes réelles ? Compte-rendu complet de la séance PhiLiA du 15 juin sur le carnet de la MSRH. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search