La connaissance de l’œuvre littéraire de Roman Ingarden

Roman Ingarden, Polish philosopher, Stanisław Ignacy Witkiewicz (Wikipédia – Licence CC)

Mercredi 6 avril après-midi, PhiLiA recevait Patricia Limido, professeur à l’université de Paris Cité. Traductrice et commentatrice de Roman Ingarden, la philosophe termine actuellement la traduction de La connaissance de l’œuvre littéraire pour les presses universitaires de Rennes.

Après un bref rappel des relations entre Husserl et Ingarden, Patricia Limido rappela que la phénoménologie de l’art ingardenienne s’est construite à partir du modèle de l’œuvre d’art littéraire. L’œuvre littéraire n’est ni l’objet réel (qui a une existence autonome), ni la concrétisation esthétique, mais un objet intentionnel, qui a une existence intersubjective et hétéronome. Toutefois, l’œuvre d’art littéraire appelle une concrétisation esthétique, car elle est fondamentalement schématique, elliptique. L’apport de La connaissance de l’œuvre littéraire (1937) par rapport à L’œuvre d’art littéraire (1931), est un intérêt plus détaillé au travail de co-création du lecteur. La concrétisation esthétique n’est pas seulement individuelle, mais collective et sociale : Ingarden a anticipé les apports de l’esthétique de la réception de l’école de Constance.

Il distingue cinq attitudes de lecture : l’attitude de celui qui souhaite simplement se divertir et consommer le livre, l’attitude de celui qui souhaite acquérir des connaissances en lisant un livre, l’attitude esthétique (seule attitude véritablement requise par l’œuvre d’art littéraire), l’attitude préesthétique du connaisseur qui s’intéresse exclusivement à la structure intentionnelle, en se retenant pour ainsi dire de concrétiser l’œuvre d’art en un objet esthétique, et l’attitude postesthétique ou évaluative.

Patricia Limido a souligné qu’Ingarden avait beaucoup été utilisé par Iser dans L’acte de lecture – référence habituellement mieux connue dans les études littéraires. La dialectique entre structure schématique et concrétisation collective et culturelle de l’œuvre d’art littéraire conduit à sa « vie » temporelle. Ingarden a une conception très souple de l’identité de l’œuvre littéraire, puisqu’il considère que les coupes éditoriales et les traductions ne remettent pas en cause son identité. L’important est que la structure schématique demeure reconnaissable. On est très loin du principe d’identité des œuvres allographiques que propose Nelson Goodman dans Langages de l’art.

Ingarden se montre ici plus proche des pratiques éditoriales et culturelles effectives. Les discussions portèrent sur les désaccords et mécompréhensions entre Husserl et Roman Ingarden, sur les difficultés à concevoir une phénoménologie unifiée de toutes les œuvres d’art, sur le statut de l’objet intentionnel dans l’acte créatif, et enfin sur le caractère assez idéaliste d’une telle ontologie de l’œuvre d’art, qui se refuse à considérer l’objet physique comme l’œuvre d’art, au moins dans le cas des arts plastiques et de l’architecture.

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.