Séminaire “L’a priori” : séance consacrée à Mikel Dufrenne

Lors de son intervention plénière du 2 février 2022 pour le séminaire sur l’a priori, Jocelyn Benoist avait fortement rendu hommage à La Notion d’a prioride Mikel Dufrenne, et s’était réjoui de la réédition de L’Inventaire des a priori aux presses universitaires de Caen. Il était donc naturel que le séminaire annuel d’Identité et Subjectivité se terminât par une journée d’étude, qui s’est tenue le 30 mars à la MRSH, entièrement consacrée à l’auteur de la Phénoménologie de l’expérience esthétique.

Après une introduction d’Anne Devarieux, Charles Bobant1 (directeur de programme au Collège International de Philosophie, et auteur d’un très beau livre sur Merleau-Ponty, Maldiney et Dufrenne intitulé L’art et le monde) retraça les différentes étapes de la phénoménologie dufrennienne du sentiment, de 1953 à 1981. Alors que le sentiment est sentiment du monde dans la Phénoménologie de l’expérience esthétique, L’inventaire des a priori fait du sentiment l’expérience du fond de la Nature. « Sentir, c’est éprouver l’imaginaire du réel » écrit Dufrenne dans le livre de 1981. L’imagination apparaît désormais comme un transcendantal : c’est la Nature qui imagine en l’homme, plus que l’homme qui imagine la nature. Les discussions portèrent principalement sur le caractère strictement phénoménologique, ou non, de l’œuvre dufrennienne.

La conclusion de Charles Bobant fut que Dufrenne se représentait certainement comme un phénoménologue, mais était en toute rigueur un réaliste métaphysique d’inspiration plus kantienne que strictement phénoménologique. Mais les questions fusèrent également du côté des étudiants de master et de licence, qui se montrèrent fort intéressés par l’œuvre de Dufrenne : leurs demandes d’information portèrent sur ses relations à d’autres phénoménologues, comme Emmanuel Levinas, sur le parallèle qu’il était possible de faire avec la cosmologie de Renaud Barbaras, ou sur le statut des œuvres médiocres, manquées, ou des « croûtes », dans l’esthétique cosmologique de Dufrenne.

Jan Patočka en 1971 – Licence CC via wikipedia

Frédéric Jacquet, auteur de plusieurs livres sur l’œuvre de Dufrenne (citons notamment Naître au monde et Cosmo-esthétique), réintégra plus nettement Mikel Dufrenne dans la tradition phénoménologique, en faisant plusieurs parallèles avec la pensée de Patočka, auquel Identité et Subjectivité avait consacré un colloque la semaine précédente. Selon Frédéric Jacquet, l’originalité de Dufrenne est de mettre l’accent sur l’énergie de la nature. On passe ainsi de la nature comme puissance expressive dans la Phénoménologie de l’expérience esthétique, à la Nature comme puissance énergétique dans l’Inventaire des a priori. La question de l’apparaître au sujet est peu à peu déplacée vers celle de l’apparaître de quelque chose. Dufrenne est ainsi toujours sur le fil de la phénoménologie, et d’un besoin de métaphysique impérieux mais impossible. Les discussions portèrent sur le statut de L’œil et l’oreille (récemment réédité aux Nouvelles éditions Place), qui avait été exclu du corpus de la conférence de Frédéric Jacquet.

Circé Fürtwängler, doctorante à Paris 1 sous la direction de Renaud Barbaras, et auteur d’une postface à la prochaine réédition de Pour l’homme aux éditions Vrin, retraça la généalogie du concept d’a priori matériel, en situant le concept dufrennien par rapport à Husserl et Max Scheler. Elle montra très clairement comment L’Inventaire des a priori fut une réponse aux objections de Paul Ricœur à la Notion d’a priori. Elle souligna également que la voie vers la philosophie de la Nature était double chez Dufrenne : à côté du chemin allant de l’expérience esthétique des qualités affectives à l’expression de la nature, il faut noter qu’il existe dès les années 1960 et 1970 un chemin éthico-politique, fortement influencé par Marcuse, et dont on voit la trace dans l’Inventaire des a priori avec les développements finaux sur le caractère utopique de l’imaginaire. Il fut rappelé dans la discussion que de nombreux textes sur l’expérience esthétique, réunis dans le tome 3 d’Esthétique et philosophie aux éditions Klincksieck, comprennent des références à Marcuse.

Circé Furtwängler expliqua pour finir la nécessité de hiérarchiser le corpus dufrennien : Mikel Dufrenne ayant été président de la Société Française d’Esthétique, il écrivit de très nombreux textes de circonstance. Circé Furtwängler souligna l’importance du livre de Maryvonne Saison, La Nature artiste (on peut en lire un compte rendu par Valentin Sonnet sur le carnet Hypothèses Philodelart), pour saisir la complexité de l’œuvre de Dufrenne.

Les échanges portèrent à nouveau sur le statut de L’œil et l’oreille, que les conférenciers du jour eurent tendance à considérer comme un texte répondant exclusivement à L’œil et l’esprit de Merleau-Ponty, ce qui est discutable. Une fois de plus, les questions des étudiants fusèrent, notamment sur la signification de la Nature. Grâce à la réédition de L’œil et l’oreille (Nouvelles éditions Place), de L’inventaire des a priori (Presses universitaires de Caen) et de Pour l’homme (Vrin), il est probable que de nombreux mémoires de master – et peut-être à terme de thèses – seront soutenus à l’université de Caen sur un penseur qui trouve, à l’aune de l’esthétique environnementale et des réalismes contemporains, une nouvelle jeunesse.

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université Caen Normandie

  1. “La conférence de Charles Bobant peut être écoutée en ligne sur le site de la Forge numérique. Pour être tenu au courant des activités d’Identité et Subjectivité, demander votre inscription sur la liste de diffusion à Gilles Olivo.” []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maud Pouradier (21 avril 2022). Séminaire “L’a priori” : séance consacrée à Mikel Dufrenne. Le carnet de la MRSH. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnw9


Maud Pouradier

Maître de conférences en esthétique et philosophie de l'art UFR Humanités et Sciences Sociales > Identité et Subjectivité UNICAEN | Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search