PhiLiA : présentation et discussion de “Beyond art” de Dominic McIver Lopes

Mercredi 16 mars après-midi avait lieu une nouvelle séance du séminaire de PhiLiA. Notre collègue de Normandie Université, Nicolas Rialland (maître de conférences en philosophie de l’art à l’université de Rouen, membre de l’ERIAC, spécialiste de Lessing) présentait Beyond Art de Dominic McIver Lopes. Afin que les participants réguliers de PhiLiA puissent participer plus aisément à la discussion, la séance eut lieu intégralement à distance.

Dominic McIver Lopes est surtout connu en France comme l’auteur de Comprendre les images, grâce aux travaux de Laure Blanc-Benon sur la représentation iconique et le réalisme pictural. Beyond Art se présente comme un livre plus classique de philosophie analytique de l’art, puisque l’actuel président de la société américaine d’esthétique reprend la question de la définition de l’art. Mais c’est pour défendre une « théorie qui passe la main » : il ne faut plus chercher à définir l’art en général, mais assumer le fait que seuls les arts sont quelque chose, et non l’Art. Il faut donc renoncer à produire une théorie de l’art (à la manière de Danto), ou même une théorie des arts (à la manière de la systématique hégélienne des arts), mais accepter qu’il n’y ait que des théories des arts. On peut alors se demander si nous ne tombons pas de Charybde en Scylla : si l’on prend l’exemple de la céramique, qui peut clairement être une pratique artistique, on voit mal comment une « théorie qui passe la main » peut empêcher que n’importe quel mug de café ne soit considéré comme une œuvre d’art. Pour répondre à cette objection, Lopes s’appuie sur la notion de « type appréciatif » : le mug qui me sert alternativement de tasse à café et de pot à crayons sur mon bureau appartient à un « type appréciatif » différent d’une céramique de Bizen, au sens où ce n’est pas la même chose d’être un bon mug de café et d’être une bonne céramique de Bizen. La thèse de Lopes exploite plus particulièrement le livre de Judith Jarvis Thomson sur la normativité.

Les discussions furent animées, et portèrent notamment : 1) sur le soubassement institutionnaliste implicite d’une telle thèse, 2) sur l’intérêt de « passer la main » à des théories plus locales qui rencontrent les mêmes difficultés qu’une théorie plus généraliste (songeons aux difficultés rencontrées par les théoriciens de la littérature ou de la littérarité), 3) sur le caractère circulaire d’une définition de l’art dans une « théorie qui passe la main », 4) sur le problème des objets non intégrables dans des types appréciatifs préexistants (cas de l’œuvre avant-gardiste ou révolutionnaire), 5) sur la difficulté à traduire en français le titre Beyond art, qui évoque en anglais Beyond the Brillo box de Danto et Beyond aesthetics de Noel Carroll.

La prochaine séance de PhiLiA aura lieu le 6 avril : nous aurons le plaisir de recevoir Patricia Limido sur La Connaissance de l’œuvre littéraire de Roman Ingarden. Pour faire partie de la liste de diffusion de PhiLiA, écrire à maud.pouradier@unicaen.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.