Les mağālis d’adab et l’adab des mağālis

La première journée d’étude « Les mağālis d’adab et l’adab des mağālis », s’est déroulée le vendredi 25 février 2022 à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines, université de Caen Normandie. Organisée en collaboration entre les deux équipes, ERLIS (équipe d’accueil EA 4254), de l’université de Caen et ERIMIT (axe LASIMA) EA 4327de l’université de Rennes 2, son comité est le suivant :

  • Bentaleb Farès, Université de Rennes 2
  • Gharrafi Miloud, Université de Lyon 3
  • Gouirgate Abdellatif, Université de Nantes
  • Jegham Najeh, Université de Nantes
  • Kenanah Faisal, Université de Caen
  • Nissabouri Abdelfattah, Université de Rennes 2

Cette première journée d’étude « Les mağālis d’adab et l’adab des mağālis », s’inscrit dans le cadre du projet « Les Foyers du savoir dans la culture arabe ». La seconde aura lieu le vendredi 20 mai à l’université de Rennes 2, avec pour titre « L’art de la conversation dans les mağālis ».

Notre journée d’étude a démarré par un accueil convivial et un mot de bienvenue sous la forme d’une annonce à deux voix, celle de Faisal Kenanah et de Radia Rezki-Malek.

La journée était structurée autour de trois séances qui ont abordé plusieurs thèmes.

La première présidée par Abdelfattah Nissabouri (université de Rennes 2) a réuni deux intervenants : Faisal Kenanah (Université de Caen) et Marie-Andrée Gouttenoire (Université de Lille 3).

L’intervention de Faisal Kenanah « Le mağlis d’adab, véritable foyer du savoir du II/VIII au IV/Xe siècle » a montré que les mağālis ont adopté des formes et aspects qui leur sont propres et qui ont évolué à travers les siècles en fonction du développement des Etats et des influences étrangères. Faisal Kenanah a précisé que ces aspects se sont différenciés selon l’espace et le temps. Il a souligné également que certains califes, par exemple, avaient des jours précis pour la tenue de leurs mağālis. Les raisons pour les organiser étaient aussi différentes au point que des occasions particulières leur sont devenues consacrées, tout comme leur aspect extérieur, le mobilier, l’esthétisme, etc., et en particulier ceux des califes et des mécènes, caractérisés par une riche culture et civilisation. Ils représentaient également la culture dominante de leur époque.

Dans son intervention, il a été question de l’évocation des lieux et des moments dans lesquels les mağālis se déroulaient. Il était question également des conditions et règles imposées, les formes, les motifs d’organisation, et l’évolution que les mağālis ont subie. Sa communication a donné un aperçu rapide, mais général, de ce lieu, qu’est le mağlis, considéré comme un véritable foyer du savoir.

Proche de cette thématique, en tout cas, chronologiquement, l’intervention de Marie-Andrée Gouttenoire s’est intéressée à « La figure et la posture de l’Arabe bédouin dans les magālis d’adab du II/VIIIe au IV/Xe siècle ». Le passage de l’oralité à l’écriture est un des aspects que notre collègue s’est proposée de traiter en mettant en évidence le rôle central de ceux que R. Blachère qualifia d’« informateurs bédouins ». Elle a ainsi mis l’accent sur les Arabes bédouins, les Aʿrāb, qui ont connu leur âge d’or aux II/VIII et III/IXe siècles dans les magālis et les ḥalaqāt des cités de al-Baṣra, al-Kūfa et Baġdād. Postés aux portes des puissants dans l’attente d’être consultés pour arbitrer les querelles linguistiques, ils constituent aussi des figures archétypales, à forte variabilité, qui, si elles sont globalement valorisées dans les magālis d’adab, ne manqueront pas d’être décriées et parfois caricaturées dans la posture de personnages frustes et risibles et ce, surtout à partir du IV/Xe siècle.

La deuxième séance présidée par Farès Bentaleb, a réuni deux interventions aussi riches en renseignements à travers Mohsen Ismail (Université des Emirats-Arabes Unis) et Rima Labban (Université de Lille 3).

Mohsen Ismail a montré dans sa communication « Les mağālis littéraires à l’époque de Hārūn al-Rašīd » que la vie intellectuelle et littéraire à l’époque Abbasside a atteint son apogée de développement et de prospérité. Il a souligné que le souci des califes apporté à la traduction des œuvres grecques, indiennes et persanes et l’aspiration des Arabes à la connaissance des cultures les plus influentes, sont deux facteurs qui ont fait de l’époque abbasside un âge d’or de la vie intellectuelle. Par son intervention, Mohsen Ismail a tenté de mettre en lumière l’objet des débats et des controverses qui ont eu lieu dans le palais de Hārūn al-Rašīd connu pour son pari sur le rôle des sciences et de la littérature dans l’épanouissement et le rayonnement des civilisations.  Son travail s’est articulé autour de trois axes principaux : dans un premier temps il essayé de fournir un bref aperçu historique des traits de la vie intellectuelle et littéraire sous le règne de Hārūn al-Rašīd. Dans un deuxième temps, il a tenté, à l’aide de quelques exemples, d’expliquer comment les mağālis organisés par ce calife formaient un forum de débats littéraires, de compétitions poétiques, et la fascination qui en résultait pour le mot éloquent. Enfin, dans le troisième axe, il a soulevé une question importante sur le mérite de ces mağālis qui sont parvenus à présenter des signes avant-coureurs de l’émergence de la critique littéraire dans le sens moderne du terme.

Quant à l’intervention suivante intitulée « Le mağlis de Hārūn al-Rašīd dans Les Mille et Une Nuits entre mythe et histoire », elle a été proposée par Rima Labban qui a visé d’abord à montrer qu’il existe une certaine cohérence entre le mağlis du conte et celui de l’histoire. Son intervention a visé, en deuxième lieu, à relever les aspects historiques que le conte juge inutile à son projet et qu’il occulte. Et en dernier lieu, elle a visé à montrer que le calife et son mağlis sont recrées, réinventés dans une logique de mythification qui les fonctionnalise et les entraîne vers un espace merveilleux instrumentalisé. Notons que Les Nuits convoquent la figure du calife Hārūn al-Rašīd ainsi que son mağlis pour passer un message. Elles cherchent à exprimer une conviction, un désir, un désaccord ou un désespoir. Le mağlis de Hārūn al-Rašīd dans Les Mille et Une Nuits est une promesse de bonheur, par l’âge d’or qu’il ressuscite et par le happy-end qu’il garantit au conte.

L’après-midi, la troisième séance « Technologie numérique au service de l’arabe », présidée par Miloud Gharrafi a donné l’occasion à trois intervenants de s’exprimer sur le sujet de la journée.

D’abord, Jean-Charles Ducène (EPHE-PSL) nous a présenté dans sa communication intitulée « Le maǧlis dans la formation de Yāqūt al-Ḥamawī (m. 626/1229) » ce littérateur et libraire dans son Mu‘ǧam al-udabā’. Yāqūt al-Ḥamawī décrit un certain nombre de débats ou plus généralement de rencontres, de conversations intellectuelles auxquelles il prit part et par lesquelles il se forma, par exemple dans plusieurs villes comme Bagdad, Damas, Alep ou encore Baalbeck. Le but de Jean-Charles Ducène était moins d’établir une géographie de ces lieux de savoirs mais plutôt d’examiner comment Yāqūt décrit les conversations qui finissent par lui apprendre quelque chose ou le poussent à prendre une initiative littéraire. Ainsi, il a examiné en particulier la manière dont les prises de parole et les dialogues sont mis en scène et retranscrits.

Quant à la deuxième intervention, intitulée « Les Soirées de Carthage de l’abbé Bourgade, une œuvre de la tradition arabe des mağālis ? », elle était proposée par Pierre Ageron qui a pris appui sur plusieurs éditions du 19ème siècle. Ces ouvrages sont en général vus comme de simples manuels missiologiques visant à la conversion des musulmans, reprenant et adaptant des modèles apologétiques chrétiens de l’Antiquité. Il était question de se demander si leur composition, leur humour, leur convivialité, leurs manifestations d’ouverture d’esprit et de liberté de pensée, et, surtout, leur érudition ne devaient pas conduire à les rapprocher aussi des mağālis, musāmarāt et munāẓarāt de la tradition arabe. Une comparaison a été brièvement menée entre ces ouvrages et les dialogues médiévaux opposant un moine et des savants musulmans dans le mağlis d’un émir. Notre collègue a tenté ensuite de démontrer que le rôle du jeune intellectuel zaytounien nommé Sulaymān al-Ḥarā’irī, n’a pas été seulement celui d’un traducteur, mais aussi celui d’un partenaire indispensable dans l’écriture de l’œuvre, tant par la vivacité de sa foi musulmane que par l’étendue de sa culture islamique. Pierre Ageron s’est appuyé pour cela sur le riche fonds d’archives d’al-Ḥarā’irī conservé à la BULAC.

Pour la troisième et dernière intervention, notre collègue Najeh Jegham, a choisi d’intituler sa communication « Le salon de Mademoiselle May : une femme dans la Nahḍa ». Cette intervention s’est proposée d’approcher l’apport du salon de « Mademoiselle May » à partir de ses écrits et de témoignages de quelques illustres participants (Ṭāhā Hussein, Loṭfi Al-Sayyid, Ismāʿīl Ṣabrī…). L’objectif était de saisir quelques éléments aptes à éclairer une contribution féminine aux débats et apports du mouvement de la Nahḍa.

Pour conclure, cette journée d’étude a été l’occasion de traiter un vaste sujet du point de vue spatial et temporel, tout en permettant de dresser une vision globale de l’adab de ces mağālis et de s’en faire une idée complète. Car les mağālis des différentes époques ont partagé de nombreux phénomènes qui ne se différencient que par rapport à la nature du milieu et du pouvoir en place. Ainsi, les intervenants ont mené une réflexion sur autour les mağālis de manière générale selon les thématiques abordées.

Lors de la clôture de la journée, le comité d’organisation a salué toutes les interventions de qualité proposées par les collègues et a adressé ses remerciements aux deux équipes d’accueil pour avoir contribué à la réussite de cet évènement. Ainsi, le comité a annoncé la prochaine journée qui aura lieu au mois de mai de cette année, à l’université de Rennes 2. 

Faisal Kenanah
ERLIS – Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.