Enquête Alimenchèche, résultats préliminaires

par Maryse DELAUNAY-EL ALLAM et Julie CHAUVAT (LPCN, université de Caen Normandie)

Le Laboratoire de Psychologie Caen Normandie (LPCN, université de Caen Normandie), en partenariat avec les académies de Caen et Rouen, le Rectorat académique Normandie, les services de PMI du département du Calvados, le CCAS de la ville de Caen, le CHU de Caen et les laboratoires ESO-Caen et CRFDP de Rouen, a mène une enquête, baptisée Alimencrèche,  sur l’alimentation des enfants entre l’âge de 2 et 7 ans. Nous vous présentons ici les premiers résultats. 

Le Laboratoire de Psychologie Caen Normandie (LPCN), en partenariat avec les académies de Caen et Rouen, le Rectorat de la Région Normandie, les services de PMI du département du Calvados, le CCAS de la ville de Caen, le CHU de Caen et les laboratoires ESO de Caen et CRFDP de Rouen, mène une enquête pour mieux repérer et comprendre les difficultés alimentaires dès l’enfance.

L’objectif principal de cette étude est de parvenir à mieux comprendre l’alimentation de l’enfant, mais aussi réussir à mieux évaluer les possibles difficultés alimentaires qu’ils peuvent rencontrer. Pour se faire, en plus du questionnement de leurs comportements alimentaires, différents aspects liés à leur environnement quotidien ont été interrogés comme par exemple les comportements et relations familiales autour de l’alimentation ou encore le niveau socio-économique du foyer. Ces informations nous ont permis de mettre en avant de nouveaux éléments de compréhension.

Entre 2 et 7 ans, il est très fréquent que l’enfant manifeste des modifications plus ou moins importantes de son comportement alimentaire. Parmi les plus fréquentes :

  • La néophobie alimentaire : l’enfant appréhende, voire refuse, de goûter les aliments nouveaux, alors qu’auparavant il acceptait facilement de les goûter. Ces comportements sont très marqués aux environs de 2-4 ans et s’atténuent souvent par la suite.
  • La sélectivité alimentaire : il manifeste des préférences marquées et refuse certains aliments inconnus ou connus.
  • Le manque d’appétit : depuis son jeune âge, l’enfant ne réclame que de petites quantités de nourriture et s’en satisfait pleinement.
  • Le manque de plaisir à manger : différents comportements « perturbateurs » vont être mis en place par l’enfant au moment du repas comme par exemple refuser de venir s’asseoir à table, manger très lentement, etc.

De façon générale, ces « difficultés » n’ont pas d’impact sur la santé et le développement de l’enfant, mais doivent tout de même être surveillées afin qu’elles ne s’installent pas dans le temps. De plus, elles peuvent être à l’origine d’inquiétudes et de questionnements pour les parents qui adoptent des stratégies pour faire manger l’enfant sans forcément y parvenir. Parfois, la mise en place d’interactions plus compliquées pendant les repas devient préoccupante.

Figure 1. Proportion d’enfants manifestant
des comportements néophobes marqués ou non.

Figure 2. Proportion d’enfants manifestant des comportements sélectifs marqués ou non

Figure 3. Proportion d’enfants manifestant un faible appétit important ou pas.

Figure 4. Proportion d’enfants manifestant des comportements liés au manque de plaisir à manger marqués ou pas.

RÉSULTATS PRINCIPAUX :
Plus de 216 parents ont répondu au questionnaire. La majorité des enfants manifestent un niveau de difficultés alimentaires modéré à faible (voir figures 1 à 4). L’étude des liens entre les stratégies mises en place pour faire manger ces enfants et les difficultés alimentaires montre que plus les stratégies de contrainte de l’enfant (punition, chantage, forçage, …) sont utilisées, plus l’enfant manifeste des difficultés alimentaires marquées. Les résultats nous montrent également que les enfants vivant dans des foyers à plus bas revenus restent plus sélectifs. Nous pensons que leur sélectivité peut être liée à la difficulté pour les parents de proposer des repas variés.

QUELQUES CONSEILS :

  • En cas de doutes : vérifier auprès de votre médecin ou pédiatre, que les difficultés n’ont pas d’impact sur la santé de votre enfant.
  • Plutôt que de forcer votre enfant à finir son assiette, ou de le punir, expliquez lui calmement pourquoi il est important qu’il mange des aliments variés s’il veut devenir grand et être en bonne santé.
    N.B. : Même si cela apparait comme une solution pour faire manger l’enfant, trop le forcer à manger a généralement pour effet d’augmenter l’opposition et le refus de l’enfant.
  • Tenter de maintenir un climat apaisé pendant les temps de repas, en proposant à l’enfant les aliments consommés au sein du foyer de façon neutre. Accepter que l’enfant exprime ses préférences alimentaires et sensations de satiété, contribue au développement de son identité et sa capacité gérer ses sensations internes liées à la faim.
  • Proposer des aliments variés à votre enfant, même s’il ne les apprécie pas. Et surtout ne perdez pas espoir, si vous proposez 10 fois dans l’année un aliment peu apprécié dans une ambiance positive, votre enfant devrait finir par en manger.
  • Évitez de donner à votre enfant des gâteaux, jus de fruits, et sucreries entre les repas même si vous pouvez l’autoriser exceptionnellement.
  • Proposez 4 repas par jours et si possible à heures régulières (petit déjeuner le matin, déjeuner le midi, goûter à 16h puis dîner le soir.

Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.