Dire l’événement, regards croisés

par Alexandra Testino-Zafiropoulos (ERLIS, université de Caen Normandie)

Depuis la rentrée universitaire de 2014, nous dirigeons le séminaire « Dire l’événement, regards croisés », séminaire soutenu scientifiquement par l’équipe de recherche ERLIS et par la MRSH de l’université de Caen. Pour faire écho à notre séminaire, nous avons créé également un carnet, logé sur le site hypothèses.org, pour permettre la publication de toutes les communications des chercheurs qui sont intervenus et ont collaboré dans Dire l’événement.

La thématique du séminaire et du carnet est celle de l’étude de l’événement considéré comme objet de recherche sous plusieurs aspects et modalités de représentation, en tenant compte particulièrement du discours organisé autour de l’événement et les façons de le « dire ».


Pour cette année 2017-2018 nous avons, pour la première fois, mutualisé notre séminaire avec le séminaire « Les Amériques » que nous codirigeons avec Nadia Tahir, Maître de Conférences à l’université de Caen et appartenant aussi à l’équipe de recherche ERLIS.

Les séances se sont organisées par conséquent autour des sujets concernant les Amériques. La séance du mois d’octobre 2017 a donné la parole à deux doctorantes de l’université de Caen. Lauren Ndoutoume-Keltoumi a présenté ses recherches concernant la pratique sportive du Polo sous un angle événementiel et sociétal. Caroline Granger, quant à elle, a présenté une communication portant sur la manière de dire l’événement choréographique dans Walkaround Time de Merce Cunningham. La séance de février 2018 a été consacrée à la littérature péruvienne. La doctorante Rosanna Orihuela a fait une communication sur la manière de dire la migrance dans l’œuvre de l’écrivain José María Arguedas. La séance du mois de mars 2018 a été dédiée à la question de la migration interne de la population au Pérou à deux époques très distinctes. Natividad Ferri, a étudié les déplacements des populations indigènes « mitimaes » pendant la période coloniale (1550-1560) et les conséquences de cet événement au sein de la Vice-royauté péruvienne. Le professeur Fernando Orihuela, quant à lui, a fait une analyse de l’impact de la mobilité des populations au XXe et XXIe siècle entre le monde urbain et rural dans la vallée de Tarma-Chanchamayo.

La dynamique de notre séminaire se reflète dans les publications que l’on peut consulter dans le carnet « dire », carnet qui connaît, pour notre plus grande satisfaction, un nombre important de visites en ligne (environ 1500 visiteurs différents chaque mois). Les conférences sont aussi enregistrées (si l’intervenant donne son accord) et peuvent être écoutées sur « la forge numérique » (un lien dans le carnet conduit directement à l’écoute de la communication).

Nous tenons à remercier toute l’équipe de la MRSH, en particulier Christelle Passera – Leclerc, Dominique Hureaux et Ronald Minot dont l’aide précise et précieuse permet la parfaite gestion du séminaire et du carnet en ligne.

  • Cahiers de l’événement : https://dire.hypotheses.org/
  • Comité de rédaction : Alexandra Testino-Zafiropoulos, Irène Baïdine, Geneviève Vilnet

Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.