Rire et sourire dans la littérature latine, au Moyen Âge et à la Renaissance

Léonard de Vinci, La Vierge, l’Enfant Jésus et Sainte Anne (détail) – National Gallery, Londres

par Brigitte GAUVIN (Maître de conférences en langue et littérature latines, université de Caen Normandie)

Cinquante ans après la publication, aux Éditions Universitaires de Dijon, de l’étude fondatrice d’Eugène de Saint-Denis, Le rire et le sourire des Latins, s’est tenu à la MRSH, du 30 mai au 1er juin,  le Ve congrès de la Semen-L (Société des études médio et néo-latines) intitulé Rire et Sourire dans la littérature latine, au Moyen Âge et à la Renaissance. Soutenue par l’Université Caen Normandie, la MRSH, l’UFR HSS, Caen La Mer le CRAHAM (UMR 6273 CNRS / Université de Caen), et articulée sur le thème de recherche “Satire et caricature” développé au CRAHAM depuis deux ans (Thème 3, “Héritages, imitations et écritures du passé”), cette manifestation a permis à des chercheurs belges, italiens et français de réfléchir et d’échanger sur différents aspects du rire dans la littérature latine médiévale et renaissante. responsables scientifiques : Brigitte Gauvin et Catherine Jacquemard (CRAHAM).

Une première session fut consacrée au rire polémique avec, pour commencer, trois communications consacrées à la période de la Renaissance : Aline Smeesters a ouvert le colloque en décrivant l’évolution de la critique de la scolastique, d’Erasme à Molière, Nicolas Casellato a montré comment s’opérait la dénonciation de l’église romaine et des mœurs du clergé dans les Elégies du poète allemand Conrad Celtis, tandis que Sylvie Laigneau-Fontaine exposait comment les poètes réunis dans le Sodalitium lyonnais oscillaient, dans la tradition de Catulle et Martial, entre érudition et grossièreté. Après la pause, l’étude du rire polémique dans la période médiévale a été l’occasion pour Marie-Geneviève Grossel de présenter la critique de la cour dans l’œuvre du conteur anglais Gautier Map, tandis que Pascale Bourgain clôturait la journée en montrant comment l’inversion, souvent à la base du rire dans la poésie lyrique médiévale, peut devenir subversion et faire passer l’œuvre du côté de la critique et de la satire.

La matinée du jeudi, orientée elle aussi vers la période médiévale, fut l’occasion de réfléchir sur le caractère didactique du rire. La communication Samuel Molin, lue par François Ploton-Nicollet, présenta une étude des métaphores et des comparaisons tirées d’Ovide dans l’Ysengrinus de Nivard, puis Lucilla Spetia s’interrogea sur la nature de la critique de la figure du chevalier dans le genre de la pastourelle médio-latine : parodie ou ironie ? Après la pause, Luca Core s’est lui aussi interrogé sur la nature du rire provoqué chez le lecteur du Speculum stultorum, de Nigellus de Longchamps, qui met en scène les mésaventures successives de l’âne Brunellus, et Alice Lamy a refermé cette matinée avec une étude philosophique du thème du rire et du sourire dans le Roman de la rose. L’après-midi du même jour revint à la période renaissante et fut entièrement consacrée au domaine du théâtre avec trois communications. Dans la première, Mathieu Ferrand, s’appuyant notamment sur la pièce l’Advocatus, a montré comment la comédie latine des collèges se situe à l’intersection de diverses sources latines et de la littérature vernaculaire, et comment le comique naît aussi de cette rencontre. Christiane Deloince-Louette a ensuite étudié les annotations de Melanchthon dans son édition du théâtre de Térence publiée en 1516. Enfin, Thomas Penguilly a présenté la traduction latine réalisée par Alciat à partir des Nuées d’Aristophane. L’après-midi s’est achevée par une promenade dans la ville qui a permis aux participants de découvrir les beautés de Caen, du château à l’Abbaye aux hommes en passant par la rue froide, et de profiter d’un moment de détente en terrasse, le soleil et la chaleur étant de la partie.

Enfin, la matinée du vendredi fut consacrée à la poésie et aux théoriciens du rire. En début de matinée, Déborah Boijoux a présenté le poète bolonais Urceo Codro et les différentes natures de son rire dans ses Epigrammata, et Emilie Séris, dans une étude des épigrammes de Giovanni Pontano, a démontré comment le rire du poète, notamment dans le domaine érotique, relevait à la fois du sel noir de Momus et du sel blanc de Mercure. Après la pause, Lucie Claire a exposé comment le De risu de Quintilien avait été reçu à la Renaissance et commenté dans les différentes éditions qui en ont été données alors, tandis que Virginie Leroux, clôturant les communications, confrontait les textes de plusieurs théoriciens du rire et du comique comme Vincenzo Maggi et Francesco Robortello.

Placé par son thème sous le signe du rire et du sourire, le congrès s’est déroulé dans une bonne humeur communicative et le plaisir d’échanger a été au cœur de ces trois riches journées.


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.