The Church and its Spire’: John McGahern’s vision of Irish Catholicism

Le jeudi 10 février, l’ERIBIA recevait dans le cadre de son séminaire de recherche Eamon Maher, professeur de français à l’université de TU Dublin, chercheur en études irlandaises, directeur du National Centre for Franco-Irish Studies et officier dans l’ordre des Palmes Académiques, distinction reçue pour sa contribution exceptionnelle aux relations franco-irlandaises.

Alexandra Maclennan, Olivier Coquelin, Anne-Catherine de Bouvier, Bertrand Cardin, Eamon Maher, Thierry Dubost

Auteur de quatre monographies et de vingt-cinq ouvrages collectifs, il étudie et compare l’expression de l’héritage d’une éducation catholique dans les traditions littéraires irlandaise et française. Il dirige également deux collections chez Peter Lang: Series in Franco-Irish Relations et Reimagining Ireland, cette dernière collection venant de faire paraître son 100e volume. Eamon écrit aussi régulièrement dans l’Irish Times

C’était la première fois qu’il venait à Caen rendre visite aux chercheurs du groupe d’études irlandaises du laboratoire ERIBIA. Enchanté de son accueil par la MRSH, les collègues, et les étudiants de Master et de L3 études anglophones (et une étudiante hibernophile de L3 mathématiques!), il s’est immédiatement senti chez lui ici intellectuellement, partageant avec les collègues un corpus de littérature irlandaise et française, et avec les étudiants présents les mêmes interrogations sur l’héritage catholique, tel qu’il apparaît sous la plume de John McGahern (1934-2006), écrivain emblématique de l’Irlande du XXe siècle – qui était aussi venu en son temps parler à l’université de Caen.

Eamon s’est attardé sur la notion d’écrivain catholique, défendant la thèse que McGahern n’est pas un écrivain catholique, même si ses romans, nouvelles et essais abondent de souvenirs de l’Église exprimant des sentiments allant de l’amertume à la reconnaissance. Il va même plus loin, en avançant que l’Irlande n’a pas d’écrivains catholiques. La France, elle, parce qu’elle est un État laïc, a des écrivains catholiques, qui s’expriment avec un recul critique et une intelligence de la foi que permet la différenciation. Un écrivain catholique, dit Eamon, met en scène des personnages aux prises avec des dilemmes moraux exposés clairement selon des enjeux sotériologiques.

Eamon nous a aussi permis d’apprécier le cheminement personnel de McGahern qui avait sacrifié sa carrière d’enseignant à la censure de son œuvre par l’Église catholique : le McGahern de la maturité exprime sa gratitude vis-à-vis de certains membres du clergé, et exprime aussi ce qu’il souhaite que les Irlandais conservent de leur héritage catholique. C’est le “ministère de la plume” qui a été sa vocation, plutôt que le ministère pastoral que sa mère espérait pour lui.

De manière unique, parce qu’il se distingue des autres écrivains irlandais dans son rapport à cet héritage, McGahern a mis des mots sur la sensibilité religieuse et spirituelle des Irlandais : une religion au sens étymologique du lien collectif qui se crée et se recrée autour du sacré, la nostalgie de l’expérience partagée, sensorielle, ancrée dans la nature, des processions en plein air, des fleurs, des odeurs, une certaine sacralisation de la nature qui rappelle des temps celtiques pré-chrétiens, une recherche d’émerveillement, comme l’a suggéré de façon quintessentielle une étudiante, intuition qu’Eamon a notée pour la conserver.

Un beau, profond et vibrant moment d’études irlandaises.

  • Revoir l’intervention d’Eamon Maher

Alexandra Maclennan
ERIBIA – Université de Caen Normandie



Citer ce billet
Alexandra Maclennan (2022, 17 février). The Church and its Spire’: John McGahern’s vision of Irish Catholicism. Le carnet de la MRSH. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rnw3

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Maher dit :

    Je rougis en lisant ce compte redu élogieux de ma conference de la semaine passée. C’était pour moi un grand plaisir de visiter Caen pour la premiere fois et je remercie toute l’équipe de l’université, et surtout Alexandra et Bertrand, de leur accueil chaleureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search