L’a priori et l’idéalisme moderne

Dans le grand amphi de la MRSH,  pour l’avant dernière séance du séminaire de l’équipe Identité et subjectivité, le professeur Jocelyn Benoist a donné une leçon magistrale sur l’histoire de l’a priori, en synthétisant pour ainsi dire les quatre dernières séances, et en anticipant même sur la dernière, qui sera consacrée au philosophe Mikel Dufrenne, le 30 mars prochain, dont L’inventaire des a priori a été récemment réédité aux PUC par les soins de notre collègue Maud Pouradier.

Jocelyn Benoist est professeur de philosophie à l’Université Paris I, Panthéon Sorbonne. Médaille d’argent du CNRS en 2019. Eminent spécialiste de la phénoménologie husserlienne notamment, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages, et de la philosophie analytique ou philosophie du langage qu’il a fait dialoguer avec la première, il développe, depuis les années 2000, ses recherches autour d’un réalisme contextualiste, inspiré notamment par le philosophe Charles Travis, qui s’oppose au réalisme spéculatif ou métaphysique. Son dernier livre en date : Toward a contextual realism (Harvard University Press, 2021).

En partant du concept en définitive « polarisant » de l’a priori (pas d’a priori sans a posteriori qui non seulement vient avant lui mais en dépend), en rappelant que le concept n’est évidemment pas d’invention moderne (kantienne), le professeur Jocelyn Benoist est remonté à la Somme théologique de saint Thomas (première partie, question 2, article 2, réponse à l’objection 3)et aux deux régimes de preuves de l’existence de Dieu dont le principe de la division n’est pas purement ontologique (cause/ effet) mais aussi épistémique (ce qui nous est mieux connu). L’opposition des deux voies est entre deux sens possibles de l’a priorité : ce qui est premier en soi (Dieu)/ premier pour nous (choses créées) et l’a priori épistémique est adossé a l’a priori ontologique.

Puis enchaînant avec le retournement kantien de la préface de la seconde édition de la Critique de la raison pure, avec la révolution copernicienne qui règle l’être sur la connaissance, il s’est demandé si le concept d’a priori kantien était et pouvait être purement épistémique,  c’est-à-dire « désengagé » ontologiquement. L’enjeu est celui du statut de la phénoménalité : que « donne « la connaissance avant toute expérience ? et quel est le sens de ce « donné » ? en montrant la solidarité entre le concept d’a priori et celui, moderne, d’expérience, il a interrogé les doubles concepts kantiens de réceptivité et spontanéité et le primat de la connaissance sur lequel il repose (l’a priori des modernes étant adossé à ce primat), ainsi que le statut dudit sujet ; le transcendantal étant le « lieu » où le sujet peut, avant et indépendamment du donné, donner « quelque chose » en amont de l’expérience (envers de l’empirisme moderne). Comment entendre cette « avance de principe » de la pensée sur les choses ? quel est la statut de la thèse de la phénoménalité dans l’esthétique kantienne et l’idéalisme transcendantal ?  Bref il a interrogé ce qu’il nomme, dans la discussion, la « spectralité » de l’ontologique dans l’épistémique. 

Certains ont cru pouvoir réontologiser l’a priori comme a priori des choses sensibles, et c’est, selon J. Benoist, la question massive du 20ème siècle : la dimension ontologique de l’a priori. Avec un détour par l’a priori matériel husserlien (3ème Recherche logique de Husserl) et un débat avec M. Dufrenne, J. Benoist est revenu sur le double caractère (kantien) d’universalité et de nécessité de l’a priori, et interrogé son équivocité (intuitionnisme des essences chez Husserl, problème des essences « individuelles », réalisme modal ou non). Alors : l’a priori est-il irréductible ? et en quel sens ? Ce que J. Benoist en retient, c’est l’équivocité de la notion d’a priori dès lors qu’elle bascule dans le versant objectif. Cette dernière interrogation a donné lieu à la restitution d’une conférence donnée par J.-L. Austin en 1939 qui questionne avant l’heure le « mythe du donné », « the given ». Donné par opposition à quoi ? s’interroge J.-L. Austin. Dans le prolongement du débat entre Jean-Luc Marion et Dominique Janicaud sur la notion de don, donation, donateur etc., J. Benoist a conclu au caractère très critiquable de l’extension du concept de donation: si tout est donné, plus rien ne l’est. Et nous laisse méditer cette phrase d’Austin, «  senses are dumb » : les sens sont muets.

Réécoutez l’intervention de Jocelyn Benoist :

Anne Devarieux
Identité et subjectivité
Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.