Le salarié à l’épreuve de l’Intelligence Artificielle

D’après les travaux de Yann Ferguson.

Si “l’intelligence artificielle” (IA) a longtemps alimenté les scénarii de science-fiction (c’est toujours le cas), l’IA est pourtant bien ancrée depuis plusieurs années dans la réalité. Elle est même devenue l’un des enjeux majeurs de la technoscience, l’IA apportant de nombreuses réponses dans tous les domaines (santé, travail, communication, vie quotidienne…).

Selon le conseil de l’Europe, l’intelligence artificielle est “une discipline jeune d’une soixantaine d’années, qui réunit des sciences, théories et techniques (notamment logique mathématique, statistiques, probabilités, neurobiologie computationnelle et informatique) et dont le but est de parvenir à faire imiter par une machine les capacités cognitives d’un être humain.”1

On perçoit à travers cette définition les enjeux sous-jacents de l’IA : la machine, qui a déjà remplacer l’homme à travers les évolutions mécaniques et technologiques sur bien des champs, pourrait-elle concurrencer le cerveau humain ?
Afin de comprendre ce que peuvent être les conséquences sur l’homme de l’avènement de l’intelligence artificielle, nous verrons ici à travers les travaux de Yann Ferguson ce que cela peut produire sur les salariés dans le champ du travail.

Intelligence artificielle et travail

Dans l’ouvrage Les mutations du travail, sous la direction de François Dubet, Yann Ferguson2 rend compte de son enquête réalisée au sein d’une entreprise introduisant progressivement des systèmes d’intelligence artificielle et ce que cela “fait de l’homme au travail“.

Afin de contextualiser son enquête, Y. Ferguson rappelle que si l’IA n’est pas nouvelle, elle est à un tournant décisif : “D’abord, les chercheurs ont développé de nouveaux algorithmes qui permettent à des programmes d’apprendre par eux-mêmes. Ensuite, la disponibilité et l’accessibilité des données, le big data, facilitent cet apprentissage automatique en fournissant aux algorithmes leur matière première : des milliards d’exemples.”3

Par ailleurs, le progrès de la technologie et le coût progressivement plus attractif des systèmes d’IA accélèrent l’intérêt du monde de l’entreprise pour ces derniers. Dans ce contexte, l’État a commandé une mission chargée d’organiser la stratégie française en matière d’IA (mission Villani), démontrant ainsi qu’il s’agit d’une préoccupation majeure. En pleine expansion, l’utilisation de l’IA s’inscrit progressivement dans le champ du travail, et cela n’est pas sans conséquences. Ferguson interroge ainsi le rapport entre l’homme et la machine, si l’IA des secondes remplace les compétences cognitives des premiers. Cette possible « concurrence » ouvre le champ à de nombreuses interrogations, exprimées ici par Ferguson :

Va-t-on vers des suppressions massives d’emploi ? Quelles seront les compétences clés pour évoluer dans ce nouvel environnement technologique ? Comment les conditions de travail vont-elles évoluer ? Dit autrement, qu’est-ce que l’IA fait de l’homme au travail ?4

C’est dans ce contexte que Ferguson mène son enquête dans l’”Entreprise”, groupe industriel de plus de 100 000 salariés, dont l’auteur préserve l’identité. L’”Entreprise” traverse actuellement ce tournant de l’IA avec l’installation progressive depuis deux ans de nouvelles technologies et systèmes de l’IA. En s’appuyant sur la littérature publiée sur le sujet de l’IA, Ferguson rapporte à cette enquête une catégorisation basée sur trois scénarii :

  • Dans le premier scénario, l’IA ferait mieux que l’humain, il s’agit de l’employé “remplacé”.
  • Le deuxième scénario qualifie des situations de relations Homme-IA : ce sont l’employé “augmenté” et “dominé”.
  • Le troisième scénario est celui qui rétablirait le propre de l’homme, c’est l’ “Employé réhumanisé”.5

L’employé “remplacé”

Ferguson rappelle l’existence d’études alertant sur les conséquences néfastes de l’IA sur l’emploi : une étude américaine de 2013 affirme que 47% de l’emploi total est menacé d’ici 10 à 20 ans (Frey, Osborne)6. En 2014, le cabinet Roland Berger estime à 42% les emplois “potentiellement automatisables ”7. Cependant, Ferguson nuance les estimations de ces études en rappelant que chaque métier sollicite une grande diversité de tâches, qui ne sont pas forcément toutes remplaçables par l’IA. Une autre étude de 2003 (Autor, Levy, Murnane) distingue les tâches manuelles et les tâches cognitives, et les tâches routinières et non routinières. Il en ressort que les tâches routinières sont substituables qu’elles soient manuelles ou cognitives, alors que les tâches non routinières sont généralement plus complexes nécessitant un plus grand nombre d’interactions.8

Sur le lieu d’enquête de Ferguson, l’”Entreprise” ne licencie a priori pas, ce n’est pas dans sa culture. Le responsable RH rappelle que l’introduction de l’IA dans l’Entreprise n’a pas pour but de supprimer des emplois. Ferguson observe : “La logique substitutive est présentée sous un jour positif : l’IA ne supprime pas des emplois mais remplace des collègues en mobilité professionnelle, soulage des agents en surcharge de travail, maintient la connaissance au sein de l’ « Entreprise“.9 Toutefois, dans les ateliers organisés par l’entreprise pour accompagner la mise en place des systèmes IA, la majorité des employés pointe les risques de suppression d’emploi, mais ils relient davantage ce risque au changement de statut de l’entreprise, davantage soumise à la concurrence. Ferguson rappelle que l’ “Entreprise”, dans sa logique “substitutive”, repense les postes plutôt que de les supprimer. Elle crée des postes d’animateurs IA là où elle ne remplace pas d’anciens postes. A terme cela pourrait tout de même avoir des répercussions sur l’emploi dans l’ “Entreprise”, comme le souligne Ferguson au travers de ce questionnement : “L’ “Entreprise” ne licenciera pas à cause de l’IA, mais recrutera-t-elle autant dans l’avenir ?”10 . Par ailleurs, l’introduction de l’IA dans l’entreprise fait émerger deux nouvelles figures de l’employé selon Ferguson : l’ “Employé augmenté” et “dominé”.11

L’employé “dominé”

Si le fantasme de la domination de l’homme par la machine est très ancré dans la société contemporaine, Ferguson rappelle que “les effets de la diffusion actuelle d’algorithmes de décision automatique dans le travail relèvent toutefois moins d’une domination-extermination que d’une domination-rationalisation plus insidieuse”.12

Les employés sont de fait soumis à la décision automatique, et il est difficile de s’en défaire, car prendre de la distance avec l’IA pour favoriser le libre arbitre de l’employé, c’est prendre le risque de faire apparaître des erreurs évitables par la machine.

Dans l’ “Entreprise”, Ferguson observe que dans le “groupe de travail IA -Humain”, les professionnels craignent “un monde dans lequel des IA non maîtrisées dominent l’homme et décident pour lui” à travers deux types de menaces : “l’appauvrissement intellectuel” et “la déresponsabilisation” ou “perte de maîtrise” du côté de l’employé.13

Pour contrer cette logique, les professionnels recommandent “une approche de recherche et de développement qui intègre les enjeux de l’impact humain dans la conception même des applications”.14 Il s’agit d’utiliser des “algorithmes transparents”, c’est-à-dire de rendre les algorithmes interprétables afin que les résultats soient explicables et compréhensifs. En donnant accès aux “motifs d’une décision”, cela permet de maintenir la “responsabilité du salarié”, qui peut ainsi l’interpréter et potentiellement la corriger.15

Dans les groupes de travail, les participants semblent craindre davantage la figure de “l’employé dominé” que celle de “l’employé remplacé“. En effet, alors que “l’employé remplacé” ne provoquait qu’une crainte générique sans anxiété particulière (l’employé identifiant généralement dans son emploi des tâches humaines irremplaçables) ; l’ “employé dominé” provoque la “peur de perdre” : “perte de créativité, de savoir-faire, de compétences de priorisation, de maîtrise et de logique, d’autonomie (…), de libre arbitre, de confidentialité, de mérite (…)“.16 Dans ce cas, l’IA crée une forme de fragilité chez l’employé en perte de confiance face à ses capacités.17

L’employé “augmenté”

Une autre façon d’aborder le rapport homme/IA est la figure de “l’employé augmenté”, ce qui représente “la promesse économique de l’IA”18 . Ici, l’employé accède à un très fort niveau de performance, “boosté” par la machine et les “programmes intelligents”. Il est intéressant d’observer que c’est principalement sous cet angle (et sous l’angle de l’employé réhumanisé, nous le verrons plus tard), qu’est envisagé l’apport de l’IA dans le rapport Villani, largement favorable à l’introduction des systèmes intelligents dans le monde économique. Dans l’ “Entreprise”, Ferguson observe que les salariés ont une vision ambivalente de l’IA dans cette version de l’employé “augmenté”. Si la conception de l’IA est ici majoritairement “esclavagiste” chez les employés (il s’agit d’utiliser l’IA dans le cadre des tâches les moins gratifiantes, les plus routinières, les plus ennuyeuses), d’autres salariés redoutent la perte de compétences sur la réalisation de tâches qui peuvent paraître futiles, mais qui sont nécessaire au parcours et à la formation de l’employé en entreprise.

L’employé “réhumanisé”

La figure de l’employé réhumanisé par l’introduction de l’intelligence artificielle est ainsi défendue dans le rapport Villani : “l’automatisation des tâches et des métiers peut constituer une chance historique de désautomatisation du travail humain : elle permet de développer des capacités proprement humaines19. L’employé ainsi libéré des tâches automatisées, il pourrait se consacrer au travail plus digne “de son humanité“. Là où la machine avait auparavant créé une forme d’aliénation, l’IA pourrait ici être une force libératrice, un moteur désaliénant.

L’avènement de l’IA c’est aussi l’occasion pour Bill Gates de valoriser les emplois qui font appel à l’homme dans ses dimensions humaines : “ce que le monde veut, c’est saisir cette opportunité pour continuer à produire les biens et les services que nous avons aujourd’hui, et libérer les ouvriers, nous laisser améliorer la manière dont nous tendons la main aux personnes âgées, avoir des classes avec moins d’élèves, aider les enfants qui ont des besoins spécifiques. Toutes ces choses où l’empathie et la compréhension humaine sont encore tout à fait irremplaçables“.20

Dans l’ “Entreprise”, Ferguson montre que la mise en place d’un système intelligent de routage de mails a permis aux employés de la comptabilité de gagner beaucoup de temps sur le traitement de mails grâce à des réponses automatiques. Ils continuent à traiter une faible proportion de mails plus complexes, “qui font appel à leur savoir-faire“.21

L’ “entreprise” a par ailleurs eu recours à un robot social sur des dimensions d’accueil et d’information, le tout dans un esprit d’amusement et de convivialité. Le robot, qui proposait aussi des quizz aux employés, a pu contribuer à recréer du lien entre ceux-ci à certains moments (participation en petits groupes à des quizz près de la machine à café). Cependant, le retour d’expérience fait dans les groupes de travail concernant ce robot est ambivalent. Si nombre de salariés ont reconnu un caractère attrayant à cette “mascotte”, “sympathique” et “bienveillante”, d’autres ont trouvé que le robot pouvait donner une “image froide et non conviviale”, “dépersonnalisée”. Certains ont même craint d’être espionnés, conduisant l’entreprise à fixer un panneau sur la tête du robot mentionnant “je ne suis pas en train de vous filmer“. Le fait de prêter des dimensions humaines à l’IA a dans ce cas tendance à agacer certains salariés. Ainsi, le groupe de travail IA-humain mis en place dans l’ “Entreprise” alerte sur “le remplacement de l’humain par de l’IA qui conduit à l’appauvrissement des interactions sociales“.22

L’IA au travail : une progression sans limites ?

Pour Ferguson, l’introduction de l’intelligence artificielle au travail a un impact fort sur l’homme, amenant une nouvelle division du travail : l’exécution, la gestion, l’organisation étant plutôt le champ dédié à l’intervention de l’IA, la création, l’imagination, la coopération et les émotions restant le domaine de l’humain. Si certains accueillent l’IA comme une opportunité pour l’homme de se recentrer sur ses qualités humaines irremplaçables, d’autres s’interrogent autour d’un “appauvrissement des relations sociales, lorsqu’il devient tellement plus simple de concevoir une IA que de remplacer numériquement un départ à la retraite, une mutation, ou de répondre à un mail, un appel téléphonique23. Au travers des figures de l’employé « remplacé », « dominé », « augmenté » ou encore « réhumanisé », l’homme ressort transformé de sa rencontre avec l’IA selon Ferguson24. La relation entre l’homme et l’IA n’en est pourtant qu’à ses débuts ; on peut alors s’interroger avec Ferguson sur ce qui restera demain des compétences proprement humaines lorsque l’IA viendra repousser de nouvelles limites.

Sébastien Mao
Étudiant en M2 Sociologie – Université de Caen Normandie

  1. https://www.coe.int/fr/web/artificial-intelligence/what-is-ai []
  2. Ferguson Yann, “1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise”, dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, « Recherches », 2019, p.23-42. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  3. Ferguson Yann, « 1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise », dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, « Recherches », 2019, p. 23. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  4. Ibid, p. 24. []
  5. Ibid []
  6. Carl Benedikt Frey and Michael A. Osborne, “The future of employment : how susceptible are jobs to computerisation?” – Publications Oxford Martin School 2013 in Ferguson Yann, « 1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise », dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, « Recherches », 2019, p. 23-42. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  7. Les classes moyennes face à la transformation digitale, Roland Berger Strategy consultants, octobre 2014  in Ferguson Yann, « 1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise », dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, « Recherches », 2019, p. 23-42. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  8. Autor D., Levy F. et Murnane J., « The skill content of recent technological change: An empirical exploration », 2003 in Ferguson Yann, « 1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise », dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, « Recherches », 2019, p. 23-42. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  9. Ferguson Yann, “1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise”, dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, “Recherches”, 2019, p.27. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  10. Ibid, p. 28. []
  11. Ibid []
  12. Ibid []
  13. Ibid p. 29-30 []
  14. Ibid p. 30 []
  15. Ibid. p.30 []
  16. Ibid. p.31 []
  17. Ibid. p.36 []
  18. Ibid []
  19. Ferguson Yann, “1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise”, dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, “Recherches”, 2019, p. 37. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  20. Gates Bill in par Ferguson Yann, in “1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise”, dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, “Recherches”, 2019, p. 38. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  21. Ferguson Yann, “1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise”, dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, “Recherches”, 2019, p. 38. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  22. Ferguson Yann, “1. Ce que l’intelligence artificielle fait de l’homme au travail. Visite sociologique d’une entreprise”, dans : François Dubet éd., Les mutations du travail. Paris, La Découverte, “Recherches”, 2019, p. 40. DOI : 10.3917/dec.dubet.2019.01.0023. URL : https://www.cairn.info/les-mutations-du-travail–9782348037498-page-23.htm []
  23. Ibid []
  24. Ibid []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search