Character, again/ Le personnage, encore une fois

Les 11 et 12 novembre 2021 s’est tenu à l’Université de Malte un colloque co-organisé par le département d’anglais de l’Université de Malte (Ivan Callus et Gloria Lari-Lucente), HLLI de l’Université Littoral-Côte d’Opale (Isabelle Roblin) et l’ERIBIA de l’université de Caen Normandie (Armelle Parey).

Armelle Parey, Isabelle Roblin, Gloria Lauri-Lucente, Ivan Callus

Le propos de ce colloque était de poursuivre les travaux menés sur le personnage de fiction lors d’un colloque de l’ERIBIA organisé en 2012 sur les migrations d’un personnage d’un texte à un autre par le biais de réécritures et transpositions (qui a ensuite donné lieu au numéro 13.1 de la revue E-Réa Character Migration in Anglophone Literature, dir. A. Parey et I. Roblin, 2015), études poursuivies dans le cadre d”un atelier au congrès d’ESSE 2016 sur les expansions narratives dont le pivot est le personnage (travaux réunis dans Prequels, Coquels and Sequels in Contemporary Anglophone Fiction, dir. A. Parey, London, Routledge, 2019).

A l’université de Malte, les 18 chercheurs confirmés ou débutants réunis se sont penchés sur la place et l’importance du personnage de fiction dans la littérature, le cinéma et les arts anglophones contemporain. Il y eut, en autres, un atelier sur l’évolution des personnages dans la littérature de jeunesse (Virginie Douglas, Rouen ; Giuliana Fenech, Malte ; Ines Naji, Rouen), sur la représentation de personnages non-humains dans le roman contemporain (Sylvie Maurel, Toulouse II) et à l’écran (Isabelle Roblin, ULCO ; Glen Bonnici, Malte) mais aussi sur le rapport au personnage dans le jeu vidéo (Daniel Vella, Malte ; Renata Ntelia, Malte). Le colloque donna lieu à des réflexions sur le rapport de la critique au personnage (Ivan Callus, Malta) et à l’illustration de ces changements dans l’approche de ce qui reste une figure centrale mais évolutive du roman (Armelle Parey, Caen). La question du personnage fut également abordée dans le domaine des études postcoloniales (Stella Borg-Barthet, Malte, James Corby, Malte ; Christine Lorre-Johnson, Paris 3). Un temps fort de cette manifestation fut une session de questions-réponses par visioconférence avec Rita Felski (Université de Virginie, E.-U.), dont les travaux conjoints à ceux de Toril Moi et Amanda Anderson servirent en partie d’inspiration à ce colloque. Cet entretien fut l’occasion d’évoquer la question du rapport affectif et intellectuel que le lecteur ou la lectrice entretient avec les personnages de fiction.

La réflexion se poursuivra en août 2022 dans le cadre du congrès de ESSE (European Society for the Study of English) à Mayence, en Allemagne.

Armelle Parey
ERIBIA, Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.