Art et philosophie : accords et désaccords contemporains

Les 24 et 25 novembre 2021 se tenait un colloque co-organisé par Laurent Buffet (ESAM, EA Identité et Subjectivité) et Maud Pouradier (Unicaen, EA Identité et Subjectivité). La première journée eut lieu à l’amphi de la MRSH, tandis que la seconde journée se déroula dans l’auditorium de l’ESAM. Par rapport à d’autres colloques ayant eu lieu récemment sur les relations entre art et philosophie (par exemple le colloque « L’écho du réel », ayant eu lieu en février 2019), la singularité de ce colloque était de se restreindre au xxie siècle, et de ne pas préjuger d’une thèse commune sous-jacente aux arts et aux philosophies « qui comptent ».

La première matinée fut consacrée à des panoramas inversés : Carole Talon-Hugon consacra sa communication à la permanence de philosophes comme Michel Foucault et Gilles Deleuze dans le panthéon des artistes, tandis que des figures comme Heidegger ou John Dewey ont pour ainsi dire disparu du paysage théorique des artistes. La philosophie analytique est quant à elle inexistante. Il est à remarquer que les « nouveaux réalismes » apparaissent très peu dans les discours méta-artistiques : des auteurs de sciences humaines ou à la lisière de la philosophie (comme Judith Butler, Bruno Latour ou Donna Haraway) sont proportionnellement beaucoup plus présents. La philosophie est sans doute en perte de vitesse parmi les artistes, contrairement aux sciences humaines. Maud Pouradier construisit un panorama symétrique, en classant les courants philosophiques en fonction de leurs références artistiques privilégiées. Elle souligna particulièrement le « consensualisme présentiste », qui conduit certains spécialistes de l’esthétique à minimiser le bouleversement conceptuel produit par l’art contemporain. Selon elle, la philosophie de l’art est actuellement dans une ornière : soit elle cherche une définition de l’art toujours plus large – et en réalité toujours plus conventionnaliste et vide – pour admettre toujours plus d’objets dans la classe des « œuvres d’art » ou des « expressions artistiques », soit elle verse dans une description infinie des œuvres particulières. En conclusion, elle pronostiqua un retour à l’esthétique, après des années de mépris, à la faveur de courants comme l’esthétique environnementale, la neuroesthétique ou l’esthétique britannique contemporaine. L’après-midi fut consacrée à la musique. Lambert Dousson évoqua plus particulièrement le philosophe de la musique Harry Lehmann, dont le livre La Révolution digitale, donna lieu à de vifs débats parmi les compositeurs. Matthieu Guillot, musicologue, rendit quant à lui hommage au regretté Bernard Stiegler.

Mathieur Guillot et Marcin Stawiarski

Les discussions portèrent sur le problème de savoir si la digitalisation de la musique nécessitait de parler d’un « art sonore » plutôt que de musique stricto sensu – thèse soutenue par Bernard Sève dans L’instrument de musique. La journée du 24 novembre se poursuivit avec la conférence de Jérôme Laurent sur la place des œuvres d’art dans la philosophie de Jean-Louis Chrétien – en particulier dans Corps à corps – et l’on s’interrogea sur les raisons pour lesquelles ce grand mélomane resta silencieux quant à la musique dans son œuvre philosophique.

La journée du 25 novembre commença symboliquement avec la diffusion de la vidéo de Benoît Maire, Letre, dont le sujet est une discussion du philosophe François Laruelle et de son épouse épistémologue Anne-Françoise Schmid à partir d’objets présentés sur une table à laquelle ils sont assis.

François Laruelle d’après Benoît Marie

Dans un entretien filmé, diffusé à la suite de Letre, l’artiste explique qu’il réagit moins aux thèses des philosophes qu’aux mots qu’ils emploient, et que la vidéo porte moins sur des philosophèmes que sur un couple philosophant ensemble de manière vivante. Le 25 novembre au matin, les intervenants et le public se retrouvèrent à l’auditorium de l’ESAM, où Laurent Buffet tenta de penser en philosophe l’art contemporain. La difficulté est que, contrairement au modernisme, l’art contemporain ne propose pas de paradigme unifié, même si l’on se restreint aux arts plastiques. Le paradoxe, déjà pensé par Arthur Danto dans les années 1980, est le suivant : alors que l’art contemporain a réconcilié l’art avec la philosophie, en soutenant ses œuvres par un discours réflexif de nature philosophique, son éclatement en d’infinies démarches individuelles empêche d’avoir une philosophie unifiée de l’art contemporain. C’est ce qu’illustra le reste de la journée : Leszek Brogowski traita de la relation de l’art contemporain, depuis l’art conceptuel, avec Wittgenstein, tandis que les artistes Chiara Palermo, Jean-Baptiste Farkas et Marion Roche présentèrent leur propre rapport aux références philosophiques. L’après-midi se poursuivit avec la conférence de Laurence Corbel sur l’inspiration deleuzienne de l’artiste de renommée internationale Thomas Hirschhorn. Les discussions suggérèrent que la séduction de Deleuze et Foucault, malgré leur relative inactualité philosophique, venait sans doute du fait que ces penseurs des années 1970 et 1980 ont théorisé l’appropriation non autorisée de leurs concepts et philosophèmes.

Karel Plétinck

La journée s’acheva sur l’élégante présentation, par Karel Plétinck, du dialogue en léger décalage entre le regretté Jean-Luc Nancy et le cinéaste iranien Abbas Kiarostami : alors que le philosophe parle de « présence », le réalisateur préfère l’« absence » ; alors que le philosophe remarque le mouvement, le cinéaste souligne au contraire son attrait pour le plan fixe. Illustration du dialogue fécond entre artistes et philosophes contemporains, fût-il construit sur des malentendus.

Maud Pouradier
Identité et subjectivité
Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search