L’agriculture dans la transition numérique du productivisme à une agriculture durable et locale

L’agriculture a longtemps été le premier secteur économique et le premier pourvoyeur d’emplois. En effet, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, plus de 40% de la population active relève du secteur agricole contre seulement 16% en Allemagne1. Son importance économique et sociale est telle qu’elle bénéficie de « mesures politiques destinées à le protéger des menaces concurrentielles dont sont porteurs les autres pays producteurs. D’où [aussi] ce protectionnisme si souvent mobilisé pour empêcher les productions céréalières provenant d’Amérique de pénétrer le marché français, en particulier sous le ministère Méline2 ». La Première Guerre mondiale, « avec moins d’hommes dans les champs et dans les fermes, et des départements dévastés par la guerre […] oblige [alors] la France à desserrer son dispositif protectionniste et à importer massivement des céréales en provenance des États-Unis ». Un scénario qui se répète lors du second conflit mondial et qui pousse alors « les dirigeants politiques à répondre aux exigences d’une modernisation des structures productives de l’économie, [à] s’insérer dans les circuits économiques et, à terme, [à] contribuer à la formation des grands équilibres macroéconomiques3 ».

Mais cette course à la modernité – qui passe par une démarche stratégique de souveraineté nationale – aboutit progressivement à transformer l’agriculture en une activité industrielle animée par une logique purement comptable. C’est contre cette agriculture productiviste que se sont développées depuis quelques années déjà « des chaînes alimentaires courtes de proximité à destination du consommateur4 » comme les drive fermier, à l’instar du Double Plouc morbihannais créé en mars 2020.

Moissonneuse-batteuse tractée : photographie (1935). Archives nationales du monde du travail. 2017 14 106, FNSEA.

I. De la modernisation de l’agriculture à l’agriculture connectée

La France, quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, s’est orientée vers « une agriculture productiviste, marquée par une rationalité technicienne et instrumentale […] »,  et la production s’est organisée selon des procédés industriels. L’idée qui prévalait à l’époque était de sortir d’un état de dépendance alimentaire et de devenir un pays exportateur de denrées agricoles. Cette modernisation est alors passée par un agrandissement des exploitations et des surfaces cultivables, la mécanisation du travail et une intensification des cultures5 (avec une réduction de la polyculture et la focalisation sur « quelques productions les plus rentables6 »). Et « les intrants chimiques (engrais et pesticides) ont alors constitué l’un des pivots technologiques permettant cette mutation sociotechnique7 », l’agriculture devenant ainsi, progressivement, «  un maillon d’un vaste système technico-industriel très intégré à l’amont et à l’aval et piloté par la demande, la concurrence et la fluctuation des cours mondiaux8 ».

Cette course à la productivité s’est également traduite par la « transformation des paysans – habitants d’un pays et cultivant la terre – en agriculteurs modernes – cultivant la terre pour la valoriser économiquement9 », les obligeant ainsi à être des exécutants et à se sacrifier pour la production10.

A cette mécanisation des années 60-70 a succédé progressivement la numérisation de l’agriculture (via des logiciels de suivi d’exploitation, des capteurs et des sondes…). Cette agriculture connectée (4.0) ne se traduit pas seulement aujourd’hui par des outils d’aide à la décision ou de solutions mobiles mis à la disposition d’agriculteurs devenus, pour certains d’entre eux, des ageekculteurs et autres agrinautes.

Photo de Kaboompics .com provenant de Pexels

Elle se traduit aussi, pour ceux qui se revendiquent comme les partisans d’une agriculture responsable, durable et de proximité, par la mise en place d’une multitude d’alternatives11 aux « lois du marché » et à la grande distribution tels que les AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne12 ), les marchés de producteurs, les magasins de produits locaux, ou encore les drives fermiers…

De cette mise en relation entre des producteurs et des consommateurs dans le cadre d’une consommation engagée, les drives fermiers sont l’un des exemples marquants de ces dernières années.

II. Les drives-fermiers, « un nouveau champ des possibles »13

Le développement de ces drives s’inscrit dans un contexte de multiplication des scandales alimentaires depuis plus d’une trentaine d’années déjà (crise de la “vache folle” (199614 ), contamination des œufs à la dioxine, épidémie de grippe aviaire, lait maternel frelaté…). Lesdits scandales ont ainsi rendu les Français de plus en plus méfiants vis-à-vis de leur alimentation15 , les poussant à se tourner vers des solutions alternatives tels que les drives fermiers.

Ces derniers permettent à des producteurs de vendre leur production à des consommateurs (ces derniers viennent retirer leurs commandes sur un créneau horaire convenu)16, par le biais d’un site Internet dédié à ces transactions (reprenant ainsi le mode de retrait de commandes mis en place par les supermarchés depuis quelques années déjà). Il s’agit ainsi, pour les deux parties en présence, de défendre « l’environnement avec l’argument que les produits voyagent moins, […] de défendre une agriculture paysanne, à petite échelle ou locale, et de [soutenir des] pratiques plus respectueuses de l’environnement. Ces mouvements font en général l’hypothèse que la proximité entre ceux qui produisent et ceux qui consomment est génératrice de solidarité et de comportements plus soucieux d’éthique. Leur portée politique viendrait de leur capacité à responsabiliser les consommateurs quant aux effets collectifs de leurs choix individuels sur l’environnement ou la justice sociale17 ».

En France, sur Internet, les drives fermiers18 se présentent sous deux bannières différentes :

  • Drive-fermiers.fr : « Ce moteur de recherche géolocalisé référence tous les « drive » de produits fermiers en France, indépendants ou au sein d’un réseau […]. Le consommateur constitue sa commande en « ajoutant au panier » librement les produits locaux proposés sur le site. Payées sur internet, les commandes sont préparées et mises à disposition du client au lieu, jour et créneau horaire convenus sur la commande19 ». Il propose une liste de « drive » de produits fermiers classés par département.
  • Et: Drive-fermier.fr, drives rattachés au réseau Bienvenue à la ferme. Ce moteur de recherche permet de choisir le Drive fermier qui intéresse le consommateur, de se créer un compte, de payer en ligne et de récupérer ses achats au point de retrait20.

Il s’agit, pour l’un et l’autre des sites, de commander des « produits frais, locaux et de saison21 », artisanaux, vendus en circuit-court par « un producteur ou un groupe de producteurs ou un entrepreneur22 ».

Cette idée de consommer local a trouvé un certain écho, voire « son heure de gloire23 »  pendant le premier confinement ainsi que l’ont confirmé pléthore d’articles parus principalement dans la presse quotidienne régionale (PQR) : « Rostrenen Confinement : le circuit court plébiscité », Le Télégramme, 08/04/202024 ; « Confinement. Où acheter en vente directe dans le secteur de Tessy-Bocage », Ouest-France, 09/04/202025 ; « Avec le confinement, casiers de produits locaux et circuits courts font le plein », Courrier picard (Amiens)26… « Pour garder le lien avec leurs clients, de nombreux producteurs optent pour les outils numériques. Une transition encore accélérée par le confinement et la pandémie […]. Face à la fermeture des restaurants, nombreux ont été les métiers de l’agriculture à devoir revoir leurs façons d’écouler leurs stocks, en se tournant davantage vers la vente en direct. Surtout, après l’interdiction de la tenue des marchés couverts et de plein air lors du premier confinement, il a fallu réfléchir à une nouvelle façon d’atteindre les clients »27 ».

Dans le Morbihan, département où nous habitons, un drive fermier est né de ce premier confinement. Il s’agit de…. Double Plouc28 (sic), un drive qui a eu les honneurs du quotidien national Libération le 25 février dernier !

https://www.doubleplouc.fr/

III. L’exemple de Double Plouc, un drive né en plein confinement

“Face à la pandémie, “mettre son 06 sur Insta” a donc pu permettre à certains de se passer des habituels intermédiaires. Pour d’autres, la solution a été de se regrouper jusqu’à créer un «drive» fermier. “L’union fait la force”, constate Séveryne Mouillé, à la tête de la Poule mouillée, un groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec), à Plouay, dans le Morbihan. «Tout s’est joué aux premières annonces du confinement, se rappelle l’éleveuse. On a été trois fermes à se contacter spontanément. La question était simple : et maintenant, que fait-on ? Alors on a organisé une réunion au pied levé29. En l’espace d’une soirée, on a décidé de mettre en place un drive fermier, avec d’autres fermes du coin30.» L’objectif : faciliter la vie du client, «regrouper l’offre pour atteindre celles et ceux qui n’ont pas le temps d’aller de ferme en ferme pour acheter trois yaourts, du poulet et du pain. Tout centraliser pour que la clientèle fasse ses courses en cinq minutes, ça facilite les transactions». La méthode a été interactive : «Au début, on fonctionnait avec un questionnaire en ligne et certains de nos clients qui nous ont aidés à mettre en place un recueil des commandes, rempli manuellement. C’était un gros boulot administratif pour relayer les commandes et les distribuer aux agriculteurs», explique-t-elle […] Le projet convainc des habitants du coin qui ignoraient jusqu’alors l’existence de ces fermes. Face à ce succès, les 14 agriculteurs décident de poursuivre l’initiative. Et ce, en dépit de la reprise des marchés. «On a parmi nous Rémi, un boulanger qui était autrefois programmeur de sites web. Il nous a bricolé un outil plus performant, une plateforme en ligne depuis laquelle tout le monde peut passer commande, avec une interface client et une autre pour les producteurs», se félicite l’éleveuse. C’est ainsi que naît en mars 2020 «Double plouc», le drive fermier de Bubry-Plouay. La plateforme paysanne regroupe les produits des fermes, vergers, fromagers ou encore brasserie du coin, que l’on peut sélectionner en ligne pour ensuite venir retirer le panier dans une ferme, le samedi. « Même si ça n’est pas toujours facile de se distribuer le travail entre nous et de se coordonner, tout le monde est très content », conclut Séveryne Mouillé, qui estime avoir multiplié ses ventes de volailles par quatre depuis la naissance du drive31 ».

Comme nous l’a précisé Séveryne Mouillé par mail,

Double Plouc, a été créé dans un premier temps par un élan de solidarité entre producteurs, la mise en commun de moyens, d’idées, pour vendre notre production alors que certains de nos débouchés étaient fermés (restaurant / restauration collective / menace sur les marchés de plein air). Puis, ce qui devait être temporaire a perduré à la demande de cette nouvelle clientèle, et de nous, agriculteurs, heureux de construire cela ensemble ! […].

[Pour le fonctionnement de l’association elle-même], « nous avons gardé la même manière de fonctionner depuis le début, c’est juste les outils qui se sont améliorés. Les clients passent commande et viennent retirer leur produit dans l’un des trois dépôts32, au choix, le vendredi ou le samedi, choix également de l’heure de passage (pour respecter un flux régulier et donc les mesures sanitaires). Nous préférons que les gens passent commande pour pouvoir plus facilement gérer nos stocks, pas de perte. Par internet car c’est dans l’ère du temps et c’est pratique (bon de commande / prix total/ récapitulatif / gain de temps). Il y a une secrétaire bénévole qui est également cliente car nous avions besoin de compétences de gestion avant que la plateforme de commande soit créée, et c’est une demande de certains de nos clients : s’impliquer dans la vie de l’association par le bénévolat (coup de main aux distributions des paniers entre autre). Nous avons également créé un concours pour réaliser le logo de l’asso ! Les gens ont répondu favorablement à notre proposition.33».

Séveryne Mouillé

Ce marché fermier a néanmoins réussi, comme un certain nombre d’autres marchés sur le territoire, à conserver sa clientèle une fois le déconfinement venu (même si, comme le reconnaît Jean-Marie Bourgès, producteur de lait à la Ferme de Kerbastard à Bubry, “ça a légèrement baissé au déconfinement et ça a repris au reconfinement34”). « Ce groupement nous a sauvés », souligne Paul Padovani, qui fait du fromage de chèvres à Bubry. Ce système m’ouvre sur d’autres gens, un autre secteur, il m’évite de grosses pertes, c’est tout bénéf’» renchérit Benoît Fourdan, 32 ans, maraîcher de Locmalo, ancien salarié de la grande distribution ((Sophie Prévost, Ibid.)). Un drive fermier apprécié des clients « qui trouve[ent] bien de faire travailler les producteurs locaux plutôt que d’aller au supermarché35  »…. “Une autre manière de faire ses courses36 » et de “manger des bons produits en direct du producteur”37.

Conclusion

« Pandémie de l’anthropocène, le Covid-19 [a] accentu[é] les attentes de chacune et chacun vis-à-vis des systèmes alimentaires. Les préoccupations des citoyens [d’aujourd’hui] face à leurs assiettes sont d’autant plus légitimes que l’alimentation rythme les journées, partout à travers la planète. C’est un acte que nous faisons toutes et tous, et si possible plusieurs fois par jour38 ». Selon une enquête réalisée par Shopmium39, l’épidémie de Covid-19 a eu un impact sur la consommation des Français : ils se sont mis aux fourneaux, pour une alimentation plus saine et 21% des foyers interrogés affirment acheter plus de produits locaux et 12% achètent plus de produits bio40. Dans le monde d’après, les circuits courts – dont ceux portés par les drives fermiers – semblent être une idée d’avenir ainsi que l’a souligné également une consultation publique menée par Make.org avec six autres organisations. « Favoriser la consommation locale et les circuits de proximité41 », tels sont les vœux de plus en plus de Français préoccupés non seulement par leur santé mais également, par l’avenir de la planète….

NB : Un grand merci à Séveryne Mouillé, de Double Plouc, d’avoir répondu à nos questions.


Anne Le Garnec
Étudiante en sociologie
Université de Caen Normandie

  1. Sébastien Abis, Thierry Pouch, « Chapitre 1. Du déficit à l’excédent commercial agroalimentaire. La montée en puissance de la France (1960-2012) », dans : Agriculture et mondialisation. Un atout géopolitique pour la France, sous la direction de Thierry Pouch, Sébastien Abis, Paris, Presses de Sciences Po, « Nouveaux Débats », 2013, p. 19 [En ligne], consulté le 16/05/2021. URL : https://www.cairn.info/agriculture-et-mondialisation–9782724613865-page-19.htm. []
  2. Sébastien Abis, Thierry Pouch, Ibid. []
  3. Sébastien Abis, Thierry Pouch, Ibid. []
  4. Anne-Sophie Novel, « Des circuits courts à la carte », DARD/DARD, 2019/2, N° 2, p. 62 [En ligne], consulté le 16/05/2021. URL : https://www.cairn.info/revue-dard-dard-2019-2-page-62.htm. []
  5. Comme le souligne Felix zu Löwenstein, ingénieur agronome dans : Les défis d’une autre agriculture, Arte, 10/04/2021 [En ligne], consulté le 11/04/2021. URL : https://www.arte.tv/fr/videos/079393-000-A/les-defis-d-une-autre-agriculture/ []
  6. Cette révolution agricole a été « caractérisée par l’usage de tracteurs et de machines puissantes pour accroître la productivité du travail, d’engrais minéraux et d’aliments concentrés pour accroître les rendements des productions végétales et animales, de produits de traitement phytosanitaires et zoopharmaceutiques pour réduire les pertes dues aux maladies et aux ravageurs, de variétés de plantes et de races d’animaux sélectionnées génétiquement, à haut rendement potentiel ». Laurence Roudart, « Nouvelles ruralités, agroécologie, souveraineté alimentaire : vers des alternatives de développement ? Introduction », Mondes en développement, 2018/2, n° 182, p. 9 [En ligne], consulté le 11/04/2021. URL : https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2018-2-page-7.htm. []
  7. Jean-Noël Jouzel, Giovanni Prete, « ‪De l’exploitation familiale à la mobilisation collective‪. La place des conjointes dans un mouvement d’agriculteurs victimes des pesticides », Travail et emploi, 2016/3, n° 147, p. 80 [En ligne], consulté le 05/04/2021. URL: https://www.cairn.info/revue-travail-et-emploi-2016-3-page-77.htm. []
  8. Laurent Carroué, « Chapitre 4 – Les mutations de la sphère productive », dans : La France : les mutations des systèmes productifs sous la direction de Laurent Carroué, Paris, Armand Colin, « U », 2013, p. 145 [En ligne], consulté le 16/04/2021. URL : https://www.cairn.info/la-france-les-mutations-des-systemes-productifs–9782200287962-page-127.htm. []
  9. Estelle Deléage, Ibid., p. 118. []
  10. Les AMAP, qui se sont développées « au tournant des années 2000, […] permett[ent] aux producteurs et aux consommateurs de souscrire à des engagements mutuels ». Sophie Dubuisson-Quellier, « Chapitre 5. Consommer et vivre autrement », dans : La consommation engagée, sous la direction de Sophie Dubuisson-Quellier, Paris, Presses de Sciences Po, « Contester », 2018, p. 107 [En ligne], consulté le 07/04/2021. URL : https://www.cairn.info/la-consommation-engagee–9782724622157-page-107.htm. Ils font partie de ces « modes de consommation territorialisés marqués par une identité paysanne territorialisée » Estelle Deléage, Ibid., p. 126. []
  11. Grégori Ackermann, sociologue à l’INRA, a regroupé toutes ces initiatives – au nombre de 60 selon ce dernier – en six grandes catégories selon différents critères. Les drives fermiers font partie « de la catégorie des chaînes alimentaires courtes de proximité à destination du consommateur ». Anne-Sophie Novel, « Des circuits courts à la carte », DARD/DARD, 2019/2, N° 2, p. 64 [En ligne], consulté le 06/04/2021. URL: https://www.cairn.info/revue-dard-dard-2019-2-page-62.htm. []
  12. Elles « sont présentées par leurs promoteurs comme une alternative commerciale aux relations inégales des circuits longs et à l’incertitude des marchés de détail. Basé sur le contournement des intermédiaires commerciaux et l’instauration d’une relation contractuelle entre producteurs et consommateurs, ce système est supposé permettre aux agriculteurs de sortir des circuits marchands traditionnels. AMAP sont des circuits courts de distribution des produits du maraîchage, qui mettent en relation directe, par l’intermédiaire d’un contrat plus ou moins standardisé, des groupes de consommateurs et des agriculteurs maraîchers exerçant leur activité dans un périmètre proche du lieu où se situent les consommateurs ». []
  13. Caroline Lumet, « Drive fermier : de la fourche à la fourchette », L’Express, n°3644, 08/05/2021, p. 79. []
  14. « La cause de l’apparition de la maladie, identifiée par les épidémiologistes britanniques (du bétail nourri par des farines de viande et d’os, ou « farines animales » contaminées), soulève l’indignation des consommateurs et la crainte de la maladie conduit nombre d’entre eux à réduire, voire à abandonner complètement leur consommation de produits d’origine bovine. La crise se mesure à l’aune d’indicateurs économiques : inflexion de la courbe des ventes des produits d’origine bovine (la consommation chute très fortement dans toute l’Europe), difficultés de certaines professions (en France, les tripiers sont très gravement frappés), effondrement des cours jusqu’en amont de la filière, dans le marché des animaux sur pieds ». Estelle Masson, Claude Fischler, StéphaneLaurens et al., « La crise de la vache folle : « psychose », contestation, mémoire et amnésie », Connexions, 2003/2, no80, p. 95 [En ligne], consulté le 16/04/2021. URL: https://www.cairn.info/revue-connexions-2003-2-page-93.htm. []
  15. « La perception du risque alimentaire est […] au cœur d’un paradoxe relevé par de nombreux chercheurs : manger n’a sans doute jamais été aussi sûr en France, pourtant les consommateurs perçoivent un risque alimentaire élevé pour leur santé ». Marie-Ève Laporte, Distinguer les risques sanitaire et nutritionnel perçus pour améliorer les comportements alimentaires », Décisions Marketing, 96, p. 55. (53/68). « Manger, en effet, n’est pas un banal comportement de consommation, c’est bien plus. Manger c’est incorporer des nourritures, c’est les faire siennes. Et, comme le souligne Claude Fischler (1990), lorsqu’il décrit le processus d’incorporation, nous devenons ce que nous mangeons au sens littéral et au sens figuré. Nous devenons ce que nous mangeons sur le plan du réel, c’est-à-dire que nous transformons, par la digestion et l’assimilation, les aliments que nous consommons en notre propre matière. Cependant, nous devenons, aussi, ce que nous mangeons, au sens figuré, dans la mesure où, pour notre imaginaire, nous n’incorporons pas seulement les caractéristiques physiques, matérielles, biologiques des aliments, mais, également, tous les éléments symboliques associés à cet aliment ». Estelle Masson, « Représentations de l’alimentation : crise de la confiance et crises alimentaires », Bulletin de psychologie, 2011/4, Numéro 514, p. 307 [En ligne], consulté le 07/04/2021. URL : https://www.cairn.info/revue-bulletin-de-psychologie-2011-4-page-307.htm. Pendant le confinement, « les circuits courts ont fait face à une forte demande […], pour diverses raisons : les ruptures d’approvisionnement concernant certains produits en grandes surfaces, la volonté de soutenir l’économie locale, la confiance qu’ils inspirent [toutefois la] floraison d’initiatives ne doit pas nous faire perdre de vue les ordres de grandeur : les circuits courts ne représentaient , avant la crise, que 6% à 7% des achats alimentaires, et la grande distribution dans ses différentes formes (de la supérette de proximité à l’hypermarché), plus de 70%. Comme le dit Jean-Marie Lenfant, président délégué Alimentation circuits courts aux chambres d’agriculture, « les gens découvrent qu’il y a des producteurs près de chez eux […] On ne gardera pas tous ces nouveaux clients après la crise, mais un certain nombre resteront car ils seront convaincus par la qualité des produits . » Pour passer à l’échelle supérieure, les circuits courts doivent encore se structurer et optimiser leur logistique. Plusieurs start-ups, à l’instar de Primus (transport et stockage), les accompagnent dans cette direction ». Céline Laisney, « Covid-19 et comportements alimentaires », Futuribles, 2020/4, N° 437, p. 85-86 [En ligne], consulté le 08/04/2021. URL : https://www.cairn.info/revue-futuribles-2020-4-page-83.htm. []
  16. Drive fermiers, Tous les « Drive » de produits fermiers, 2021 [En ligne], ], consulté le 07/04/2021. URL : https://www.drive-fermier.fr/ []
  17. Sophie Dubuisson-Quellier, Ibid., p. 115. []
  18. Toutefois, il est à noter que certains drives fermiers sont aussi “indépendants”. []
  19. Tous les « Drive » de produits fermiers, Ibid. []
  20. Drive fermier, « Vos produits fermiers en un clic ». Le Drive fermier, comment ça marche ?, [S.d], [En ligne], consulté le 08/04/2021. URL : https://www.drive-fermier.fr. Ces drive []
  21. « Vos produits fermiers en un clic ». Le Drive fermier, comment ça marche, Ibid. []
  22. Tous les Drive de produits fermiers. Connectons notre alimentation aux producteurs locaux, 2021 [En ligne], consulté le 07/04/2021. URL : www.drive-fermiers.fr []
  23. Caroline Lumet, « Drive fermier : de la fourche à la fourchette », L’Express, n°3644, 08/05/2021, p. 79. []
  24. « Rostrenen. Confinement : le circuit court plébiscité », Le Télégramme, 08/04/2020 [En ligne], consulté le 08/04/2021. URL :https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720200408%c2%b7TL%c2%b71%c3%9720%c3%9723431068705. []

  25. « Confinement. Où acheter en vente directe dans le secteur de Tessy-Bocage », Ouest-France, 09/04/2020 [En ligne], consulté le 08/04/2021. https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720200409%c2%b7OFW%c2%b7b1082bdc-2ccf-4745-b266-90ff542ab55f. []
  26. « Avec le confinement, casiers de produits locaux et circuits courts font le plein », Courrier picard (Amiens), [En ligne], consulté le 08/04/2021. URL : https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720200411%c2%b7VNC%c2%b7202004114. []
  27. Emilie Laystary, « Les paysans ne sont plus à labour », Libération, 25/02/2021 [En ligne], consulté le 09/04/2021. URL : https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720210225%c2%b7LI%c2%b7167284044. []
  28. Commandes du dimanche 18h au mercredi 14h sur la plateforme autogérée de l’association. Le retrait de la commande se fait dans trois lieux différents : La ferme de la Poule Mouillée à Plouay, au Dépôt fermier à Bubry et à la boulangerie Bara Mod Kozh à Lignol []
  29. Le drive a été créé pour faire face à la fermeture des marchés de plein vent. Lesdits marchés sont Structures commerciales souples et éphémères qui se déroulent régulièrement en un lieu fixe de l’espace public ». Aurore Navarro, « Actualité des marchés de plein vent », Pour, 2012/3-4, N° 215-216, p. 241 [En ligne], consulté le 09/04/2021. URL : https://www.cairn.info/revue-pour-2012-3-page-241.htm. []
  30. « Nous avons commencé avec 5 producteurs, 3 secrétaires bénévoles, 2 lieux de retrait de commande. Maintenant nous sommes 19 producteurs/transformateurs et une secrétaire bénévole, membre d’honneur de l’association. Le boulanger de l’asso est également la personne qui a créé la plateforme de commande. Et il y a trois lieux de retrait des commandes ». Séveryne. []
  31. Emilie Laystary, Ibid. []
  32. « Les trois lieux de dépôts sont situés à 10 – 15 minutes en voiture les uns des autres [Bubry, Plouay et Lignol], la majorité de nos clients sont sur un rayon de 15 km autour de chaque dépôt. Certains, ils sont rares mais il y en a , sont à 25 km – 30 km ». Séveryne Mouillé, 28/04/2021. []
  33. Séveryne, Ibid. []
  34. Sophie Prévost, À Bubry, le drive fermier solidaire et déconfiné, Le Télégramme, 22/11/2020 [En ligne], consulté le 09/04/2021. URL : https://www.letelegramme.fr/bretagne/a-bubry-le-drive-fermier-solidaire-et-deconfine-22-11-2020-12660238.php. []
  35. “Plus il y a de dépôts, plus on touche de clients” , Ouest-France, 03/12/2020 [En ligne], consulté le 09/04/2021. URL : https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720201203%c2%b7OF%c2%b747222268-595a-40da-a412-fe1c6ea415bc. []
  36. “Lignol Le drive fermier Double Plouc à la boulangerie Bara Mod Kozh”, Le Télégramme, 22/11/2020 [En ligne], consulté le 09/04/2021. URL : https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720201122%c2%b7TL%c2%b71%c3%9721%c3%972101862721. []
  37. Séveryne Mouillé, 28/04/2021 []
  38. Sébastien Abis, Matthieu Brun, « Sécurité, santé, soutenabilité : quand l’agriculture prend tout son sens », dans : Sébastien Abis éd., Le Déméter 2021, IRIS éditions, « Hors collection », 2021, p. 18 [En ligne], consulté le 09/04/2021. URL : https://www.cairn.info/le-demeter–0011662117-page-17.htm. []
  39. Shopmium est une appli gratuite qui « permet à ses utilisateurs de découvrir de nouveaux produits dans les magasins autour d’eux en bénéficiant de promotions exclusives. Fini les bons de réduction à découper, les preuves d’achat à renvoyer… tout se passe sur smartphone en quelques instants ! »  Quotient Technology Inc., Shopmium, l’appli qui vous rembourse vos courses, 2021 [En ligne], consulté le 10/04/2021. URL : https://www.shopmium.com/fr/team. []
  40. « Coronavirus : les nouvelles intentions du consommateur [Etude] », LSA, 14/01/2021 [En ligne], consulté le 10/04/2021. URL : https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720210114%c2%b7GLSB%c2%b7370243. []
  41. Giulietta Gamberini, « Circuits courts, recyclage… 14 solutions consensuelles pour le monde d’après », La Tribune (France), no. 6924, 29/05/2020, p. 11 [En ligne], consulté le 10/04/2021. URL : https://nouveau.europresse.com/Link/BRETAGNESUDT_1/news%c2%b720200529%c2%b7TR%c2%b7977054. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search