La parole impossible : regards croisés autour de la traduction de César Vallejo, de Marina Tsvétaïeva et de Paul Celan

par INA SALAZAR (Professeure de littérature hispano-américaine, LASLAR, université de Caen Normandie)

Le colloque international « La parole impossible: regards croisés autour de la traduction de César Vallejo, de Marina Tsvetaeva et de Paul Celan », s’est tenu les 11, 12 et 13 avril 2018 à l’ENS de Paris et à la MRSH. Il est le fruit de la collaboration  régulière de différentes équipes de recherche universitaires –LASLAR et ERLIS de l’université de Caen, CRIMIC et CRLC de Sorbonne Université, Laboratoire LT2D de l’université de Cergy-Pontoise / Paris Seine –  et d’un travail conjoint  avec l’École Normale Supérieure de Paris. Il s’est déroulé en deux temps et deux lieux, traduisant dans les faits l’idée de circulation et de partage.

Ce colloque a été un véritable succès, non seulement au niveau du public, car cette manifestation a fait converger chercheurs, étudiants, doctorants de différentes aires linguistiques, traducteurs et simples lecteurs, mais aussi parce que le dessein audacieux d’un dialogue interculturel à plusieurs langues autour de la  traduction poétique est devenue une réalité féconde. Pendant trois jours, une vingtaine d’enseignants-chercheurs, doctorants et traducteurs venus de différentes villes de France et de l’étranger (EEUU, Grande Bretagne, Espagne) ont proposé une réflexion croisée à travers des communications et une table ronde, autour de la traduction de l’œuvre de trois poètes, le Péruvien César Vallejo, la Russe Marina Tsvetaeva, et le Roumain de langue allemande, Paul Celan, auteurs qui marquent le cours de la tradition poétique non seulement de leur aire linguistico-culturelle mais aussi occidentale, par la profondeur et la radicalité avec laquelle ils travaillent leur langue et renouvellent l’expression poétique.

Adossé au séminaire interuniversitaire Poésies Ibériques et de l’Amérique latine (PIAL) co-organisé par Laurence Breysse-Chanet (Sorbonne Université, CRIMIC) et Ina Salazar (Unicaen, LASLAR) et qui se tient mensuellement à l’Institut d’Études Hispaniques de Paris, ce colloque  vient couronner quatre années de recherches autour de l’axe D’une langue à l’autre : traduction, réécriture et interculturalité. Il est la pleine réalisation du dessein d’une activité scientifique pluridisciplinaire et interuniversitaire.

Le colloque a débuté à l’ENS, avec une première session intitulée “Traduire” où la parole était donnée aux traducteurs/chercheurs qui avaient fait l’expérience de la traduction des poètes et ce en différentes langues : français, espagnol, anglais. Elle s’est déroulée en deux temps : une première partie composée de quatre communications et une deuxième sous forme de table ronde, d’échange entre les intervenants et le public.  Si dans l’ensemble cette session s’est centrée sur les enjeux et difficultés de la traduction des auteurs cités – Valentino Gianuzzi (Machester University) dans “La (im)posibilidad de la traducción poética: el caso de Trilce XXV” ou Pierre Thiollière (université de Franche Comté) : “Pourquoi et comment traduire Los heraldos negros de César Vallejo”, il a aussi été question des liens étroits entre la pratique de la poésie et la pratique de la traduction poétique effectuée par les poètes, c’est ce qui s’est vu dans la communication de Jean-Pierre Lefebvre  (ENS, Paris) “Traduire un traducteur virtuose. Le cas Celan” ou dans l’intervention de la poète espagnole Olvido García Valdés : “La confianza y el vértigo. Al encuentro de Marina Tsvetáieva” narrant son expérience  dans la traduction  en espagnol de la poésie de la Russe et dans les propos tenus par la traductrice de Tsvetaeva en français, Nadine Dubourvieux, lors de la table ronde.

Le lendemain, la deuxième session “Autour des traductions” était articulée autour d’une réflexion sur les interactions entre la traduction et la création à plusieurs titres. D’une part, la manière dont la traduction peut être au cœur de la création, à travers la lecture déterminante pour le poète  d’œuvres en langue étrangère, c’est ce qu’a examiné Efrain Kristal (UCLA) dans sa communication “Les Hérauts noirs de César Vallejo : entre Rubén Darío et Les Fleurs du mal d’Eduardo Marquina”, montrant l’importance du dialogue qui s’établit entre la poésie du Péruvien et les traductions de la poésie françaises et qui s’avèrent déterminantes pour ses débuts poétiques. D’autre part, Bertrand Badiou (ENS, Paris) dans sa communication “La dimension ‘méridienne’ de la traduction : le Shakespeare de Celan”  a mis l’accent sur la manière dont le travail du Celan traducteur est affecté par les expériences vitales de l’homme, proposant ainsi une analyse du système de coïncidences entre l’expérience de l’homme et la pratique du traducteur. Finalement, Luba Jurgenson (Sorbonne Université) a proposé une “Réflexion autour de quelques poèmes de Tsvetaeva”, examinant les enjeux poétiques, politiques, mémoriels de la relation son/sens au regard de la traduction.

La troisième et dernière journée, composée de deux sessions, a eu lieu à la MRSH. La première, “Herméneutique et traduction” s’est déroulée en deux temps. Une première partie était consacrée à Marina Tsvetaeva. Une première communication de Tatiana Victoroff (université de Strasbourg) autour de  Marina Tsvetaieva traductrice  et intitulée : “Marina Tsvetaieva traductrice : pour une consonance des images” où a été étudiée l’activité de traductrice de la Russe qui a passé de longues années en exil notamment en France et a connu de l’intérieur l’expérience d’une autre culture, transmettant au lecteur français la poésie de Pouchkine, Lermontov, Maïakovski, Mandelstam, Ehrenbourg, ou faisant passer Baudelaire au public russe. La deuxième communication, de Caroline Bérenger (université de Caen-Normandie) : “Lire, écrire, traduire Marina Tsvetaeva” s’est penchée sur les brouillons de création en quête de possibles éclairages de la pratique de la traduction.

Lors de la seconde partie de cette session, Jean-Yves Masson (Sorbonne université, CRLC) dans son intervention “Tsvetaeva dans la parole de Celan” a réfléchi sur la portée de la seule trace concrète de la présence de Marina Tsvetaeva dans l’œuvre de Paul Celan : une épigraphe disant que Tous les poètes sont des Juifs, un vers que Paul Celan cite en exergue de son poème Et avec le livre de Tarussa, avant-dernier poème du recueil Die Niemandsrose [La Rose de personne]. Ensuite, Marie-Claire Zimmermann (Sorbonne Université) a proposé une étude comparative des deux traductions en français du premier recueil de César Vallejo dans une communication intitulée “Sur la traduction de Los heraldos negros, par Nicole Réda-Euvremer (2009) et par Pierre Thiollière (2017)”.

La session de l’après-midi, avec laquelle s’est achevé le colloque,  était axée sur  les liens entre  traduction, réception et édition. Andrea Martínez (Doctorante, Sorbonne Université) a consacré sa recherche à l’étude du rôle d’éditeur de l’œuvre de César Vallejo du poète espagnol Juan Larrea dans sa communication intitulée “Juan Larrea éditeur de Vallejo : enjeux herméneutiques”. Jean-Baptiste Para (poète, traducteur, Rédacteur en chef de la revue Europe) s’est penché sur “La réception de César Vallejo en Russie (Œuvre poétique complète, 2016)”. Roland Béhar (ENS, Paris) est allé enquêter en Allemagne sur la réception de la poésie de César Vallejo et la manière dont celle-ci est lue et s’inscrit dans un certain canon poétique, dans son intervention intitulée «”Zutiefst unzeitgemäß : Hans Magnus Enzensberger, traducteur de la poésie de César Vallejo en langue allemande”. Finalement, Esther Ramón (Universidad Autónoma de Madrid) dans sa communication “Tinieblas/Tenebrae, lecciones y lecturas de silencio. La recepción de la poesía de Paul Celan en España a través de José Ángel Valente” a exploré le rôle de passeur joué par le poète José Ángel Valente  dans la diffusion de la poésie de Paul Celan en Espagne et le sens que la poétique de celui-ci acquiert auprès du public et des poètes.

Par manque de temps, la communication “La traduction de Vallejo en français et ses pionniers : Claire Céa (PJO, 1963) et Georgette Vallejo avec Américo Ferrari (Seghers, 1965)” des deux organisatrices du colloque (Laurence Breysse-Chanet et Ina Salazar) n’a pas pu être lue mais elle figurera dans les actes de ce colloque qui seront publiées dans les mois à venir.

Les conclusions sur ce colloque riche en nouvelles pistes de travail restent à faire. Si comme on pouvait l’imaginer les diverses communications ont soulevé le caractère problématique et fécond de la traduction poétique, les regards croisés proposés ont aussi rendu palpables les voies de passage, les échanges entre les langues, les cultures, les imaginaires et les traditions. Ils ont surtout permis de découvrir à travers les interactions entre traduction et création, des subtiles et puissantes convergences entre poètes et pratiques d’horizons différents.

« Ainsi s’effondrent en poésie les frontières entre nations et les éléments d’une langue s’entr’appellent avec ceux d’une autre par dessus la tête de l’espace et du temps, une fraternité s’affirme en toute liberté dans le patrimoine de chacune d’elles et unit tous les idiomes, des consanguinités se font fraternellement signe au sein même de cette liberté et familièrement se hèlent »
(Ossip Mandelstam)


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.