Du Moyen-Âge à la Révolution : comment entendre la voix des paysans ? Chroniques de la France des campagnes (1453-1788)

Table ronde et regards croisés à partir des deux derniers livres de Jean-Marc Moriceau : La Mémoire des Croquants (1435-1652), Tallandier, 2018  et La Mémoire des Paysans (1653-1788), Tallandier, 2020

Le mardi 12 octobre 2021, l’Université de Caen-Normandie accueillait pour la vingt-huitième année consécutive, dans l’amphithéâtre de la Maison de la recherche en Sciences humaines, le séminaire Sociétés et Espaces Ruraux organisé par le Pôle Rural de la MRSH (196e séance). Orchestrée par l’historien Jean-Marc Moriceau – dont les deux dernières publications étaient à l’honneur – cette rencontre avait pour objet d’étude principal l’histoire du monde rural à travers l’axe directeur suivant : “Du Moyen-Âge à la Révolution : comment entendre la voix des paysans ? Chroniques de la France des campagnes (1453-1788)”.

196e séance du séminaire du pôle Rural, le 12/10/2021
Ouverture de la séance par Philippe Madeline et Jean-Marc Moriceau

Débutant par un point historiographique concernant les actualités scientifiques, la première partie de la séance a été consacrée aux ouvrages et thèses récemment parus sur l’étude de la ruralité. À titre d’exemple, l’ouvrage de Fulgence Delleaux intitulé Les quatre saisons d’Angélique ou celui de Gérard Chouquer, Dominer et tenir la terre dans le haut Moyen Âge, ont été cités, apportant des précisions sur des thématiques très diverses comme les questions de productions agricoles, de sensibilités et de pratiques rurales. L’animal a également été mis à l’honneur avec la mention de la nouvelle édition de La bête du Gévaudan : Mythe et réalités de Jean-Marc Moriceau et de l’ouvrage de Bernadette Lizet sur Le cheval dans la vie quotidienne paru en 2020. Enfin, ce sont les parutions régulières de numéros de revues qui ont été soulignées, avec les titres récents d’Histoire des sociétés rurales et d’Ethnozootechnie. Cette introduction donnait ainsi une vision panoramique de l’avancée de la recherche concernant l’histoire des campagnes à travers une approche éclectique à la fois géographique, ethnologique, historique et sociologique.

La séance s’est ensuite transformée en table ronde, dans le but d’analyser et de confronter différentes pistes de compréhension émergeant des deux ouvrages publiés par Jean-Marc Moriceau : La Mémoire des Croquants (1435-1652) parue en 2018 et La Mémoire des Paysans (1653-1788) parue en 2020.

  • Vidéo – présentation de La Mémoire des croquants par Jean-Marc Moriceau (Décembre 2018)
  • Vidéo – présentation de La mémoire des paysans par Jean-Marc Moriceau (Décembre 2020)

La parole a d’abord été prise par l’auteur pour expliciter la progression de ses recherches à travers ses objectifs et ses difficultés. Plusieurs idées conductrices ont été soulignées en commençant par l’origine même de ce projet mêlant choix d’un sujet original et trajectoire personnelle.

Jean-Marc Moriceau – Crédit MRSH

De fait, l’auteur a insisté dans un premier temps sur son attachement et lien particulier avec l’histoire de la vie rurale et sur la nécessité historiographique de doter les populations des campagnes d’une mémoire transversale et spécifique.Pour lui, cette mémoire devait émerger des acteurs eux-mêmes (à savoir 80 à 90 % de la population des époques concernées) et c’est ce qui explique la place prépondérante des témoignages directs et indirects au sein de ses ouvrages. Son but était d’observer l’inscription de ces destins dans des continuités et discontinuités fonctionnelles rendant palpable la compréhension des mutations politiques et culturelles des époques. Il souhaitait réaliser une histoire dite “d’en bas”, en dotant les travailleurs ruraux d’une identité, d’un contexte et d’un cadre sortant de l’impressionnisme général dans lequel on les reléguait dans les travaux académiques. Sa démarche était ainsi de s’extraire des cadres fondamentaux traditionnels pour incarner l’histoire de ces petites gens et les doter d’une vie propre et de repères spatio-temporels. Cette démarche a été notamment comparée à celle de la microstoria, tout en soulignant les apports progressifs des chercheurs et des modes historiques à travers le travail des juristes du XIXe siècle, puis des historiens comme ceux des Annales. Cette approche renouvelée a permis d’explorer de nouvelles thématiques, conduisant par conséquent à l’élargissement du spectre d’étude à travers une approche linguistique, littéraire, géographique et interrégionale.

De plus, la lente maturité des études sur le monde rural serait due au manque d’enthousiasme des maisons d’édition dans le financement de ce genre de projets. L’éditeur Tallandier accepte par exemple de soutenir l’auteur en 2017 suite à ses travaux sur l’Homme et le Loup, mais relaie en réalité un projet initié depuis la thèse de ce dernier, projet qui n’avait jamais convaincu le milieu de l’édition. Cette réalité permet de comprendre dans une plus large mesure la complexité de la rédaction et de la publication de telles synthèses.

Enfin, Jean-Marc Moriceau a terminé cette présentation en insistant sur l’organisation et l’articulation de sa démarche et notamment, sur la diversité et la richesse des sources qui ont permis la rédaction de ce diptyque. Il s’agit ici de l’héritage d’une véritable stratigraphie de la recherche et de l’aboutissement de plusieurs années de travail ayant permis à l’auteur de s’appuyer sur une première base de connaissance. Cela souligne l’existence d’un mille-feuilles sociogéographique et d’une tradition historique faisant revivre sans cesse le corpus des sociétés rurales. L’utilisation et l’étude des archives occupent ainsi une place de premier ordre dans ces ouvrages et soulignent la présence de deux clefs de lecture. La première s’incarne à travers la diversité des sources mentionnées ce qui conduit à ne négliger aucun type de structure agraire et aucune aire géographique. La seconde met en évidence la primauté des textes relatant “les malheurs du temps” qui, ayant marqué plusieurs générations, sont plus largement représentées que les sources traitant des événements qualifiés “d’heureux”. Sous la plume des témoins directs comme Jean le Coullon (1537-1587) ou grâce aux sources paroissiales et notariales, le travail met en évidence l’importance du décryptage, de la comparaison et de l’étude rigoureuse des archives qui offrent à l’historien, plusieurs pans de l’incarnation du passé. L’auteur a conclu en évoquant sa volonté de poursuivre la couverture historique de la chronique des campagnes à travers une extension chronologique de 1789 à 1914.

*

Les regards croisés des différents historiens et doctorants présents aux côtés de Jean-Marc Moriceau ont permis ensuite d’interroger l’auteur sur ses écrits, tout en faisant émerger plusieurs pistes de lecture et d’analyse.

Élisabeth Ridel-Granger a introduit cet échange en questionnant l’auteur, à travers un angle linguistique et réflexif, sur le choix de son format et de sa mise en page. Elle s’est tout d’abord penchée sur l’emploi évolutif des termes désignant les petites gens des campagnes qui au vu des recherches de l’auteur, méritaient d’être éclaircis pour mettre au jour la réalité des mentalités du temps. Jean-Marc Moriceau a donné une définition précise des appellations utilisées en commençant par “croquant”, illustrant pour lui le degré fluctuant de soumission à l’État. Le terme “paysana lui aussi été abordé en soulignant cette fois-ci le poids du regard de la ville dans sa construction. C’est enfin l’appellation “cultivateur”, étudiée à travers le prisme de l’uniformisation administrative, qui a conclu ce premier approfondissement linguistique. Dans un second temps, c’est la question du numérique qui a été soulevée par Élisabeth Ridel-Granger évoquant la similitude entre le format des ouvrages et l’esthétique de la constitution d’une base de données. Tout en s’interrogeant sur la pérennité immatérielle de la production, l’auteur a souligné dans sa réponse l’importance de la transmission et du rôle des générations futures dans le passage en bases de données du corpus rassemblé. Il a précisé cependant son attachement au format papier qui, pour lui, empêche de reléguer l’historien à la seule sphère scientifique. Cette conclusion amorce l’un des propos phares de l’auteur à savoir le rôle de l’historien qui selon ses mots, se doit avant toute chose d’être utile à la société.

C’est ensuite le doctorant Élias Burgel qui s’est exprimé, en questionnant l’auteur à travers une réflexion tripartite sur les pratiques de l’écrit dans la France rurale. Évoqué à de nombreuses reprises par les deux tomes présentés lors de ce séminaire, ce prisme de compréhension a été mis à l’honneur, étant perçu comme particulièrement intéressant pour saisir la construction de la mémoire des campagnes. La matérialité des sources et la typologie des actions d’écriture ont ainsi été décryptées pour dégager la valeur probatoire, culturelle et revendicatrice des mots.

Pour Élias Burgel, la valeur probatoire soulevait plus largement des question­nements sur le degré de dépendance des populations rurales à l’écriture et à la diffusion des savoirs. L’auteur, pour lui répondre, a souligné l’importance de l’existence d’une classe urbaine et lettrée minoritaire mais a également rappelé la réalité d’une force agissante et instruite, au sein des populations rurales. Incarnant cette idée avec des exemples concrets, il a illustré à travers plusieurs itinéraires, l’existence d’une élite paysanne loin d’être entièrement soumise et capable de défendre son statut. Quant à la question du témoignage, il est clair pour l’auteur qu’une grande partie des acteurs de l’époque n’avaient pas écrit pour la postérité mais pour leur successeur, leur volonté et leur utilité propre. Cette conclusion souligne l’importance de la prudence historique pour ne pas plaquer sur les époques du passé, les cadres de compréhension du XXIe siècle.

Enfin, pour répondre au dernier point souligné par cet échange, la valeur revendicatrice des écrits de l’époque a été jugée « très floue » par Jean-Marc Moriceau qui a précisé l’impossibilité de faire émerger une conclusion englobante au vu des particularismes locaux. Cette démonstration s’est alors conclue sur une question plus générale concernant l’acculturation vue comme une libération possible des petites gens où l’auteur a introduit pour y répondre, la part très importante de l’innéité. La proximité des ruraux avec l’écriture a ainsi été attestée confirmant l’idée initiale de deux dynamiques faisant consensus.

C’est dans un troisième temps le doctorant Jacques-Marie Maîtrepierre qui a partagé son analyse, en faisant des ouvrages de l’auteur, de véritables plaidoyers en faveur des sources. De plus, tout en introduisant l’idée d’une terre comme support des trajectoires collectives et individuelles, sa seconde idée était de mettre au jour l’importance de l’étude du cadre sensible, environnemental, économique et structurel des sociétés modernes. Sa première question concernait l’évolution de l’éventail socio-professionnel entre le Moyen Âge et le XVIIIe siècle. D’après l’auteur, au cours de cette période la nomenclature semble bien s’être relativement amoindrie. Certaines activités avaient en effet été court-circuitées par l’évolution du capitalisme mais dans une mesure très inégale selon les territoires. Cette idée souligne l’apport de la géographie en histoire, car la compréhension des structures historiques se fait souvent par le biais des structures régionales. Une autre question a fait rebondir l’auteur sur les spécificités des différentes professions agraires. La réponse de Jean-Marc Moriceau a introduit de nouvelles pistes de recherche en affirmant qu’un travail de fonds restait à réaliser mais que toutes ces distinctions n’étaient pas essentielles à une large compréhension du phénomène. Un tri nécessaire doit être réalisé par l’historien pour ne garder que le substrat intellectuel le plus éclairant. Pour conclure, l’auteur a été questionné sur la place de ces ouvrages dans son parcours éditorial : il a précisé de nouveau l’importance de la vulgarisation et du renouveau historique dans la carrière d’un historien. Étant passé de l’histoire agraire à l’histoire de l’environnement et des sociétés, ce tremplin lui a permis de renouveler ses études et de mieux saisir son degré de connaissance, proche de l’exhaustivité pour le cas des Croquants mais très loin ensuite pour le volume sur les Paysans. Cette conclusion met en exergue l’évolution des motivations personnelles des chercheurs et l’acuité des chantiers historiques émergents.

Enfin, ce sont les questionnements de Philippe Madeline qui ont scellé cette séance d’échanges. Le géographe s’est interrogé dans un premier temps sur le choix d’une approche chronologique et sur les retours des professionnels et des étudiants sur ces travaux. L’auteur a souligné dans sa réponse sa satisfaction d’avoir pu publier une synthèse à la fois panoramique et précise, susceptible d’intéresser et d’aider plusieurs types de lecteurs. Reprenant les termes de Lucien Febvre introduisant la nécessité de ne jamais renoncer, cela lui semblait intéressant, au terme de plusieurs dizaines d’années de recherche, de rassembler ses sources et ses travaux pour doter le monde rural d’une étude de référence.

Après avoir insisté sur la prépondérance des événements malheureux que l’auteur explique simplement par leur fréquence continuelle – un mouvement qui a tendance à s’amoindrir au XVIIIe siècle – Philippe Madeline a conclu son intervention en soulignant la migration du champ de recherche de Jean-Marc Moriceau, passé de l’étude des plus puissants (les grands fermiers de l’Île-de-France) à celle des plus humbles. Ce dernier explique cette évolution par un déplacement du regard de l’historien, retraçant ainsi toute l’évolution de son intérêt pour ce champ disciplinaire.

Élisabeth Ridel-Granger
Élias Burgel
acques-Marie Maîtrepierre
Philippe Madeline

*

Pour conclure, la dernière demi-heure du séminaire a été dédiée aux questions de la salle et du public concernant les points soulevés pendant la dialectique de questions-réponses. On s’est d’abord interrogé sur la démarche de l’auteur à travers la fréquence de sa consultation de sources numérisées et archivistiques. Ce dernier a confirmé l’usage régulier et complémentaire des deux gisements documentaires, à travers des ressources à la fois matérielles et virtuelles. La place de l’erreur a également été questionnée, permettant à Jean-Marc Moriceau de conclure et de réaffirmer que l’historien ne peut pas restituer le passé des hommes dans toute son intégrité et qu’il doit dialoguer sans cesse avec le doute et l’anachronisme.

Réécoutez ce séminaire :


Mathilde BOFFETY et Aline BEDOS

(Master 1 - histoire/patrimoine) Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search