Le frère du roi en Europe (XVe-XVIIe siècles)

Le colloque international « Le frère du roi en Europe (XVe-XVIIe siècles) » s’est tenu les 24 et 25 juin 2021 en modalité hybride à l’université de Caen Normandie grâce au soutien de l’ERLIS, de l’École Doctorale HMPL et de Caen la mer. Organisé par Marion Duchesne, il a réuni quinze d’intervenants de diverses disciplines (histoire, histoire du droit, civilisation, lettres modernes) autour de la question novatrice de l’élaboration politique du statut et des fonctions du cadet royal au début de l’époque moderne au sein des différentes monarchies d’Europe occidentale.

En présence d’une quarantaine de personnes, le colloque s’est ouvert par une conférence plénière donnée par Madame Arlette Jouanna. Très éclairante de par la perspective comparatiste adoptée, elle a permis de mettre en évidence les caractéristiques communes partagées par quatre frères de rois de France longtemps restés héritiers présomptifs de la couronne.

Les communications portant sur des puînés français étaient nombreuses. Des facteurs démographiques (nombreux furent les cadets royaux français à atteindre l’âge adulte) et juridiques (la loi salique, qui donne un relief inusité au pouvoir masculin, est une « exception française »[1]) expliquent cette importante représentation des princes français dans la problématique du colloque. Ainsi, les cas de Henri d’Anjou, de François d’Alençon, de Gaston d’Orléans et de Philippe d’Orléans – sans compter celui des petits-fils de France ou encore celui des fils légitimés de Louis XIV au XVIIIe siècle – ont été abordés par Fabien Salesse, Gautier Mingous, Anne-Gaëlle Leterrier-Gagliano, Pierre Gatulle, Elisabetta G. Lurgo, Pascale Mormiche et Aurore Causin.

Les spécificités françaises soulignées par ces interventions ont pu être mises en perspective par le traitement réservé aux cadets dans l’Empire ottoman (Cem Algul) et dans d’autres monarchies européennes, notamment dans les royaumes de Castille (Jean-Pierre Jardin) et de Naples (Valeria Caldarella Allaire) à la fin du Moyen-Âge, au Portugal au XVIe siècle (Paula Almeida Mendes) ou encore en Espagne (Santiago Martínez Hernández) et en Angleterre (Emmanuel Lemée) au XVIIe siècle.

De ce large panorama diachronique et synchronique, il est apparu que le qualificatif d’agitateur souvent attribué aux frères de roi n’est pas la caractéristique principale du cadet royal. La difficile conciliation des sphères privée et publique qui touche tout aspect de la royauté occupe ici aussi une place centrale et, à l’heure de comprendre la nature complexe et ambiguë du statut du puîné, il semble que l’humain supplante, dans bien des cas, le politique. Cette réflexion, menée collectivement, fera l’objet d’une publication prochaine.


[1] Nous renvoyons aux travaux d’Eliane Viennot.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search