Enseignement et apprentissage de l’arabe langue étrangère : méthodologies et innovations ; expériences et aspirations

Compte-rendu de la journée d’étude Enseignement et apprentissage de l’arabe langue étrangère : méthodologies et innovations ; expériences et aspirations, du vendredi 19/03/2021 à l’université de Caen (14000) et organisée par Faisal Kenanah du CRISCO (équipe d’accueil 4255) et ERLIS (équipe d’accueil EA 4254).

La journée d’étude a démarré par un discours d’ouverture prononcé par Thierry Ruchot directeur du CRISCO et Harri Veivo, directeur d’ERLIS. Ils ont présenté rapidement leurs équipes d’accueil et ont insisté sur la nécessité et l’importance des évènements scientifiques concernant la langue arabe en Normandie.

Ensuite, Lahcen Kerkrour (Lycée Louis le Grand – Paris) a rendu hommage à notre collègue Tarik SAMI qui nous a quittés récemment, en 2020.

Nous avons débuté cette journée par deux conférences consacrées aux états des lieux de l’enseignement en France, donnée par Joseph Dichy et dans l’académie de Caen, par Khalil Barakat. Elles nous ont éclairé sur bons nombres de points, nécessaires à la compréhension de la situation de l’arabe.

La journée d’étude était structurée autour de quatre axes qui ont abordés plusieurs thèmes.

Le premier axe « Réflexions didactiques », présidé par Marie-Hélène Avril (université de Bordeaux 3) a réuni trois intervenantes : Marie Varin (Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan), Rima Labban (Université de Lille)et Catherine Pinon (Collège Malrieu, Aix-en-Provence).

L’intervention de Marie Varin, « Réflexions autour de l’enseignement intégratif fuṣḥā /ʿāmmiyya à des apprenants adultes débutants francophones », a évoqué les difficultés rencontrées dans l’enseignement entre fuṣḥā/ʿāmmiyya, surtout auprès d’apprenants débutants. Un enseignement de l’arabe langue pluri-/polyglossique, une reconnaissance du moyen arabe écrit ou de l’arabe mixte oral ou une dichotomisation, autant de termes techniques dans l’apprentissage de la langue arabe.

Marie Varin nous a proposé des pistes d’enseignement, pistes inspirées des principes de l’approche intégrative appliquée aux États-Unis, et de l’enseignement par compétences préconisé par le CECRL appliqué en Europe.

Proche de cette thématique, l’intervention de Rima Labban, « L’enseignement de l’arabe langue étrangère comme une langue vivante : réflexions critiques et pistes didactiques » s’est intéressée à la composante pragmatique du CECRL dans l’enseignement de l’arabe standard moderne.

La principale difficulté provient donc selon Rima Labban de la réalité polyglossique de l’arabe, ce qui fait que cette composante est souvent mal enseignée et mal maîtrisée dans les formations universitaires et scolaires en France.

Son intervention a mis en valeur la complexité de l’interaction qui s’instaure, au cours du processus d’enseignement-apprentissage, entre l’arabe littéral et l’arabe dialectal.

Quant à Catherine Pinon, elle s’est interrogée dans son intervention « L’arabe, langue magique : enseigner sans grammaire ? » sur le constat d’échec de l’enseignement de l’arabe langue vivante étrangère en France du point de vue des facteurs internes, à savoir ceux directement liés à la pratique pédagogique des enseignants. La place de la grammaire fut au centre de sa réflexion, ainsi que les outils qui peuvent aider les élèves à apprendre et à comprendre l’arabe.

Le deuxième axe intitulé « Enseignement de l’arabe à l’étranger », présidé par Faisal Kenanah, a réuni deux interventions riches en renseignements à travers Lahcen Kerkour (Lycée Louis le Grand – Paris) et Hanaa BELDJERD (Université Rennes 2).

Lahcen Kerkour nous a montré, dans « Une expérience de conseiller pédagogique dans le réseau de l’AEFE : l’exemple d’Abou Dhabi et d’Alger », que l’enseignement s’adapte généralement au contexte historique et socio-culturel du pays accueillant. Le rôle primordial du conseiller pédagogique à l’étranger s’avère finalement important. Nous avons vu que ce sont les activités culturelles et linguistiques qui donnent plus de sens à l’apprentissage de l’arabe. 

Quant à Hanaa BELDJERD, elle a nous exposé dans « La notion de « taʿlīm » en Algérie contemporaine. Politique linguistique de l’institutionnalisation de la langue arabe », les origines et l’évolution du concept « taʿlīm » contemporain dans le système éducatif algérien. Elle a souligné les efforts institutionnels dans le développement de la langue arabe.

L’après-midi, le troisième axe « Technologie numérique au service de l’arabe », présidé par Rima Labban a donné l’occasion à deux intervenants de s’exprimer sur la question.

Joseph Dichy (Université Canadienne de Dubaï) nous a présenté, dans son intervention intitulée « Lexicologie arabe bilingue, propositions méthodologiques : l’expérience des dictionnaires Machâtel » un outil nécessaire dans le développement de l’arabe, à travers le dictionnaire intitulé Machâtel. Il nous a rappelé l’apport important des dictionnaires médiévaux et modernes. Nous avons pu apprécier, dans le cadre de la présentation, le programme de réalisation et les propositions de renouvellement méthodologiques.

Quant à Rania Chaaban (Université de Rennes 2), sa présentation de la plateforme Kamkalima ouverte il y a 5 ans a souligné l’importance de ce genre d’outil ô combien nécessaire dans le contexte actuel. Son intervention s’est intitulée à juste titre « L’apprentissage de l’arabe via la plateforme Kamkalima ».

Dans le dernier axe consacré à la « pédagogie de l’arabe », présidé par Marie Varin, il a réuni deux interventions.

Marie-Hélène Avril (Université de Bordeaux 3) nous a montré dans « DNL, E.M.I.L.E et enseignement de la littérature dans le supérieur », les difficultés que l’enseignant rencontre face à un public d’un niveau hétérogène en cours de littérature et comment faire progresser les élèves quel que soit leur niveau.

Ainsi, elle nous a soumis des pistes de travail proposées par la DNL (disciplines non linguistiques) et les E.M.I.L.E (Enseignement d’une Matière Intégré à une Langue Étrangère), pistes qui peuvent contribuer à apporter des solutions à ce problème.

Dans cette même problématique liée à l’hétérogénéité et à la pédagogie différenciée, la communication de Faisal Kenanah (Université de Caen), intitulée « Enseigner la langue arabe par les textes littéraires : développer l’écrire et le lire », était basée essentiellement sur l’enseignement de l’écrire et du lire de l’arabe comme langue étrangère. Elle s’est intéressée à la manière dont ces deux compétences peuvent être exploitées à partir d’extraits littéraires à travers une nouvelle méthode d’apprentissage intitulée « Progresser en arabe ». L’enjeu dans une classe hétérogène est de pouvoir exploiter un même support différemment et progressivement afin que chaque apprenant progresse selon son niveau et atteigne les mêmes objectifs.

Enfin, la table ronde était riche et constructive. Les intervenants ont pu échanger sur plusieurs points intéressants autour de jeux éducatifs, certification, etc.

Cette journée a permis aux enseignants et enseignants-chercheurs de se réunir et d’échanger leurs expériences autour de l’enseignement et de l’apprentissage de l’arabe. Enseigner la langue arabe n’est pas finalement chose aisée : il faut de l’expérience, de la formation, de la bonne pédagogie, de la vocation, de la réflexion en permanence, … Si nous possédons tous ces traits, l’apprentissage deviendra plus aisé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search