Mémoire(s) du cinéma, le souvenir des films dans les récits de spectateurs

Photogramme “Tarzan et sa compagnie” (Cedric Gibbons et Jack Conway, 1934)

par LOÏCK DUTOT (Étudiant en Master Arts, Lettres & Civilisations, Université Caen Normandie)

Le 6 avril 2018, cinq chercheuses venues de Caen et Paris se sont retrouvées à la MRSH pour une journée d’études organisée par le LASLAR et consacrée à la question du souvenir des films comme élément constitutif de la culture cinématographique.
Responsable scientifique : Myriam Juan (LASLAR, Université Caen Normandie)

Dans la perspective du programme de recherche qui occupe le LASLAR, consacré aux récits de spectateurs, cette journée focalisait son attention sur le septième art et la façon dont celui-ci se nourrit des paroles de son public, si diverses soient-elles. En introduction, Myriam Juan (Université Caen Normandie) rappelait que parcourir les récits de spectateurs de cinéma, leurs imaginaires et émotions, ce n’est pas seulement retracer une histoire du spectacle cinématographique à travers ses films et ses personnalités, mais aussi comprendre le lien qui se crée, justement, entre spectateur et cinéma. Ce dernier est en effet rapidement devenu une pratique à la fois sociale et intime, accompagnant ainsi la vie de ses spectateurs. Se pose au demeurant le problème de la fiabilité que constitue la source mémorielle. Ainsi des répliques cultes sont en fait inventées par des souvenirs de spectateurs. De fait, le souvenir est d’abord récit, dans lequel se mêlent reformulation, incompréhension, désir. Récit de soi et partage de souvenirs illustrent l’immense pouvoir évocateur du cinéma.

La matinée a été consacrée à la cristallisation des souvenirs de stars et de personnages. Charlotte Servel (Université Paris Diderot) a centré son attention sur le Charlot de Soupault, biographie du personnage de Chaplin écrite à partir de certaines scènes des films dans lesquels il apparaît. L’originalité de l’ouvrage vient du fait que le poète a fait appel à ses souvenirs de spectateur pour en fournir la matière. En se souvenant des films et en mettant des mots sur des images muettes, Soupault soumet la véracité de cette biographie à sa mémoire et invite les lecteurs à raviver la leur. Le cas de Douglas Fairbanks illustre lui le pouvoir qu’a le spectateur à faire vivre ou revivre une star de cinéma (Myriam Juan). La mort de l’acteur en 1939 a été l’occasion pour la presse de retracer sa carrière et sa biographie, faites de topoï et fantasmes issus de souvenirs nombreux et variés. Se révèle là une nostalgie des premiers émerveillements cinéphiles et d’un héros de jeunesse, participant à la constitution d’un panthéon d’œuvres et de personnalités. Associant les deux, la mémoire spectatorielle peut également rappeler à un acteur un de ses rôles marquants. Ray Bolger en est l’exemple parfait (Fanny Beuré, Université Paris Diderot). À travers un corpus de lettres de jeunes fans reçues par le comédien entre 1972 et 1985, on constate que le rôle de l’épouvantail du Magicien d’Oz de Fleming lui est indissociable. Ces lettres témoignent d’une diversité des pratiques spectatorielles et de l’expérience intime que constitue le cinéma. Elles montrent également le rôle que joue le fan dans la fabrique et la patrimonialisation de films et de rôles.

Les passeurs et vecteurs de souvenirs ont occupé l’après-midi. Réactiver les souvenirs, c’est ce que fait l’historien du cinéma Kevin Brownlow. Marie Frappat (Université Paris Diderot) a mis en lumière cette figure éloignée du spectateur ordinaire qui a reconstitué le Napoléon de Gance et ranimé le souvenir de films muets. Tel un archéologue, Brownlow est ce médiateur qui va au-devant du souvenir pour le ramener à la surface, que ce soit par la restauration ou par le témoignage de ceux ayant vécu les premiers temps du cinéma. Une exploration audiovisuelle des souvenirs de films, appuyée sur les écrits de Serge Daney, a enfin été proposée (Chloé Galibert-Laïné, Établissement École Normale Supérieure/PSL University). Pourquoi se souvient-on, dans un film, d’un détail particulier quand le reste du film sera oublié ? La mémoire est-elle suffisamment fiable pour qu’un son soit associé à une image ? Un essai vidéo a montré qu’une telle correspondance, ancrée dans les souvenirs, peut se révéler erronée et trompeuse. Pour autant, des micro-souvenirs persistent et participent d’une mémoire qui se veut critique et biographique. Cette mémoire, bien qu’aléatoire, permet de parler des films et de dire quelque chose de soi.

La journée s’est conclue avec la projection du Sommeil d’or de Davy Chou (2012), documentaire dans lequel le réalisateur est parti au Cambodge pour réactiver le souvenir d’un âge d’or du cinéma cambodgien entre 1960 et 1975, avant que l’arrivée des Khmers rouges ne cause sa disparition. Interrogeant professionnels et spectateurs, Chou montre que cette période du cinéma cambodgien n’existe plus aujourd’hui qu’à travers les souvenirs de ceux qui l’ont connue. Là encore, la médiation réactive cette mémoire. Ainsi s’écrit l’histoire du cinéma, de ses lieux et moments, de ses œuvres et personnalités, par le filtre de ceux qui mettent des mots sur des images plus ou moins floues reposant dans leur mémoire.

A retrouver sur la Forge numérique

L’ensemble des communications de la journée a été enregistré. Les autres enregistrements peuvent être communiqués à la demande en écrivant à  myriam.juan@unicaen.fr


Dominique Hureaux

Chargé de communication de la MRSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.