Networks in the British and Irish Periodical Press in the Long 19th century

La journée d’étude « Networks in the British and Irish Periodical Press in the Long 19th century » s’est tenue en ligne le vendredi 26 mars 2021, organisée par l’Equipe de Recherche Interdisciplinaire sur la Grande-Bretagne, l’Irlande et l’Amérique du Nord (ERIBIA). Réunissant les deux équipes internes de l’ERIBIA, Littératures, Images, Sociétés Anglophones (LSA) et le Groupe de Recherches en Etudes Irlandaises (GREI), cette manifestation coordonnée par Françoise Baillet et Christophe Gillissen, professeurs de civilisation britannique à l’UFR Langues Vivantes Etrangères, s’intéressait aux réseaux actifs au sein et à la périphérie des milieux journalistiques britanniques et irlandais au cours du long dix-neuvième siècle.

Autour du Professeur David Finkelstein (University of Plymouth, Royaume-Uni), spécialiste de l’histoire des médias et auteur de plusieurs ouvrages sur la question, dont Movable Types : Roving Creative Printers of the Victorian World (Oxford University Press, 2018) et Edinburgh History of the British and Irish Press, volume 2 : Expansion and Evolution, 1800-1900 dont il a récemment dirigé la publication (Edinburgh University Press, 2020), les intervenants se sont penchés sur la nature, la portée, la durée et les modalités des collaborations journalistiques à l’œuvre au cours du siècle de Victoria, depuis les alliances et rivalités dans certains cercles éditoriaux jusqu’aux communautés locales, nationales, voire internationales, formées par les artistes, écrivains, éditeurs, graveurs et imprimeurs qui produisent alors journaux et magazines.

Intitulé « Union Networks and the Great Dublin Strike of 1878« , le discours inaugural du professeur David Finkelstein a retracé, à travers le déroulement du conflit qui a opposé les typographes de la firme M. H. Gill à leur employeur, l’action et l’impact des réseaux politiques, syndicaux, sociaux et culturels auxquels le comité de grève dublinois fit successivement appel, entre mars et novembre 1878. Le professeur Finkelstein a rappelé l’aspect primordial de la communication dans la stratégie des grévistes et la façon dont ceux-ci se sont saisis de la question du Home Rule irlandais, objet de nombreux débats parlementaires, pour faire porter leurs revendications jusqu’au cœur du pouvoir britannique.

La journée d’étude s’est ensuite déroulée sous la forme de trois ateliers successivement consacrés aux imbrications entre presse et pouvoir, à la circulation de l’information en rapport avec son contexte et enfin au regard porté par journaux et magazines sur des groupes humains ou des événements historiques en particulier. Dans la continuité du propos de David Finkelstein, l’atelier « The Politics of the Press » réunissait ainsi les communications de Françoise Baillet (ERIBIA, LSA) et d’Olivier Coquelin (ERIBIA, GREI), qui s’interrogeaient sur la circulation de mots d’ordre syndicaux, de concepts culturels et de même de créations littéraires au sein de publications spécialisées comme The Compositors’ Chronicle (1840-1843) ou bien dans le cadre plus large de la grande grève de 1919 à Belfast.

L’atelier suivant, « Connections and Circulations« , s’attachait à envisager les réseaux journalistiques dans leurs rapports avec le climat économique et social de leur temps. Michelle McNamara-Fourquet (Strasbourg) mesurait ainsi l’impact du développement du service postal irlandais sur la distribution des journaux dublinois tandis que Tony Dex Odounga (Dijon) soulignait l’importance de la presse féminine dans la circulation des revendications exprimées par cette fraction de la population alors encore écartée de l’arène politique. Pascale Villate (ERIBIA, LSA) s’intéressait quant à elle à la librairie de William Henry Smith, dont la considérable expansion a accompagné celle, tout aussi remarquable, du réseau ferroviaire britannique.

C’est sur le rôle des représentations verbales et visuelles dans le regard porté sur les Irlandais que s’est terminée la journée d’étude « Networks ». Avec les communications de Christophe Gillissen (ERIBIA, GREI) et de Bertrand Cardin (ERIBIA, GREI), l’atelier « Addressing Otherness » a apporté un éclairage précieux sur le phénomène d’objectification qui, depuis la Grande Famine (1846-1852) jusqu’à nos jours, a contribué, dans les pages du Times comme dans celles du magazine Punch, or the London Charivari, ou, plus tard, de certains romans, à servir des objectifs à la fois politiques et culturels.


Françoise Baillet

Pr. Civilisation britannique/Études visuelles Directrice ERIBIA Université de Caen Normandie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search