Présentation et discussion de “Approche de l’esthétique” (Franck Sibley)

Couverture de la traduction française par Jacques Morizot, parue aux éditions Ithaque

La séance du 20 mars 2021 de PhiLiA (Phiilosophie de la Littérature et de l’Art) était consacrée au philosophe britannique Frank Sibley (1923-1996). C’est l’auteur d’un petit nombre d’articles et de quelques brouillons, qui ont été regroupés dans un recueil au Royaume-Uni, traduit récemment en France aux éditions Ithaque (2018) par Jacques Morizot. Le propos de Sibley se situe à la jonction de l’esthétique, de la philosophie de la perception, et de philosophie de l’art. Dès les premières pages, on est frappé par le style philosophique de Sibley : souci du détail, progression pas à pas, dans ce que cela peut avoir de sensible et de méticuleux. De ce point de vue, il s’inscrit vraiment dans une pratique de la philosophie qu’on rattachera aux noms de Ryle, Austin, ou encore de Wittgenstein.

L’idée fondamentale de Sibley est que l’esthétique est première logiquement sur l’art. Il retrouve ainsi la perspective du XVIIIe siècle, celle des philosophies de Hutcheson, Hume ou Burke, Kant, par-delà celle des XIXe et XXe siècles initiée par Hegel qui met l’art au centre. De ce point de vue, Sibley est assez facilement intégrable dans le corpus philosophique classique. Par contre, l’auteur reste volontairement à l’écart des discussions sur les œuvres contemporaines : sont-elles de l’art ou pas ? Ou : en quoi sont-elles de l’art ? Quand sont-elles de l’art ? Autrement dit, les questions des grands philosophes américains de l’art, comme Nelson Goodman et Arthur Danto, que nous connaissons beaucoup mieux en France.

En se consacrant à Sibley, le séminaire de PhiLiA abandonnait momentanément la question de la fiction, qui avait été au centre de plusieurs séances précédentes (sur la Poétique d’Aristote, sur l’ouvrage de Blakey Vermeule à propos du rapport que nous avons aux personnages littéraires, sur la théorie de la fiction de Kendall Walton, ou encore la séance où Maud Pouradier a présenté ses recherches sur l’opéra). La séance du 20 mars n’était pas non plus directement liée aux questions de théorie littéraires abordées par Vincent Jouve lors de sa venue à Caen en début d’année universitaire, ou à l’occasion de la séance sur Olsen. Frank Sibley permettait à PhiLiA d’aborder une question majeure pour la philosophie de l’art et la philosophie de la littérature : la critique et le problème de son « objectivité ». Ce faisant, le séminaire de PhiLiA créait un pont avec le RIN « Des critiques », plusieurs membres actifs de PhiLiA ayant participé à la création du RIN.

La séance prit le temps de présenter les principales thèses de Sibley (primat de l’esthétique sur la philosophie de l’art, en quels sens le jugement esthétique est-il singulier, comment les termes descriptifs participent-ils au discours critique et au jugement esthétique, différence entre usage attributif et usage prédicatif des adjectifs esthétiques, déplacement du problème de l’attitude esthétique sur le plan de la philosophie du langage). Les discussions portèrent sur la possibilité de soutenir un objectivisme esthétique sans engagement ontologique réaliste.

Une présentation plus détaillée des thèses de Frank Sibley et de la séance du 20 mars 2021 est disponible sur le carnet hypotheses philodelart : https://philodelart.hypotheses.org/2924

Crédit image en Une : Crédit photo : Watteau, détail de l’enseigne de Gersaint.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search