Écritures en lutte, séance du 25 février 2021

Le jeudi 25 février s’est tenue la deuxième séance du séminaire Écritures en lutte, – volet n. 2 du cycle « Écriture et pouvoir » – organisé par le laboratoire ERLIS junior. Cette année, au centre de la réflexion se trouvent les modalités et les conditions des écritures engagées dans l’opposition aux élites dominantes.

La rencontre du 25 février a eu le goût particulier des retrouvailles, car une partie des participants – parmi lesquels des doctorants, des étudiants de Masters, des enseignants – a eu l’opportunité de se réunir dans un même lieu. En effet, la séance s’est tenue à la MLI, salle LI160. En même temps, elle était disponible en visioconférence sur plateforme. Cette solution hybride a permis à certains d’échapper à la morosité d’une vie « tout sur écran » (tout en gardant les distances que la situation sanitaire nous imposent, bien évidemment). À la fois, grâce à l’outil numérique, elle a consenti à un public toujours fourni de se connecter et d’assister aux interventions de nos trois invitées.

Mme Mathilde Albisson, brillante jeune docteure de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, a ouvert la séance avec une communication intitulée Les censeurs dans l’Espagne moderne et leur incidence sur la création littéraire. Mme Albisson a présenté le rôle religieux, politique et culturel des acteurs de l’Inquisition, actifs en Espagne à l’époque moderne. Elle a illustré les règles et les critères censoriaux qui menaient à la damnatio d’un auteur, à l’interdiction d’un livre ou à une action d’expurgation sur des imprimés. Images à l’appui, nous avons pu même apprécier les modalités employées pour mettre en œuvre ce dernier type de censure partielle : rayures, pages tachées, arrachées ou collées par-dessus le texte, griffonnages.

La séance a poursuivi avec l’intervention de Mme Alexandra Merle, professeure d’Espagnol des Universités à Caen, spécialiste en Littérature et civilisation Espagne XVIe-XVIIe, directrice adjointe du laboratoire de recherche ERLIS et directrice de l’Ecole doctorale 558 Histoire Mémoire Patrimoine Langage. La communication de Mme Merle, Textes théoriques sur la résistance au tyran en Espagne en époque moderne, nous a plongés dans les débats théoriques sur le droit de résistance des sujets face au tyran. À travers l’exemple de différents écrits, notamment le De rege et regis institutione de Juan de Mariana, nous avons observé comment – à une époque marquée par les révoltes – le tyrannicide pouvait être présenté comme acte de légitime défense que n’importe quel civil avait le droit d’exercer là où le prince avait usurpé le pouvoir (tyran d’usurpation) ou il se conduisait avec méchanceté avec la communauté (tyran d’exercice).

Mme Irène Baïdine, Maître de conférences en Russe et directrice du département d’Etudes russes et polonaise à l’Université de Caen, a clôturé la rencontre. Avec sa communication, Artistes et le pouvoir en Union Soviétique depuis la mort de Staline jusqu’à la chute du régime communiste, nous avons quitté l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles pour nous rendre jusqu’en Russie, à l’époque contemporaine, là où nous avons touché aux délicates relations entre le pouvoir établi et les peintres pendant la deuxième moitié du XXe siècle. Ici, l’artiste qui doit être totalement engagé dans la lutte au profit du prolétariat. Pour ce faire, il est englobé dans une institution (l’Académie des Beaux Arts, héritière de l’Académie impériale) et participe à un système théorique extrêmement rigide ; bien que certains réussissent à s’en écarter, le style – réaliste – rejoint une telle uniformité d’expression qu’il en devient difficile de différencier l’œuvre d’un artiste de celle d’un autre.

Les interventions ont été suivies d’échanges très enrichissants. Nous espérons de vous retrouver encore nombreux et de poursuivre nos réflexions lors de la troisième et dernière séance, qui aura lieu le jeudi 29 avril, à la MRSH SH28. Nous accueillerons Vasiliki Sakellariou (Université de Caen) qui présentera le feuilleton journalistique à travers l’exemple de l’écrivain journaliste autrichien Hugo Bettauer ; Georges Da Costa, (Université de Caen) qui présentera le cas d’une écriture très engagée, celle de l’écrivain portugais José Rodrigues Miguéis ; et Alexia Grolleau, (Université de Paris Nanterre) qui nos fera découvrir la poésie contemporaine des femmes mapuches.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search