Enseigner et transmettre les mémoires de la Guerre d’Algérie. Enjeux, ouvertures, interdisciplinarité

Le colloque international qui s’est déroulé du 7 au 8 octobre 2020, organisé par Anne Schneider et Clarisse Chevalier, en partenariat avec l’Université de Caen Normandie, la MRSH, l’INSPÉ de Normandie Caen, l’ONACVG et le Mémorial de Caen, questionne l’enseignement et la transmission des mémoires de la guerre d’Algérie. C’est dans un contexte de formation, de transmission, de mémoire et de citoyenneté que les conférences ont alimenté les définitions des mémoires des protagonistes de la guerre à travers l’histoire et la fiction. La transmission de la guerre d’Algérie et la violence coloniale constituent, en effet, des enjeux toujours vifs au niveau sociétal et en termes de politique d’État.

1. HISTORIQUE ET PERCEPTIONS DE LA GUERRE D’ALGÉRIE

L’objet du colloque a porté sur la stabilisation historique des savoirs autour de la guerre d’Algérie, dont certains angles restent néanmoins à étudier. Ainsi, les questions sémantiques ont fait l’objet de plusieurs analyses.

Dès l’ouverture du colloque, l’omni-présence des marques mémorielles de cette guerre sur le sol français a été explicitée par Abderahmen Moumen, chargé de mission au niveau national pour l’ONACVG, chercheur associé à l’université d’Aix-Marseille. En effet, les plaques de rues, les monuments aux morts, les noms, les statures montrent que la présence de cette guerre est bien réelle et tangible autour de nous. Dans cette optique, Sébastien Ledoux, chercheur associé à l’université Paris 1 – Panthéon a montré les évolutions du concept de mémoires et du « devoir de mémoire », expression passée dans l’usage et pourtant bien plus complexe qu’il n’y paraît, autour d’une guerre tout d’abord non nommée comme telle avant 1999 et plutôt qualifiée jusque-là “d’événements”.

Voir l’intervention de Sébastien Ledoux : La Guerre d’Algérie par ses discontinuités mémorielles

Par une typologie des types de conflits et une analyse géographique des territoires et des populations au coeur de ces derniers, le Colonel Thierry Noulens (Chercheur associé à l’université de Caen-Normandie (HISTEME), DMD 14) s’est proposé d’étudier les tenants et aboutissants de ce pan de l’Histoire, avec ses grandes figures comme Messali Hadj, Ferhat Abbas et le CRUA. Il a mis également en exergue l’importance dans tout conflit de la légitimité que cherchent à se donner les belligérants dans le but de s’attirer des soutiens internationaux et populaires.

C’est dans le prolongement de cette idée qu’Anna Trespeuch-Berthelot – MCF en histoire contemporaine, université de Caen-Normandie (HISTEME) a abordé les situationnistes qui, par leurs prises de positions, se sont montrés visibles à travers des écrits dans lesquels s’est développée une pensée critique défendant l’idée d’une révolution ouvrière. En effet, ils et elles appellent à lutter ensemble, en dépassant l’idée du nationalisme et en menant une révolution sociale internationale afin de libérer le peuple algérien. L’Algérie occupe donc une place majeure dans leur réflexion car elle nourrit leur espoir révolutionnaire et représente le point de départ d’une volonté de renversement du pouvoir.

Voir l’intervention d’Anna Trespeuch-Berthelot : Les situationnistes et Pouvoir Ouvrier, des intellectuels de terrain aux côtés des combattants algériens

Par la suite, François Dosse – historien, Professeur des Universités à l’INSPE et l’UPEC, université Paris – Créteil – a évoqué, via la publication de sa biographie du célèbre historien Pierre Vidal-Naquet, la question de la torture durant la Guerre d’Algérie et la création du comité de défense de Maurice Audin, jeune mathématicien français communiste disparu de façon inquiétante à Alger le 11 juin 1957. Pierre Vidal-Naquet militait en effet contre la torture en Algérie et a été fortement soutenu dans la création de ce comité par de nombreux membres de l’Université de Caen. La question est ainsi posée sur la mission de l’historien·ne : sa position doit-elle relever d’un engagement politique et social ?

Écouter l’intervention de François Dosse : Pierre Vidal-Naquet, un historien de la guerre d’Algérie à l’université de Caen

En effet, le débat principal de l’époque, relaté par Amin Pérez – Professeur de sociologie, Université du Québec à Montréal, Canada – a porté sur la compréhension de l’avenir de la situation coloniale. Amin Perez a fondé ses recherches sur les écrits sociologiques inédits de Pierre Bourdieu qui cherche à comprendre les drames et la misère sociale du peuple algérien et a proposé des analyses approfondies sur le sujet pour mieux restituer les conditions d’émancipation possibles à l’époque.

De la même façon, Marjorie Jung, docteure en francophonie de Paris IV Sorbonne, aborde les représentations de la Guerre d’Algérie à travers la figure littéraire de l’homme nouveau dans les ouvrages de Frantz Fanon, connu pour son essai Peau noire, masques blancs. La symbolique de la souffrance et du renouveau politique offre une dimension de libération et de mémoire. L’auteur dénonce la violence et la lutte qui perdurent depuis longtemps entre l’Algérie et la France. La question de l’homme nouveau est développée, apportant un témoignage de la violence afin de ne pas oublier cette guerre, mais aussi pour dépeindre l’émergence d’une puissance politique révolutionnaire s’ouvrant au monde.

Pour conclure sur cette première partie et dans une perspective mémorielle, Tramor Quemeneur – Historien, chargé de cours, Universités Paris 8 et Cergy-Pontoise – a présenté différentes archives sur la guerre d’Algérie qui sont aujourd’hui disponibles. En effet, il a retracé l’histoire de ces archives et a expliqué leurs différentes natures et strates de signification, tout en présentant les utilisations diverses qui en sont faites, notamment dans le cadre de publications historiques.

Écouter l’intervention de Tramor Quemeneur : Bandes dessinées et guerre d’Algérie. Entre conflits et cicatrisation des mémoires

2. ENSEIGNER LA GUERRE D’ALGÉRIE

Enseigner la guerre d’Algérie est une tâche difficile. Il s’agit d’aborder en peu d’heures un sujet complexe, parfois encore douloureux ou au contraire complètement inconnu des élèves. Les questions du support de l’enseignement et de la manière d’évoquer le sujet sont donc cruciales. Il s’agit, en effet, d’aborder le sujet sans heurts et d’instruire les élèves sur cette guerre aux enjeux et conséquences importants.

Pour transmettre les mémoires de la guerre d’Algérie en classe, il existe différentes ressources. Anne Schneider -Maîtresse de Conférence à l’Université de Caen Normandie LASLAR, s’est intéressée au média que représente la littérature jeunesse, par des romans mais aussi par des albums et bandes-dessinées qui abordent des thématiques variées : la figure du héros, les vies singulières aux destins particuliers des protagonistes de la guerre ou encore les héroïnes, souvent peu connues, de la guerre.

La valorisation des mémoires de la guerre peut également être exploitée par la numérisation de documents authentiques et leur transmission en classe. Ainsi, Valentin Quiédeville – Chargé de mission Culture à Isigny Omaha Intercom, a montré aux élèves de lycée, grâce à un parcours thématique en ligne proposé par la Fabrique des Patrimoines, des photographies uniques illustrant cet épisode de l’Histoire. Enfin, l’ONACVG, par le biais de Clarisse Chevalier, a fourni aux établissements scolaires plusieurs outils pédagogiques pour expliquer et commenter la guerre d’Algérie en classe. Pour compléter cette thématique de l’enseignement et de la transmission, Benoît Falaize – Chercheur associé à Sciences Po Paris – a proposé trois axes de réflexions : la connaissance de la guerre dans l’enseignement de l’histoire, l’enjeu didactique et le débat politique qui lie cet enseignement aux valeurs de la République. Ces questions suscitent ainsi de nombreux débats dans la transmission des mémoires de la guerre d’Algérie.

Frédéric Harymbat, agrégé d’histoire-géographie au lycée Chartier de Bayeux et Valentin Quiédeville ont proposé ainsi une entrée dans le sujet par le biais de sources primaires et de témoignages, afin d’avoir une approche concrète et marquante de la Guerre d’Algérie.

Sophie Blanco-Vicente, quant à elle, a fait intervenir le témoignage fictif pour introduire cette partie du programme en lycée professionnel, où elle enseigne la discipline Lettres-Histoire. Le roman qu’elle utilise s’intitule Les Raisins de la Galère de Tahar Ben Jelloun et raconte la vie d’une fille de famille immigrée algérienne. L’objectif est de faire le parallèle entre le récit du roman et l’Histoire de la guerre. Cela permet à l’enseignante de remonter le fil des flux migratoires et les causes de l’immigration, pour mieux questionner les identités mémorielles et décrypter l’Histoire.

Enfin, l’intervention de Sylvie Thénault – directrice de recherche au CNRS – a permis d’analyser les différentes appellations de la guerre d’Algérie pour l’enseignant·e. Elle est revenue sur les mots pouvant être utilisés pour aborder cette guerre en classe car le sujet est aussi délicat qu’important à étudier. L’enseignant·e doit donc prendre en compte les nationalités dans les points de vue impliqués et les visions multiples de la guerre en jeu.

3. ENSEIGNER LA GUERRE D’ALGÉRIE VIA LES DOMAINES ARTISTIQUES ET CULTURELS

C’est à travers la médiation des documents, archives, films et bâtiments que les médiateurs culturels ont abordé la transmission de la guerre. Ainsi, Agnès Sajaloli, directrice du Mémorial du camp de Rivesaltes, a décrit les médiations effectuées dans ce musée, à la fois mémoire de la Seconde Guerre mondiale et des harkis par la suite, tandis que trois intervenants différents expliquaient la richesse des fonds d’archives : Pascal Lebeurier, cadre documentaire à l’INA, ceux des fonds de l’INA, Bertrand Lécureur, chargé de conservation et de recherches du MUNAE, ceux des fonds du musée de l’Education, par exemple sur l’école en Algérie et Alain Alexandra, responsable du SHD de la DAVCC, ceux du fonds du SHD de Caen, présentant des documents personnels parfois très émouvants lorsqu’ils sont consultés par les familles.

Ce colloque a permis également de voir à travers quels supports artistiques, il était possible d’aborder la guerre d’Algérie. Dans cette optique Tramor Quemeneur – Historien, chargé de cours, Université Paris 8 et Cergy-Pontoise – partant du concept de post-mémoire développé par Marianne Hirsch, s’est s’appuyé sur un corpus de bandes dessinées évoquant la guerre d’Algérie, parues en France, pour soulever la question : Comment l’Histoire se construit-elle? Se transmet-elle de
génération en génération ? Par quels moyens ?

Dans le domaine cinématographique, les films de fiction, au même titre que les documentaires, permettent de contribuer à la mémoire collective. En effet, ils peuvent être des outils vectoriels de mémoire. Le cinéma de fiction traitant de la guerre d’Algérie est aussi un outil didactique : il permet le développement des compétences chez les élèves en abordant les notions d’apprentissage qui sont liées au sujet. Le cinéma de fiction, a conclu Dominique Briand – Formateur en Histoire-géographie, INSPE de Normandie-Caen – peut donc être utilisé comme outil d’enseignement et de compréhension de la guerre.

Anne Schneider changeant de domaine culturel, a analysé le traitement de la question des mémoires de la guerre d’Algérie dans la littérature jeunesse. La question est d’autant plus complexe que la littérature jeunesse qui aborde l’histoire a pour vocation de plaire et d’instruire tout en véhiculant des faits et des images. Avec le temps et la libération de la parole, la façon d’évoquer cet épisode historique a évolué dans ce pan de la littérature. Ces ouvrages sont d’autant plus importants qu’ils peuvent non seulement être porteurs de mémoire mais ils peuvent également la transmettre et donc la faire perdurer.

En conclusion, ce colloque riche, pluriel et ouvert sur les éléments visuels, culturels, narratifs de la guerre d’Algérie, relevant de la discipline « histoire-géographie » certes, mais également de l’enseignement de cette guerre via les « éduquer à », s’est situé dans la perspective d’un état des lieux sur les questions et enjeux de transmission. La proximité des commémorations de 2022 permettra de reprendre date autour de celle du 19 mars 1962, marquant officiellement la fin de cette guerre, où seront explorés de nouveaux angles d’un conflit qui n’a pas fini de travailler les mémoires franco-algériennes des deux côtés des rives de la Méditerranée.

Compte-rendu établi par les étudiants de Première année en Master « Médiation Culturelle et Enseignement », INSPE de Normandie – Caen – 2020 / 2021, Achraf Bellot – Jade Cayet – Zoé Champaux – Elise Chanteloup-Dupret, Emma Clairon – Marion Denoyelle – Louisa Dorinet – Fabienne Henrot – Elisa Leborre – Maureen Michel – Jonas Toutain – Johane Travers-Mougel – Salomé Vezin, avec la relecture de leur professeur, Anne Schneider, responsable du master.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search