« Des femmes et des hommes ». Documentaire de Frédérique Bedos

Retour sur la soirée du 25 novembre 2020 organisée par l’université de Caen Normandie dans le cadre de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes (Des femmes et des hommes | film et rencontre avec la réalisatrice)

Aux questions posées par les participant.e.s à la soirée, voici les réponses apportées par Anne Schneider, chargée de mission Égalité des droits entre les Femmes et les Hommes pour l’université de Caen-Normandie et Clara Besnouin, consultante Égalité F/G.

Introduction

Vous étiez 1200 inscrit.e.s pour cette soirée de projection suivie d’un débat dans le cadre de de temps de sensibilisation à l’égalité et aux violences faites aux femmes ce 25 novembre 2020 qui se voulait ouvert à toute la communauté universitaire. Le public était composé d’étudiant.e.s, d’enseignant.e.s, de personnel.le.s administratif.ve.s. Certain.e.s ont clairement exposé avec enthousiasme leurs motivations liées à leur présence à cette soirée : envie d’informations, envie de faire bouger les choses, recherche de connaissances sur le sujet. Parmi ces personnes, on a pu noter qu’il y avait une majorité de femmes, signe que la parité n’est pas encore atteinte et que ce sujet mobilise plutôt les femmes que les hommes. Beaucoup de retours positifs nous sont parvenus et nous vous en remercions.

Devant l’ampleur de vos questions, il nous est impossible de répondre de façon exhaustive, cependant, nous avons tenu à honorer nos engagements en vous faisant part de quelques réponses que nous pouvions vous apporter.

Par rapport à la lutte des classes, un argument anti-féministe que je rencontre souvent est que l’homme pauvre n’est pas un oppresseur sur la femme riche. Qu’en pensez-vous ?

Les questions d’intersectionnalité (classe, genre, race, âge, sexe) sont complexes à traiter. Les effets des situations de discrimination et d’oppression peuvent s’imbriquer et aggraver certains cas.Cela dépend des situations, des rencontres, des contextes. Il existe des discriminations systémiques pour les deux types de personnes. Toutefois,les discriminations que ressentent l’homme pauvre n’effacent pas celles que peuvent ressentir la femme riche, elles se superposent,interagissent entre elles, mais ne s’annulent pas. Même si dans certaines situations,les hommes pauvres peuvent éprouver une forme de domination sociale, les femmes riches subissent,comme toutes les femmes,quelles que soient leurs classes sociales,des oppressions causées par des hommes. Prendre en considération ces imbrications ne légitime aucune oppression systémique.

Si les crises affectent autant le droit des femmes, n’est-ce pas justement parce que les femmes vont davantage se mobiliser pour prendre soin de leurs proches/voisins/des autres en revoyant leurs priorités ?

Cette question renvoie au rapport que les femmes entretiennent avec le care, qui n’est pas une qualité propre aux femmes mais qu’on leur assigne pourtant systématiquement. Cela les conditionnent effectivement à se tourner vers les autres et à embrasser des carrières dans ce secteur. Ces emplois sont généralement peu valorisés dans nos sociétés tout comme ces compétences, jugées « naturelles pour les femmes ». Ces professions sont souvent peu reconnues et peu rémunérées, ce qui place les femmes dans des situations de précarité. Elles font alors partie des personnes les plus touchées par les crises. Pourtant le care pourrait être l’apanage des hommes également, qui peuvent tout à fait assumer une posture de soin, de bienveillance et d’attention à l’égard des autres et en particulier auprès des plus fragiles dans notre société. La crise du Covid a montré que la société était principalement fondée sur le dévouement des femmes (et de certains hommes) et que les vulnérabilités des personnes ont encore été exacerbées, touchant majoritairement les femmes elles-mêmes.

Avez-vous d’autres références sur la relation intéressante qui a été exposée entre l’énergie nucléaire et les femmes dans le documentaire par Dr. Elworthy ? Que dit l’énergie nucléaire sur le statut des femmes et le besoin d’un écoféminisme ?

L’écoféminisme était en premier lieu un mouvement politique prenant place dans les années 70/80 aux États-Unis, des centaines de femmes, féministes, anti-nucléaire, pacifistes, anarchistes… se réunissaient pour organiser des blocages de centrales, des sit-in, des camps… La lutte anti-nucléaire était alors au cœur des mouvements. Par la suite, dans les années 90, l’éco-féminisme s’est institutionnalisé devenant un objet de recherche académique et son aspect politique a été passé au second plan. Aujourd’hui,ce mouvement est mis en lumière,et des actions, à Bure (dans la Meuse) par exemple (les 20 et 21 septembre 2019 où de nombreuses femmes, cis ou trans, personnes non binaire, queers ont lutté contre l’installation d’un centre d’enfouissement de déchets radio-actif) renouent avec les débuts de l’éco-féminisme. Les mouvements anti-nucléaires font partie des fondements de l’éco-féminisme, pour approfondir le sujet nous vous proposons un ouvrage général: Emilie Hache, Reclaim : Anthologie de textes écoféministes, Editions Cambourakis, 2016, 416 p. Et plus précisément sur la question du nucléaire : Vincent Porhel, « Genre, environnement et conflit à Plogoff (1980) », Genre & Histoire[En ligne], 22 | Automne 2018, mis en ligne le 21 janvier 2019, http://journals.openedition.org/genrehistoire/3757

Est-ce que le combat féministe peut voir comme objectif de se battre pour certains droits masculins, ex : le droit à la paternité où un homme ne peut être sous X ou encore le droit d’élever son enfant si la femme décide d’accoucher sous X ?

Certains courants du féminisme peuvent avoir des positions ressenties comme clivantes parce qu’elles conduiraient à minorer les droits des hommes. D’autres ont pour objectif d’arriver à une égalité qui passe par le rejet des injonctions de la masculinité. Certaines féministes se battent pour la reconnaissance des violences faites aux hommes et le fait de les enfermer dans des injonctions de virilité, elles mettent en avant l’idée qu’une construction égalitaire se réfléchit en incluant les hommes et en rejetant toutes les injonctions genrées.

Une question d’actualité, avec les récentes interviews de Mme Stern, et vu que le film touchait aussi à l’intersectionnalité (à travers la question du racisme) : que pensez-vous des féministes qui excluent les expériences des femmes trans de la lutte ? Est-ce que c’est pertinent, ou est-ce que ça pollue le débat ?

Ces questions divisent les féministes de toutes parts, Mme Stern a exprimé son point de vue, se positionnant dans un courant essentialiste. A l’opposé, le courant féministe posant le fait « d’être une femme ou un homme » comme une construction sociale et non une condition biologique, il devient difficile d’exclure les femmes trans des luttes féministes. Dans une logique intersectionnelle, on entend que ces femmes subissent des oppressions systémiques semblables à toutes les femmes,mais aussi d’autres,spécifiques à leur condition de personnes trans. Ces questions sont extrêmement polémiques et créent des fractures au sein des mouvements féministes.

Que pensez-vous de la déconstruction du genre ? Pourrait-elle favoriser l’émergence d’une pluralité des genres humains ?

Dépasser le genre est une visée de certains courants féministes,comme le féminisme radical, qui définissent le genre comme un rapport social d’oppression et d’exploitation analogue à l’oppression de classe. La lutte féministe a alors une portée plus vaste : la libération des femmes contribuera à dépasser le genre, à faire disparaître la division de l’humanité en deux groupes de sexe et produira l’épanouissement individuel des personnes, hors d’un carcan genré.

Je suis encore choquée de la situation actuelle des femmes en Égypte ; 91% de femme excisée, 99,3%, victimes de harcèlement sexuel, comment est-ce possible que cette situation soit aussi catastrophique en Égypte encore aujourd’hui ?

Une étude publiée par Thomson Reuters Foundation en 2017 classe Le Caire comme la ville la plus dangereuse pour les femmes, les chiffres sont plus qu’alarmants et il nous est difficile d’expliciter les causes de cette situation en quelques lignes. Elles sont multiples et endémiques, la société égyptienne est encore profondément patriarcale et la crise politique que traverse le pays aggrave la situation pour les femmes.

Les progrès pour les droits des femmes doivent se faire partout mais on a vu dans le film que les pays arabes et africains sont des pays où les violences sont encore plus importantes et choquantes surtout, mais que ces violences sont « expliquées » par la religion, le principal enjeu est donc de changer cette vision des textes religieux pour progresser au niveau des droits des femmes, pensez-vous que c’est une avancée possible un jour ?

Chaque société possède son histoire propre, ce qui inclut toujours des changements possibles. Selon les pays, la relation entre les institutions religieuses et les lois de l’État est définie avec une plus ou moins grande indépendance. Une trop forte dépendance peut engendrer la confusion systématique entre dogme et religion, au sens de la croyance et l’expression personnelle de la foi. En France, le contrat social est fondé sur la liberté de conscience. Ainsi, une des solutions peut viser à conserver la religion dans la sphère intime en évitant la sphère publique. Une autre des solutions évoquées dans le film de Frédérique Bedos, est l’accès des femmes aux postes religieux importants – il y en a quelques-unes, très rares encore – afin qu’elles puissent proposer une autre lecture des textes sacrés, plus égalitaire, plus ouverte au changement.

Une femme présidente en France, qu’en pensez-vous ?

Je pense que c’est nécessaire et souhaitable et que la France est désormais prête à avoir une femme présidente. Encore faut-il qu’elles osent se présenter dans un système politique qui est toujours fortement marqué par la domination masculine et qui fonctionne encore exclusivement par des réseaux masculins. Mais les quelques exemples, certes encore rares, de femmes présidentes ou présentes dans des postes-clés du pouvoir dans le monde nous invitent à en rêver. Il reste que celles qui se présentent doivent porter un réel projet d’égalité et non pas un retour ou une confirmation de la domination masculine. Pour résoudre la question de la place de la femme dans la société, c’est un système global qu’il faut repenser et de façon systématique, à tous les niveaux, dans tous les métiers et fonctions. Trop de femmes s’auto-censurent encore dans leur potentialité à atteindre certaines fonctions.

Y a-t-il eu des actions menées à l’université pour faciliter l’accès aux protections périodiques ?

Oui, un étudiant Edouard Duchemin, co-fondateur du Collectif Sangsationnel, œuvre au sein de l’ASSociation Universitaire de Recherche, d’Enseignement et d’Information pour la Promotion de la Santé Sexuelle – ASSUREIPSS, dans l’objectif de lutter contre la précarité menstruelle via des actions d’information et sensibilisation au sujet des menstruations, les représentations, les tabous, mais aussi la collecte de protections périodiques. Une des collectes a été réalisée par cette association sur le site universitaire de Caen en mars 2019. D’autres associations étudiantes se sont emparées de la question. Une réflexion est menée pour installer des distributeurs de protections périodiques sur les différents campus.

Pensez-vous que le sexisme s’observe jusque dans les relations professeur/élève ?

Oui, il est généralisé et systémique. Plusieurs études ont montré que la place des filles et des garçons dans le système scolaire et au sein de la classe n’est pas la même. Ainsi, si on fait l’analyse des interactions verbales au sein de la classe, on s’aperçoit que la parole des garçons s’exprime davantage que celle des filles, en termes de quantité et d’occupation de l’espace verbal. Ces interactions verbales maître.sse / élève-garçon sont davantage encouragées, valorisées, au détriment de la parole des filles. L’occupation des espaces communs, terrains sportifs ou cours d’écoles ne sont pas les mêmes non plus, et les filles sont souvent exclues de certains espaces.

Certaines universités ont adopté une charte anti-sexiste, est-ce que ça existe à Caen ?

L’université a signé une charte « égalité entre femmes et hommes », votée par le Conseil d’administration le 13 mai 2016, où elle s’engage sur le principe suivant : faire de l’égalité entre femmes et hommes une volonté permanente de celle-ci. Elle a également signé la convention régionale sur l’égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif (2020 – 2024). Des formations sur le harcèlement sexuel et les stéréotypes sexistes sont accessibles aux doctorant.e.s et aux nouveaux arrivant.e.s et devraient se généraliser, afin que tous les jeunes chercheur.se.s soient désormais formé.e.s à l’égalité. Elles vont concerner également les personnels administratif.ve.s, les associations étudiantes et les enseignant.e.s.

On retrouve finalement dans cette volonté d’intégrer les hommes dans ce combat pour l’égalité des sexes, la démarche d’HeForShe lancée par l’ONU. Cette campagne a émergé en 2014, lorsque vous avez créé ce documentaire, a-t-elle eu une influence dans votre démarche ?

« HeForShe » est une campagne de solidarité pour l’égalité des sexes lancée par l’ONU Femmes, elle a pour objectif de faire participer les hommes et les garçons dans le combat pour l’égalité des sexes, elle les encourage à prendre des mesures contre les inégalités rencontrées par les femmes et les filles. Cette initiative est concomitante avec la réalisation du documentaire et elle s’inscrit, en effet, dans le même mouvement. Ces deux organisations partagent les mêmes valeurs, elles trouvent leur origine dans les mêmes constats: les hommes ne se sentent pas concernés par l’égalité des sexes,or ils composent presque la moitié de la population mondiale et leur appui faciliterait le travail des institutions.

Pourquoi avoir traduit gender par« sexe» dans les traductions en français? Si vous refaisiez le film aujourd’hui, le rendriez-vous plus inclusif, moins binaire ?

Rappelons ici que le film a commencé à être tourné en 2013, le terme anglais gender, que l’on traduit usuellement par « genre » aujourd’hui était beaucoup moins connu du grand public. De plus,choisir de le traduire par « sexe » n’exclut pas l’idée que l’identité sexuée soit une construction sociale. Le film l’explicite d’ailleurs dès son ouverture. Quant à l’inclusivité, l’idée de ce film était de brosser un portrait général des inégalités femmes hommes et des progrès qui sont encore nécessaires pour améliorer la situation des femmes. Un point de vue non binaire aurait changé le propos du film et aurait sans doute modifié son impact. Ce film est à destination du grand public, son objectif est de sensibiliser le plus grand nombre et, pour le moment, il nous semble que conserver une vision binaire peut aider à la réalisation de cet objectif.

Conclusion

Vous avez été très nombreux.ses à expliquer les motivations que vous aviez, chacun.e, personnellement, à participer à cette soirée et nous vous en remercions. Nous espérons pouvoir les analyser et vous les faire partager et nous vous donnons rendez-vous pour une prochaine soirée de sensibilisation le lundi 8 mars 2021 dans le cadre de la journée internationale des droits de la femme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search