Séminaire de PhiLiA : « The End of literary theory »

Samedi 12 décembre, le séminaire de PhiLiA avait lieu pour la première fois en visioconférence. L’ouvrage discuté lors de cette séance était The End of literary theory, ouvrage publié dans les années 1980 par le théoricien de la littérature norvégien Stein Haugom Olsen. Quoiqu’ancien, l’ouvrage permet peut-être de jeter les bases d’une philosophie de littérature renouvelée. C’est en tout cas l’hypothèse de travail que proposa Pierre Fasula (ISPJS) lors de cette séance.

Nous partîmes du constat de la difficulté à trouver en France une philosophie de la littérature qui soit satisfaisante. Il en existe pourtant plusieurs : une philosophie romantique de la littérature avec Jean-Luc Nancy et Lacoue-Labarthe, une hégélienne lumineuse avec Jean-François Marquet, une hégélienne sombre avec Deleuze et Foucault, une autre marxiste avec Pierre Macherey. La limite de cette approche romantico-hégélienne est qu’elle tourne toujours, voire exclusivement, autour du rapport entre philosophie et littérature. Produire une philosophie de la littérature, c’est alors interroger le rapport entre les deux : dans quelle mesure la littérature fournit-elle de la philosophie? Dans quelle mesure la philosophie est-elle hantée par la littérature ? Cette attitude autoréflexive est trop limitée, la philosophie ne cessant, au fond, de se penser elle-même dans son autre, au lieu de penser la littérature.

Olsen prend au contraire la littérature pour objet : qu’est-ce qu’une œuvre littéraire? En quoi consiste la critique d’une œuvre ? Quel est le rôle de l’intention dans la compréhension et l’appréciation de cette œuvre ? Que peut-on peut attendre des théories littéraires aussi bien dans la définition de la littérature que dans l’appréciation ? Une deuxième vertu de l’ouvrage est de détacher la philosophie de la littérature de la philosophie du langage, et de l’amarrer à la philosophie de l’art, en proposant une hypothèse institutionnaliste. La littérature, comme tout autre art, est une institution, c’est-à-dire un ensemble de pratiques de production et d’usage qui font règle. C’est dans le cadre de ces pratiques qu’un texte sera considéré comme une œuvre, de même que c’est dans le cadre de tout un ensemble de pratiques que tels gestes seront considérés comme une performance artistique, ou cette peinture un tableau, bien qu’on ait troué la toile, peint sur les bords, dépassé sur le mur, etc.

Les discussions portèrent sur les différentes sortes d’institutionnalismes en philosophie de l’art (Maud Pouradier, Identité et Subjectivité), sur leur actualité, sur l’apport conceptuel et définitionnel faible qu’on peut reprocher à cette famille d’hypothèses (Claudio Veloso), sur le problème de l’évaluation (Frédéric Slaby, ERIBIA), et sur la possibilité d’associer approche institutionnaliste et étude fine des genres littéraires (Julie Anselmini, LASLAR). Le problème de l’intention auctoriale a également été abordé, Olsen permettant de poser la question de manière renouvelée, mais il fallut bien se résoudre à arrêter les échanges ! Décision fut immédiatement prise de prévoir une prochaine séance de séminaire consacrée aux nouveaux enjeux de l’auteur : pour rester informé des activités de PhiLiA, contacter maud.pouradier@unicaen.fr.

Compte rendu complet de la séance sur le carnet Hypothèses de Maud Pouradier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search