Ouverture du séminaire « Écritures en lutte » par le Laboratoire ERLIS Junior

L’équipe du Laboratoire ERLIS Junior poursuit cette année ses réflexions menées sur les usages politiques de l’écriture dans le cadre de son projet « Écriture et pouvoir ». Après s’être penchée l’an passé sur la question de l’écriture au service du pouvoir, elle ouvre pour l’année 2020-2021 un cycle consacré aux « Écritures en lutte ».

Nous avons eu la joie de constater que le respect de la distanciation sociale et le port du masque n’ont pas empêché un échange enrichissant avec un public de doctorants, d’étudiants de Master et de chercheurs confirmés, venus en nombre (dans le respect de la jauge établie) pour discuter autour des contributions de nos trois invités.

Cette première séance reflétait l’identité transdisciplinaire et transaréale de l’équipe junior, en faisant circuler la réflexion sur la position de l’écrivain face au pouvoir entre trois aires culturelles : du discours pamphlétaire en Espagne au XVIIe siècle à la littérature irlandaise contemporaine, en passant par l’Autriche du XXe siècle.

Bertrand Cardin, Professeur en Études anglophones à l’Université de Caen, spécialiste de littérature irlandaise et membre du groupe de recherche ERIBIA, a ouvert la séance avec sa communication intitulée « La langue est un pouvoir, même si le pouvoir s’échine à nous la confisquer : l’engagement de l’écrivain selon Colum McCann ». Il a replacé dans son contexte l’œuvre de cet auteur irlando-américain qu’il connaît bien (Bertrand Cardin est notamment l’auteur de Colum McCann : intertextes et interactions paru aux Presses universitaires de Rennes 2016), en retraçant l’histoire de la domination britannique en Irlande, et de la naissance d’une littérature irlandaise nationale mise à mal, pour montrer quelle importance Colum McCann donne à l’engagement de l’écrivain, et quelle actualité cette tâche de « désobéissance civile » peut encore avoir aujourd’hui dans le contexte irlandais.

Élise Monjarret, Docteure agrégée d’espagnol détachée à l’Université de Caen, auteure d’une thèse sur le Discurso de las privanzas (1606-1608) de l’auteur baroque Francisco de Quevedo, a enrichi nos réflexions en abordant le genre du pamphlet, genre de la lutte contre le pouvoir par excellence. Dans sa communication intitulée « Critiquer et crypter à la Cour baroque : entre subversion et intégration, le discours du courtisan espagnol indigné comme défi rhétorique », elle a analysé les modalités complexes du discours critique et l’ingéniosité dont faisaient preuve les polémistes à la cour de l’Espagne baroque.

Enfin, Éric Leroy Du Cardonnoy, Professeur en Études germaniques et Directeur de l’UFR LVE à l’Université de Caen, a apporté une nouvelle perspective à la notion de « pouvoir » en proposant dans sa communication intitulée « Littérature et échec : pouvoir de la limite, limite des pouvoirs » une lecture de l’auteur autrichien Elias Canetti à travers les concepts de « rhizome » et « d’arbre » établis par Deleuze et Guattari. Avec ces concepts, il a mis en lumière une autre façon dont l’écriture en elle-même peut être un acte de lutte contre le pouvoir, en montrant que l’œuvre de Canetti entre dans la catégorie de « rhizome », marquée par le foisonnement, refusant le sens unique du pouvoir et toute pensée de l’être. 

Croiser les époques et les aires s’est avéré particulièrement fécond pour approfondir nos réflexions sur les enjeux des relations entre écriture et pouvoir. Nous prolongerons cette approche lors de nos prochaines séances, le jeudi 22 février et le jeudi 29 avril 2021 en Salle Sh028 (MRSH).

Lana Kupiec
Doctorante ERLIS, Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search