Rencontre avec Vincent Jouve lors du séminaire de PhiLiA

Prévue initialement au printemps 2020, la venue de Vincent Jouve (Pr. à l’université de Reims) au séminaire du groupe PhiLiA (Philosophie de la Littérature et de l’Art) avait dû être reportée au 21 octobre en raison du confinement. La séance, programmée en salle des actes de la MRSH, eut finalement lieu à l’Amphi de la MRSH, afin que les 50 personnes présentes puissent participer au séminaire en respectant la « distanciation sociale ».

Selon sa formule habituelle, la séance consista à faire la synthèse, chapitre par chapitre, de l’ouvrage étudié (Pouvoirs de la fiction. Pourquoi aime-t-on les histoires ?), et à discuter les thèses de l’auteur. Selon Vincent Jouve, l’amour des fictions a trois sources : l’intérêt, l’émotion et le plaisir esthétique. Tout le premier chapitre des Pouvoirs de la fiction porte sur les modalités de l’intéressant : l’intérêt narratif, l’intérêt herméneutique, mais aussi l’intérêt que nous avons pour le complexe. Au cours des échanges, Vincent Jouve précisa que selon lui, il existe de l’intéressant en soi. Les critères qu’il met en exergue permettent de montrer qu’un texte ou un film est objectivement plus intéressant qu’un autre. En ce sens, il est en désaccord avec les présupposés méthodologiques des études culturelles, selon lesquels tout objet est intéressant si on s’y intéresse. Selon Vincent Jouve, au contraire, ce n’est pas parce qu’on peut dire des choses intéressantes sur n’importe quoi que n’importe quoi est intéressant. À propos des émotions, étudiées dans le second chapitre, on s’interrogea sur l’existence d’émotions normatives, c’est-à-dire d’émotions objectivement requises par un texte. Mais si l’idée philosophique est intéressante, la réalité des textes impose plus de circonspection : il n’est pas si aisé de déterminer l’émotion requise par un texte ou une fiction, d’autant qu’une telle émotion est historiquement déterminée. Toutefois, il faut distinguer la question des émotions suscitées par la fiction de l’interprétation d’une fiction : si, comme le soutient Pierre Bayard, il n’existe pas deux lectures identiques d’un même texte, il n’en demeure pas moins que toute interprétation n’est pas possible. Dire le contraire, comme le fait Pierre Bayard en poussant à la limite l’idée d’un « texte du lecteur », revient à soutenir que tous les textes sont synonymes, ce que réfute Vincent Jouve.

Un compte rendu plus complet des discussions est disponible sur le carnet philodelart. L’ensemble des activités de PhiLiA se trouve sur cette page.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search