Transhumanisme et nouveaux enjeux anthropologiques

En quoi les transformations de l’humain à venir sont-elles porteuses de nouveaux enjeux anthropologiques ?

Introduction

La technique, faisant parti des domaines institutionnels fondamentaux, correspond à ce qui distingue l’humanité de l’animalité, mais aussi à ce qui progresse puisqu’elle « est la seule qui ne revienne jamais à son point de départ »1. Elle s’améliore donc constamment, et, faisant parti des technologies avec les outils, les machines et l’ensemble des représentations et raisonnements scientifiques2, permet l’augmentation des performances des Hommes et l’entrée dans une évolution de l’espèce grâce aux technosciences3. Les concepts de l’amélioration et l’augmentation humaine sont alors devenus les interrogations « les plus épineuses et les plus passionnées du débat bioéthique contemporain »4 ; questionnant l’approche du courant idéologique transhumaniste qui prône « une transformation de l’être humain par la mise en œuvre de nouvelles technologies, dans des visées d’augmentation des capacités humaines et de prolongation importante de la vie »5. En effet, cette vision touchant des domaines variés tels que l’éthique, la politique ou encore le social, nous pouvons nous interroger :

En quoi les transformations de l’humain à venir sont-elles porteuses de nouveaux enjeux anthropologiques ?

Pour répondre à cette question, nous allons découvrir les technologies se mettant en place dans une volonté d’améliorer les performances et d’accéder évoluer vers un « posthumain »6 et en distinguer les promesses faites, avant d’analyser, dans un dernier temps, les conséquences de ces transformations, d’un point de vue symbolique et pratique sur les individus et l’ensemble de la société.

Les transformations de l’humain à travers les nouvelles technologies, entre promesses et réalités

Le projet transhumaniste, à travers le progrès des « nanotechnologies, de la biologie, de l’informatique et des sciences cognitives (intelligence artificielle et sciences du cerveau) »7, et surtout la fusion de ces domaines, se dessine en trois grandes étapes avec l’utilisation de la technologie. La première est liée à la médecine et l’ingénierie du vivant, la deuxième étape est associée à la création de la vie artificielle, et enfin, la dernière, à l’intelligence artificielle, dans une vision d’amélioration de la vie8. De plus, cette convergence de la technologie et de la vie vise, dans la pensée transhumaniste, à l’amélioration des performances humaines9 et à rendre les humains libres « des incertitudes de la sélection darwinienne », ainsi que « décisionnaires et véritables sélectionneurs actifs des attributs de notre humanité »10.

Illustration créé par iuriimotov – fr.freepik.com

Ainsi, il est aujourd’hui possible de maîtriser les modifications de l’espèce humaine à travers l’outil génétique11 et la reprogrammation de l’ADN, dans une forme d’eugénisme par l’utilisation, notamment, des nouvelles technologies reproductives (NTR), devenues « emblématiques des transformations de la société globale »12. Dans notre monde contemporain, afin de pallier l’infertilité de certains couples ou l’ « élargissement des bénéficiaires »13, il existe alors deux techniques se trouvant en concurrence : l’assistance médicale à la procréation (AMP) et la procréation médicalement assistée (PMA). Au-delà d’un accompagnement à la reproduction, cette convergence entre les sciences biologiques et les méthodologies scientifiques a amené, dès le 20e siècle, au déterminisme génétique, qui est « la possibilité de prédire le phénotype d’un organisme à partir de son génotype »14, et permettrait d’améliorer les aptitudes de l’espèce humaine et de son évolution dans la théorie de la « descendance avec modification »15) et dans la recherche d’un idéal, en permettant, par exemple, des interruptions de grossesse en cas de maladies monogéniques détectées. Ce nivellement permet alors de modeler l’espèce humaine, mais ces « modifications du patrimoine génétique d’un être vivant comportent des risques de dérives eugénique ou de discrimination »16, pouvant alors provoquer, en quelques générations, un manque de diversité des gènes17. Ce constat amène donc des craintes face à ces progrès biomédicaux, notamment à travers le « diagnostic préimplantatoire », encore aujourd’hui entouré par la loi française de bioéthique datant de 199418, mais dont les limites s’élargissent de plus en plus. En effet, certains professionnels s’inquiètent quant à un glissement scientifique et technologique vers une médecine personnalisée et l’illusion qu’un gène ne puisse coder un destin, mais aussi face aux bases de données engendrées par l’accélération de l’évolution des techniques de séquençage et leur commercialisation au grand public, rendant « la conquête du patrimoine génétique des individus »19 par les industriels, une réalité.

Réseau dans le monde entier par Pete Linforth de Pixabay

Autre évolution ayant « envahi nos vies »20 depuis plus de dix ans, l’internet a été perçu comme une « révolution majeure »21 voire assimilé à une « troisième révolution industrielle »22, car modifiant considérablement les modes de vie et de consommation des individus et de l’ensemble de la société. La mutation de l’usage des réseaux de télécommunication, notamment par son ouverture au grand public au début des années 1990, a été décrite comme une véritable « métamorphose numérique »23, modifiant alors les identités personnelles à l’aide de nouvelles formes de visibilité, ainsi que les rapports aux autres à travers les différentes sociabilités et une forme de civilisation fondée sur de nouvelles valeurs24. En effet, système ouvert, l’internet permettait, initialement et théoriquement, à la population de s’émanciper des institutions et de créer des communautés dont l’approche était guidée par l’intérêt commun25. Les outils du numérique ont fortement évolué depuis les années 1950 et ont de plus en plus investi la sphère privée, influençant les modes de vie des individus, de la consommation26 aux interactions sociales, en passant par la recherche d’autonomie, mais aussi les dépendances à ces nouvelles technologies. Cependant, les risques d’inégalités sociales que cette technologie pouvait engendrer, notamment vis-à-vis des personnes les plus vulnérables, a amené, en décembre 2003, à la première phase du Sommet mondial sur la société de l’information, organisé par l’Union internationale des télécommunications. L’objectif principal de ce regroupement était alors la prise de mesures politiques pour accéder à une « société de l’information pour tous »27, révélant de fait l’impact international d’un tel déploiement numérique sur les modes de vie, et soulignant une fracture numérique, hypothétiquement due aux comportements des primo adoptants qui en ont alors défini les normes et les usages technologiques28. De plus, la France, qui vise dans le cadre d’Action  Publique  2022,  une  dématérialisation  à  hauteur  de  100%  des  différentes démarches administratives29, inquiète le Défenseur des droits, qui a dénoncé en 2018 cette « rupture dans la continuité des services publics »30, en affirmant qu’une part de la population est en incapacité de s’informer et d’utiliser convenablement ces outils numériques, ce qui pourrait engendrer davantage d’inégalités sociales à l’avenir, dans cette recherche de modernisation.


George Boole, mathematician, 1815-1864 via Wikimedia

Au 19e siècle, le mathématicien Georges Boole élabora une base algébrique numérique relevant de la logique moderne, encore utilisée aujourd’hui dans la mise au point des algorithmes des machines automatiques. Ainsi « après la révolution numérique engagée à la fin du XXe siècle, le XXIe pourrait bien être celui de la révolution robotique »31 ou autrement nommée la « robolution » par leur présence de plus en plus accrue dans différents secteurs, qu’il s’agisse de la médecine, des industries ou même dans la sphère domestique. Les questions de l’automatisation des métiers et de l’efficacité plus importante des machines dans de nombreux secteurs se posent alors, exposées par des études montrant que « 50% de nos emplois actuels pourraient être remplacés par les robots d’ici seulement 15 ans »32, même si l’intelligence artificielle ne peut, pour l’instant, supplanter les humains sur des métiers relationnels, expliquant aussi la volonté d’une collaboration entre l’homme et la machine « comme de sympathiques collègues » ou « cobots »33, dans une complémentarité des compétences. A l’inverse des grandes transformations industrielles, l’intelligence artificielle, définit comme « la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches accomplies, pour l’instant, de façon satisfaisante par des êtres humains »34, répond désormais à une révolution « intellectuelle »35, touchant l’immatériel et transformant l’Homme à travers, notamment, l’utilisation de ses propres ressources. Il reste que ces technologies sont amenées à être à la fois porteuses d’un monde meilleur et plus performant par leur capacité d’action et de réalisation de tâches minutieuses et complexes, mais en même temps, inquiètent, à travers la peur d’un remplacement de l’être humain et de leur utilisation à de mauvaises fins36. Tout ceci interroge alors sur l’impact de l’ensemble de ces technologies sur les individus et la société.

Les transformations de l’humain face aux nouvelles technologies, les conséquences symboliques et pratiques pour les individus et la société

Les évolutions de l’humain au travers des nouvelles technologies interrogent sur les enjeux et les conséquences de ces usages d’un point de vue individuel, avec des questions fondamentales de moralité et d’éthique, mais aussi sur la société dans son ensemble, avec les enjeux pour les États, mais aussi l’accroissement des inégalités, notamment.

C’est en 1755 que Jean-Jacques Rousseau inventa le néologisme profondément moderne de perfectibilité humaine37), voulant que les Hommes ne reçoivent plus les normes par Dieu ou la nature, mais bien à partir de leur propre raison, dans une « croyance fondamentale en l’autonomie de l’être humain »38 Cette rationalisation des discours et des actions amène alors à faire perdre à la vérité morale son poids ontologique39, et demande « une réflexion douloureuse sur les pouvoirs de l’homme, sur leurs bornes, leurs seuils et leurs limites, qui sont aussi leurs excès et leurs errements »40. Cette volonté d’émancipation se caractérise alors par « une perspective résolument post-sociale et biocentrée, de transformer l’être humain lui-même, par des moyens technoscientifiques »41, marquant l’évolution même de l’idée de perfectibilité humaine, posant des questions éthiques et sociales sur les avantages même de l’humain augmenté. En effet, l’amélioration de l’espèce humaine, par la transformation des technologies, soulève des inquiétudes quant au « respect des droits et des libertés individuelles, l’égalité d’accès aux technologies d’amélioration ou encore leur sécurité en termes de santé »42, alors même que la technique, dans cette idéologie technologique, répond à un ordre social qui émane des valeurs43 et renvoi aux conceptions morales, encadrant ainsi les conduites individuelles et collectives. Aujourd’hui, les individus naissant dans une société déjà constituée, ils sont le « produit d’une civilisation »44 et intériorisent l’articulation du devoir et du bien45) où les nouvelles technologies ont pris une place démesurée dans les vies, réinventant les hommes, notamment ceux nés avec Internet et considérant d’ores et déjà « que leur avenir sera ce que les technologies en feront »46, ébranlant alors l’idée d’une émancipation par une véritable dépendance et apportant de nouvelles questions liées, principalement, au consentement, dont « les systèmes d’IA et autres technologies de pointe ajoutent une couche de complexité à cette notion »47. Aussi, l’ambivalence des conséquences des nouvelles technologies dans la vie des individus s’établit dans le fait qu’elles rassemblent tout en éloignant, laissant vaciller le lien social, rappelant que chaque nouveauté ne peut exister qu’à condition que ce qui était disparaisse, autrement dit « toute émergence se paie par un sacrifice » 48.

La dimension morale49 et éthique des actions modernes, ainsi que les rapports sociaux dans la société contemporaine se trouvent bouleversée par la rationalisation50), passant d’une alliance entre les individus à un système d’échange contractualisé, la modernité se distinguant par « cette soumission au changement »51 impactant l’ensemble du système et le lien social, et dont il est possible d’observer le décalage entre les changements culturels et les changements socio-économiques. Ainsi, alors que « les transhumanistes transposent l’approche néolibérale de l’économie à la génétique humaine »52, à travers la main invisible qui aurait un impact considérable sur les décisions individuelles, se pose la question des choix sociétaux et politiques face à ces nouvelles technologies, notamment à travers une convergence des efforts financiers53 de la part des différents domaines, dans cette volonté d’un humain augmenté. C’est alors grâce à un puissant lobbying, promouvant les bienfaits de la technologie, que les transhumanistes « ont gagné la bataille de l’expertise et de l’influence »54 auprès des États et des grandes institutions mondiales, permettant aux entreprises de l’ère NBIC de prendre une place considérable dans l’ensemble des sociétés, en les transformant, représentant ainsi un techno-pouvoir55. Ce pouvoir est aussi caractérisé par un désir d’influencer l’opinion public vers une légitimation des nouvelles technologies, en adoptant des méthodes de communication amenant les individus à se familiariser et à intégrer des notions transhumanistes comme « la cryogénie, l’uploading, la colonisation spatiale, la thérapie génique, la bionique »56. Dans des perspectives macro-économiques, le choix d’investir massivement vers les nouvelles technologies s’inscrit aussi dans une volonté de répondre aux besoins des individus sur la planète, dont la démographie ne cesse de s’accroître, se projetant à l’horizon 2050 à près de dix milliards d’êtres humain57, dans une démarche d’optimisation des modes de production, grâce, notamment aux robots. Cependant, alors que la place du langage était un des facteurs de l’hominisation dans la construction de l’humanité, il se trouve aujourd’hui « de plus en plus diminué et menacé par les machines qui veulent le simplifier, le transformer,  le  rendre  inutile »58, participant ainsi à une déshumanisation vers une forme de servitude à la cause technologique et à l’affaiblissement du lien social. Et cette poursuite d’une perfectibilité humaine vise seulement à « produire un individu en congruence avec le nouvel esprit biotechnologique du capitalisme »59, et non à apporter des réponses immédiates ou différées aux différents problèmes sociaux, creusant alors les inégalités sociales.

Il existe un véritable décalage entre les idées transhumanistes et les réalités sanitaires et sociales, dont, aujourd’hui, par accoutumance, « nous ne parvenons même plus à en percevoir l’obscénité »60. Ces inégalités se trouvent, par ailleurs, amplifiées au sein des pays développés, excluant une partie de la population ne maîtrisant pas ces nouvelles technologies. Cette logique montre de fait des limites ne prenant pas en compte l’ensemble des trois ordres de ces inégalités que sont : l’avoir, le pouvoir et le savoir61 ; ce dernier correspondant aux diverses compétences mobilisées par les individus. En effet, alors que les capacités cognitives de l’espèce humaine vont être augmentées par la technologie, les inégalités se porteront sur l’intelligence de base des individus, qui pourront ou non s’adapter, et avec plus ou moins de facilité, expliquant l’argument affirmant qu’ « il faut préparer les enfants aux métiers de 2040, qui nécessiteront beaucoup plus de neurones qu’aujourd’hui ». Pour Laurent Alexandre, il s’agit alors d’un enjeu politique, au travers de l’éducation, afin de véritablement « préparer les cerveaux à la révolution des intelligences artificielles »62. Une seconde fracture sociétale touche l’accessibilité à ces nouvelles technologies, touchant une minorité élitiste, interrogeant sur la mise en place d’une « caste génétique dominée par des surhommes »63. Ainsi, les groupes les plus riches et les plus privilégiés dans une société tirent davantage de profits à l’usage de ces NBIC en ayant un meilleur accès à ces innovations, montrant un partage non-équitable relatif à des  « inégalités attribuables aux technologies sur le marché du travail ainsi que les inégalités des chances »64 ; mais aussi entre la productivité des entreprises s’étant rapidement adaptées à ces nouveautés et celles qui n’ont pas eu l’argent ou les occasions adéquates pour le faire. D’une part, le progrès technique a permis cette croissance de la productivité, mais il a, d’une autre part, favorisé les travailleurs les plus qualifiés, au détriment des moins qualifiés, exerçant des « effets complexes sur le travail »65 et dans les emplois d’avenir. Alors même que certains discours garantissent le faible impact des NBIC sur les emplois non ou peu qualifiés, leur efficacité et leur coût permettant un amortissement intéressant pour les entreprises ont eu des conséquences sur le remplacement de nombreux emplois intermédiaires par des machines, ces dernières permettant, par ailleurs, de rendre les plus qualifiés plus productifs. L’automatisation et la spécialisation des emplois interrogent donc sur les inégalités sur le marché mondial de l’emploi et sur « la dégradation des emplois qu’a entraînée la polarisation rappelle que le progrès n’améliore pas toujours leur qualité »66.

Futuristic Science as a Digital Background Art – Adobe stock

Conclusion

Les transformations de l’humain à venir se concrétisent à travers différentes conceptions technologiques, et différents enjeux individuels et sociétaux, interrogeant notamment sur la « place de l’autonomie politique au  fondement  de  l’idéal démocratique »67 sur  les choix de convergence des domaines scientifiques. En effet, la pensée transhumaniste semblant tendre vers un accroissement des libertés individuelles, elle s’avère être porteuse de doutes quant à cette vision d’amélioration de l’espère humaine, l’éloignant toujours plus de son animalité, dans une forme de darwinisme social, et en la niant « en même temps dans le fait d’être simplement vivant et dans son humanité »68, comme si les Hommes et ses capacités n’étaient pas, actuellement, suffisants. Le pouvoir de ces NBIC influe donc sur les individus et l’ensemble de la société, questionnant la dimension morale de telles évolutions, mais aussi les choix politiques et de société sur l’investissement dans ces transformations et les différentes formes d’inégalités qu’elles peuvent engendrées ; alors même que « la technologie ne voit pas le progrès en termes éthiques et politiques, mais en termes exclusivement matériels et techniques »69.

Odeline Cerisier
Étudiante en Master de sociologie

Bibliographie

  • ALEXANDRE Laurent, Conférences USI (Unexpected sources of inspiration), 2017
  • ALEXANDRE Laurent, « Transhumanisme versus bioconservateurs », Les Tribunes de la santé, 2012 ALEXANDRE Laurent, « Liberté, égalité, NBIC », Les Tribunes de la santé, 2010
  • BEN YOUSSEF Adel, « Les quatre dimensions de la fracture numérique », Réseaux, 2004
  • BERARD François, BRIER Mathieu et IZOARD Cécile, « Le robot à visage humain, une opération de com? », Le Monde, 2015
  • BESNIER Jean-Michel, « Les nouvelles technologies vont-elles réinventer l’homme ? », Etudes, 2011 BRALY Jean-Philippe et GANASCIA Jean-Gabriel, Le temps des robots est-il venu ?, Broché, 2017
  • CLUZELAUD André, « Les racines de l’utilitarisme : Hobbes et Locke », Revue de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 2003
  • DAMOUR Franck, « Le mouvement transhumaniste », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2018 DARWIN Charles, La Filiation de l’homme et la Sélection liée au sexe, Syllepse, 1999 (1871) DELOITTE, « L’éthique en cette ère de perturbations technologiques », Conférence True North, 2018 DOUEIHI Milad, La Grande Conversion numérique, Editions du Seuil, 2001
  • DUBARRY Thibaut et HORNUNG Jérémy, « Qui sont les transhumanistes ? », sens-public.org, 2008
  • ELLIOTT Cari et CAPLAN Arthur, “Is It Ethical to Use Enhancement Technologies to Make Us Better than Well?, PLoS Medecine, 2004
  • FALQUE-PIERROTIN Isabelle, « Numérique : les enjeux anthropologiques », Le débat, 2014 FLICHY Patrice, « Technologies fin de siècle : l’Internet et la radio », Réseaux, 2000
  • FORGET Marc-Alphonse, « Promesses et dangers d’une évolution incontournable : l’intelligence artificielle », Les Echos, 06/01/2019
  • GAYON Jean, « Déterminisme génétique, déterminisme bernardien, déterminisme laplacien », Le hasard au cœur de la cellule, 2011
  • GIESEN Klaus-Gerd, « Transhumanisme et génétique humaine », L’Observatoire de la génétique, 2004 HAESLER Aldo, Hard Modernity. La perfection du capitalisme et ses limites, E-conomiques, 2018 HALLEUX Jean, « Le problème philosophique de l’ordre social », Revue philosophique de Louvain, 1899
  • INHORN Marcia C. et BIRENBAUM-CARMELI Daphna, “Assisted Reproductive Technologies and Culture Change”, Annual Review of Anthropology, 2008
  • JUTAND Francis, La Métamorphose numérique. Vers une société de la connaissance et de la coopération, Editions Alternatives, 2013
  • KING John, GRINTER Rebecca, PICKERING Jeanne, « Grandeur et décadence d’Arpanet, la saga de Netville cité champignon du cyberespace », Réseaux, 1996
  • LE DEVEDEC Nicolas, « Retour vers le futur transhumaniste », Esprit, 2015
  • LE DEVEDEC Nicolas, « La démocratie à l’épreuve du post-humain : médicalisation de la société, dépolitisation de la perfectibilité », Congrès AFSP, 2009
  • LE DEVEDEC Nicolas, « De l’humanisme au post-humanisme : les mutations de la perfectibilité humaine », Journal du MAUSS, 2008
  • LE DREF Gaëlle, « L’homme face à l’évolutionnisme : un animal paradoxal », Le Portique, 2009 LEFEVRE Thierry, « La rapidité de l’innovation technologique », planeteviable.org, novembre 2014 LEROI-GOURHAN André, Les Religions de la Préhistoire, PUF, 1964
  • LOTTERIE Florence, « Les Lumières contre le progrès ? La naissance de l’idée de perfectibilité », Dix-Huitième Siècle, 1998 LOUART Bertrand, « Technologie contre Civilisation », Notes & Morceaux choisis, 1999
  • LOWY Ilana, ROZEE GOMEZ Virginie et TAIN Laurence, « Nouvelles techniques reproductives, nouvelle production du genre », Cahiers du Genre, 2014
  • MANACH Jean-Marc, « La convergence des sciences (1/3) : Un choix de société », internetactu.net, 2009 MASCRET Damien, « Promesses et fantasmes du check-up génétique », lefigaro.fr, 02/04/2013 MEZARD Marc, « L’intelligence artificielle et la démarche scientifique », Le Débat, 2019
  • MOYSE Danielle, « La crainte des « dérives eugéniques » : une thématique trompeuse », Bien naître, bien être, bien mourir, 2001
  • MULLER Denis, « Human enhancement, humanisation de l’homme et théologie de l’intensité », Études théologiques et religieuses, 2014
  • PARSONS Talcott, Toward a General Theory of Action, ed. Harper and Row, 1962 (1951)
  • PHARO Patrick, Morale et sociologie : le sens et les valeurs entre nature et culture, Folio France, 2004
  • PORTNOFF André-Yves et SOUPIZET Jean-François, « Intelligence artificielle : opportunités et risques », Futuribles, 2018 RIEFFEL Rémy, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Folio actuel, 2014
  • ROUSSEAU Jean-Jacques, Discours sur l’origine et les fondements d l’inégalité parmi les hommes, LGF, 1996 (1755) RUMELLO Joël, « «La robolution est en marche» », Ladepeche.fr, 22/05/2015
  • TESTART Jacques, «Dernier pas vers la sélection humaine », Le Monde diplomatique, 2017
  • TEXIER Bruno, « Y a-t-il trop de dématérialisation dans les services publics ? », archimag.com, mai 2018 VERDUGO Gregory, Les nouvelles inégalités du travail, Presses de Sciences Po, 2017
  • WEBER Max, Le savant et le politique, Poche, 2002 (1917 et 1919)
  • « E-administration : quelle politique pour les exclus du numérique ? », vie-publique.fr, juillet 2019
  • FRANCE INFO, « Robolution : les métiers menacés par l’intelligence artificielle », francetvinfo.fr, 21/01/2019
  • « Hommes & Migrations », Migrants.com, novembre-décembre 2002

  1. LEROI-GOURHAN André, Les Religions de la Préhistoire, PUF, 1964 []
  2. LOUART Bertrand, « Technologie contre Civilisation », Notes & Morceaux choisis, 1999 []
  3. LE DEVEDEC Nicolas, « Retour vers le futur transhumaniste », Esprit, 2015 []
  4. MULLER Denis, « Human enhancement, humanisation de l’homme et théologie de l’intensité », Études théologiques et religieuses, 2014 []
  5. DAMOUR Franck, « Le mouvement transhumaniste », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2018 []
  6. LE DEVEDEC Nicolas, idem, 2015 []
  7. ALEXANDRE Laurent, « Liberté, égalité, NBIC », Les Tribunes de la santé, 2010 []
  8. ALEXANDRE Laurent, « Transhumanisme versus bioconservateurs », Les Tribunes de la santé, 2012 []
  9. MANACH Jean-Marc, « La convergence des sciences (1/3) : Un choix de société », internetactu.net, 2009 []
  10. ALEXANDRE Laurent, idem, 2012 []
  11. TESTART Jacques, «Dernier pas vers la sélection humaine », Le Monde diplomatique, 2017  []
  12. INHORN Marcia C. et BIRENBAUM-CARMELI Daphna, “Assisted Reproductive Technologies and Culture Change”, Annual Review of Anthropology, 2008 []
  13. LOWY Ilana, ROZEE GOMEZ Virginie et TAIN Laurence, « Nouvelles techniques reproductives, nouvelle production du genre », Cahiers du Genre, 2014 []
  14. GAYON Jean, « Déterminisme génétique, déterminisme bernardien, déterminisme laplacien », Le hasard au cœur de la cellule, 2011  []
  15. DARWIN Charles, La Filiation de l’homme et la Sélection liée au sexe, Syllepse, 1999 (1871 []
  16. MOYSE Danielle, « La crainte des « dérives eugéniques » : une thématique trompeuse », Bien naître, bien être, bien mourir, 2001 17 TESTART Jacques, idem, 2017 []
  17. []
  18. TESTART Jacques, idem, 2017 []
  19. MASCRET Damien, « Promesses et fantasmes du check-up génétique », lefigaro.fr, 02/04/ []
  20. FALQUE-PIERROTIN Isabelle, « Numérique : les enjeux anthropologiques », Le débat, 2014 []
  21. FLICHY Patrice, « Technologies fin de siècle : l’Internet et la radio », Réseaux, 2000 []
  22. RIEFFEL Rémy, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Folio actuel, 2014 []
  23. JUTAND Francis, La Métamorphose numérique. Vers une société de la connaissance et de la coopération, Editions Alternatives, 2013 []
  24. DOUEIHI Milad, La Grande Conversion numérique, Editions du Seuil, 2001 []
  25. KING John, GRINTER Rebecca, PICKERING Jeanne, « Grandeur et décadence d’Arpanet, la saga de Netville cité champignon du cyberespace », Réseaux, 1996 []
  26. LEFEVRE Thierry, « La rapidité de l’innovation technologique », planeteviable.org, novembre 2014 []
  27. « Hommes & Migrations », Migrants.com, novembre-décembre 2002 []
  28. BEN YOUSSEF Adel, « Les quatre dimensions de la fracture numérique », Réseaux, 2004 []
  29. « E-administration : quelle politique pour les exclus du numérique ? », vie-publique.fr, juillet 2019 []
  30. TEXIER Bruno, « Y a-t-il trop de dématérialisation dans les services publics ? », archimag.com, mai 2018 []
  31. BRALY Jean-Philippe et GANASCIA Jean-Gabriel, Le temps des robots est-il venu ?, Broché, 2017 []
  32. FRANCE INFO, « Robolution : les métiers menacés par l’intelligence artificielle », francetvinfo.fr, 21/01/2019 33 BERARD François, BRIER Mathieu et IZOARD Cécile, « Le robot à visage humain, une opération de com? », Le Monde, 2015  []
  33. BERARD François, BRIER Mathieu et IZOARD Cécile, « Le robot à visage humain, une opération de com? », Le Monde, 2015 []
  34. PORTNOFF André-Yves et SOUPIZET Jean-François, « Intelligence artificielle : opportunités et risques », Futuribles, 2018 []
  35. MEZARD Marc, « L’intelligence artificielle et la démarche scientifique », Le Débat, 2019 []
  36. FORGET Marc-Alphonse, « Promesses et dangers d’une évolution incontournable : l’intelligence artificielle », Les Echos, 06/01/2019 []
  37. ROUSSEAU Jean-Jacques, Discours sur l’origine et les fondements d l’inégalité parmi les hommes, LGF, 1996 (1755 []
  38. LE DEVEDEC Nicolas, « De l’humanisme au post-humanisme : les mutations de la perfectibilité humaine »,Journal du MAUSS, 2008 []
  39. CLUZELAUD André, « Les racines de l’utilitarisme : Hobbes et Locke », Revue de la Société d’études anglo- américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 2003 []
  40. LOTTERIE Florence, « Les Lumières contre le progrès ? La naissance de l’idée de perfectibilité », Dix- Huitième Siècle, 1998 []
  41. LE DEVEDEC Nicolas, « La démocratie à l’épreuve du post-humain : médicalisation de la société, dépolitisation de la perfectibilité », Congrès AFSP, 2009 []
  42. LE DEVEDEC Nicolas, idem, 2015 []
  43. LOUART Bertrand, idem, 1999 []
  44. HALLEUX Jean, « Le problème philosophique de l’ordre social », Revue philosophique de Louvain, 1899 []
  45. PARSONS Talcott, Toward a General Theory of Action, ed. Harper and Row, 1962 (1951 []
  46. BESNIER Jean-Michel, « Les nouvelles technologies vont-elles réinventer l’homme ? », Etudes, 2011 []
  47. DELOITTE, « L’éthique en cette ère de perturbations technologiques », Conférence True North, []
  48. HAESLER Aldo, Hard Modernity. La perfection du capitalisme et ses limites, E-conomiques, 2018 []
  49. PHARO Patrick, Morale et sociologie : le sens et les valeurs entre nature et culture, Folio France, 2004 []
  50. WEBER Max, Le savant et le politique, Poche, 2002 (1917 et 1919 []
  51. HAESLER Aldo, idem, 2018 []
  52. GIESEN Klaus-Gerd, « Transhumanisme et génétique humaine », L’Observatoire de la génétique, 2004 []
  53. MANACH Jean-Marc, idem, 2009 []
  54. ALEXANDRE Laurent, idem, 2012 []
  55. ALEXANDRE Laurent, idem, 2012 []
  56. DUBARRY Thibaut et HORNUNG Jérémy, « Qui sont les transhumanistes ? », sens-public.org, 2008 []
  57. RUMELLO Joël, « «La robolution est en marche» », Ladepeche.fr, 22/05/2015 []
  58. BESNIER Jean-Michel, idem, 2011 []
  59. LE DEVEDEC Nicolas, idem, 2015 []
  60. ELLIOTT Cari et CAPLAN Arthur, “Is It Ethical to Use Enhancement Technologies to Make Us Better than Well ?”, PLoS Medecine, 2004 []
  61. RIEFFEL Rémy, idem, 2014 []
  62. ALEXANDRE Laurent, Conférences USI (Unexpected sources of inspiration), 2017 []
  63. GIESEN Klaus-Gerd, idem, 2004 []
  64. DELOITTE, idem, 2018 []
  65. VERDUGO Gregory, Les nouvelles inégalités du travail, Presses de Sciences Po, 2017 []
  66. VERDUGO Gregory, idem, 2017 []
  67. LE DEVEDEC Nicolas, idem, 2015 []
  68. LE DREF Gaëlle, « L’homme face à l’évolutionnisme : un animal paradoxal », Le Portique, 2009 []
  69. LOUART Bertrand, idem, 1999 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search