L’écriture de la migration dans la littérature et le cinéma contemporains pour adultes et pour enfants : frontières, passages, errances et figures du tragique

Site web du colloque : https://ecrimigr.sciencesconf.org/

Le flux ininterrompu des migrations contemporaines pose, de façon cruciale et récurrente, des interrogations vitales sur notre humanité en marche. Réfugiés climatiques, migrants économiques ou fuyant des guerres et des génocides meurtriers, naufragés de la Méditerranée, apatrides, exilés, ces figures aiguës des crises mondiales de notre planète heurtent notre conscience de l’altérité, nos valeurs, nos idéologies, notre tolérance, nos démocraties.

Le colloque « L’écriture de la migration dans la littérature et le cinéma contemporains pour adultes et pour enfants : frontières, passages, errances et figures du tragique » qui s’est déroulé à l’Université Caen-Normandie, la MRSH et l’Inspé Normandie-Caen du 21 au 23 novembre 2019, soutenu par l’Institut International Charles Perrault a tenté d’analyser ces  migrations contemporaines en prenant comme champs disciplinaires le théâtre, le cinéma, la littérature contemporaine, la littérature de jeunesse afin d’examiner la sémantique, les images, les métaphores, les mots, les espaces pour parler de ces invisibles, de ces humains en errance, de leurs projets, de leurs vies, de leurs inscriptions provisoires ou définitives dans un pays européen, sur un sol qui ne les désire pas, dans des conditions d’une effrayante précarité.

Baudoin, Méditerranée © Gallimard Jeunesse

Réunissant trente-trois communications dont douze sont le fait de chercheurs à l’international (Djibouti, Canada, Madagascar, Belgique, Italie, Allemagne, Espagne, Grèce), sans compter les tables rondes où ont débattu cinéastes, hommes de théâtre et membres de diverses associations locales, l’équipe réunissant quatre chercheurs du LASLAR, Anne Schneider, Yann Calvet, Magali Jeannin et Marie Cleren, a su relever le défi de cette réflexion commune sur les migrations. D’ores et déjà, un deuxième volet à ce colloque est prévu à Dijon les 26 et 27 novembre 2020 sous la houlette de la francophoniste Virginie Brinker.

La première matinée (jeudi 21 novembre) a été ouverte par une conférence inaugurale du poète et homme des lettres, Giovanni Dotoli qui a évoqué la dimension humaine et humaniste de la poésie, capable de prendre en compte l’altérité. S’appuyant sur Emmanuel Levinas, il nous a rappelé que le poète est celui qui développe un lien avec l’autre qui a quelque chose de transcendant. La poésie repose la question de l’immanence et du « rapport avec l’autre homme », pour reprendre Levinas. Cet acte de paix et ce sentiment de fraternité prennent alors leur valeur totale dans et par la poésie. (Conférence filmée : voir la Forge numérique de la MRSH université de Caen )

Les communications suivantes ont permis d’évoquer la confrontation entre utopies et réalités, en particulier dans les régimes de figuration où la vision de l’accueil du migrant, dans un idéal d’hospitalité, est en inadéquation avec leur réalité. La question sémantique s’est trouvée abordée sous les distinctions des termes d’alien, d’étranger et de migrant. (Khalil Khalsi)

Ana Isabel Labra Cenitagoya, quant à elle, explique que la littérature de la migration va jusqu’à un traitement de la question sous la forme de l’utopie. La littérature s’oppose à l’action, ce qui permet de comprendre la détresse du migrant. L’utopie suppose de faire un choix et d’être libre.

Afin d’aborder le théâtre, un ensemble de partenaires institutionnels (Théâtre de la Renaissance, Cie du phénix) proposait une discussion autour de la banalisation du racisme, de la volonté d’une universalité, par des mises en scènes très dépouillées, propres au théâtre du réel, convoquant la figure du migrant pensé dans la relation à l’autre. L’exemple d’Ulysse a également été abordé dans le cadre d’une mise en scène qui confronte notre imaginaire collectif d’Ulysse le voyageur à Ulysse le migrant.

L’après–midi s’est déroulé sous la forme d’ateliers. L’un a permis d’aborder des sphères géographiques différentes : d’un côté, l’Italie, avec les bandes dessinées et les romans de Laurent Gaudé et de l’autre côté, l’île de Mayotte.

Monica Venturi Delporte insiste sur le fait de la nécessité en Italie de raconter la migration et elle précise que les valeurs citoyennes portées par les bandes dessinées le sont autant pour les enfants italiens que pour leurs parents.

Quant aux romans de Laurent Gaudé, Christine Frotin-Bouilly relatent comment ils organisent une onde de choc dans l’espace et dans le temps. Le migrant est un individu qui lutte, un être humain volontaire qui n’a pas peur du risque. La description méliorative qu’en fait Laurent Gaudé se place dans le « faire-savoir ». Face à un « nous » effacé, selon Marielle Macé, il reste l’initiative  individuelle, dans un système plurivocal dans et en écho de la complexité humaine.

Rémi Armand Tchokothe explique, en étudiant des auteurs de Mayotte, sous la forme d’ethnographie littéraire, la géopolitique mondiale et développe le concept de décolonité.

Le deuxième atelier a montré la richesse des ateliers d’écriture créative menée avec des étudiants en langue française à l’université de Thessalonique par Polytimi Makropoulou. A partir de photographies de la migration publiées par des journalistes, les étudiants ont exploré la façon de dire et d’écrire cette expérience vécue à travers la photographie.

Dans un tout autre contexte, Kathleen Gyssels a montré la richesse du microcosme littéraire réuni au Moulin D’Andé, en Normandie, dans l’Eure, à trente kilomètres de Rouen, plaque tournante et refuge de toutes les diasporas d’après-guerre qui a été un lieu fructueux d’échanges et d’influences littéraires de la transmigrance entre de nombreux intellectuels en migration.

Enfin, Lila Amrous a rappelé, à partir d’un corpus engagé de deux recueils de collectifs d’auteurs, parus en 2018, réunissant les productions d’écrivains, d’artistes et d’intellectuels pour mettre en récit des histoires singulières de la migration contemporaine : Au Cœur de l’errance et Osons la Fraternité ! Les écrivains aux côtés des migrants sous la direction de Patrick Chamoiseau et Michel Le Bris, comment se construisait une poéthique active de la migration.

L’après –midi s’est clôturée par la rencontre avec l’écrivain, poète, slameur Marc Alexandre Oho Bambe auteur de Les lumières d’Oudja ne s’éteindront jamais et Le Chant des possibles, qui s’est déroulée sous la scansion de ses textes, moment de partage littéraire unique offert à tous. Marc Alexandre a évoqué notamment la liberté d’avoir « la terre comme village pour faire société, faire peuple ». On peut retrouver cette conférence filmée et ses lectures sur le site de la Forge numérique de la MRSH.

La conférence de Georges Banu, dramaturge, a consisté à définir l’exil versus la migration. L’exil est une expérience individuelle, différente de la migration qui est forcément tragique. L’exil est une conviction qu’on peut s’accomplir ailleurs, alors que la migration ne relève pas d’un choix. Dans le contexte actuel, l’exil implique un départ sans retour. Dans la discussion, l’expérience du dramaturge qui dirige une troupe d’acteurs venus d’ailleurs, met en question l’acteur comme double de l’écrivain qui ne peut s’accomplir pleinement s’il ne se situe pas dans la langue première.

La journée s’est clôturée par un spectacle théâtral présenté à la MDE intitulé Migraaaants On est trop nombreux sur ce putain de bateau, mis en scène par Françoise Labrusse.

La journée du vendredi 22 novembre était consacrée à la littérature de jeunesse. Monique Noël-Gaudreault a présenté une communication sur un roman Rohingyas d’Elisabeth Turgeon sous l’angle du réalisme de la situation des migrants qui permet de « décrypter le grimoire social » et où la parole des personnages est une résistance polémique.

Alexandra Zervou a fait un rappel historique concernant la mer Méditerranée, vue traditionnellement comme une barrière entre les Grecs et les Barbares. A travers la relecture des classiques au miroir de l’actualité, la littérature de jeunesse offre des résurgences de mythes qui permettent d’apprivoiser une réalité complexe. La mémoire historique se réinvente derrière l’idée que nous sommes tous des réfugiés.

Euriell Gobbé-Mévellec rappelle que la littérature de jeunesse migrante est par nature mobile et se fixe dans une forme hybride : l’album amicorum. Les récits migratoires ne peuvent se cristalliser sur un voyage, car il s’agit plutôt de non-voyages. On note également l’absence de plurilinguisme dans la littérature de jeunesse migrante.

Sylvie Dardaillon explore l’univers d’Ahmed Kalouaz, auteur issu de l’immigration algérienne, qui explore dans une trilogie familiale la mémoire intime autour de son père, sa mère, sa sœur, en l’articulant autour de la mémoire collective de l’immigration. Cette maturation par l’écriture lui permet de se construire comme écrivain dans une genèse intime.

L’après–midi, un premier atelier s’est interrogé sur les dits et non-dits de la migration dans la littérature de jeunesse. Ainsi, Marianna Missiou, à travers des albums muets, a cherché à montrer comment l’image explore la question du mouvement migratoire qui permet d’envisager la migration comme un passage naturel de l’humain, qui n’est finalement qu’un homo migratus.

Ces œuvres muettes font la part belle à l’illustration et à l’engagement émotionnel du lecteur. Patricia Mauclair, à partir d’un corpus d’albums espagnols, analyse à l’aide de notions comme le réalisme et le pathos l’universalité de la migration et la souffrance des enfants migrants.

Laurianne Perzo, quant elle, utilise le théâtre, qui permet la distanciation, comme vecteur d’imaginaires qui transfigure la réalité et devient une arme pour résister. Les auteurs sont les passeurs d’une conscience politique qui trouve plus facilement son expression dans le théâtre.

Le deuxième atelier était centré sur le cinéma avec trois communications sur la figure du migrant au cinéma.

Yann Calvet a évoqué le film de Philippe Faucon Amin (2018) fondé sur la rencontre d’une femme française Gabrielle et d’un immigré sénégalais, Amin, rencontre qui mêle deux fragilités et deux solitudes sur la toile de fonds du milieu des ouvriers de chantier, usé par la réalité dure et exténuante de leur travail. Le réalisateur tisse un ensemble de plans-séquences qui font résonner cette misère de l’exploitation humaine et du travail, adossée à la condition aggravante de l’immigré.

Delphine Robic –Diaz a proposé dans une analyse des programmes de courts-métrages animés comment la crise migratoire se trouve représentée par des récits d’enfants et pour des enfants de 9 à 12 ans. A travers un.e petit.e heros-héroïne qui va subir toutes les étapes de l’exil, il va falloir trouver les moyens de comprendre les profondeurs de l’inimaginable tout en restant à hauteur d’enfant. Sous des formes naïves, très colorées, et simplifiées, l’enfant subit une dis-location qui fait du récit d’exil sous son regard exhorbité une épreuve et non un voyage.

Alice Letouat analyse deux films du grand cinéaste finnois Aki Kurismaki qui a toujours parlé en creux dans ses œuvres d’exil et de migration, croisant son regard sur la ville et l’urbanité, sur les marginaux et les rejetés de la société. Dans ses deux derniers films, Le Havre, 2011 et L’Autre Côté de l’espoir, 2017, Kaurismäki met l’accent sur le principe de solidarité pour garder dignité et force. Il témoigne de la réalité migratoire incarnée par les démarches administratives, mais essaye de donner figure à ses personnages, adoptant une position politique jouant sur le hors –cadre.

La table ronde mettait l’accent sur la migration en contexte scolaire du point de vue de ses enjeux et de la construction de la citoyenneté, à partir de corpus variés.

Agnès Girard, à partir du prix UNICEF de littérature de jeunesse, qui avait pour thème en 2018 « Réfugiés et migrants : du déracinement à l’exil », a examiné le corpus sélectionné pour le prix. Une typologie se dégage : le migrant, un personnage comme les autres, les causes du départ (intempéries, conflits, abandon), avec l’importance de l’image de la valise, le voyage (les frontières, les conditions du voyage, le pays fantasmé, l’accueil controversé). Elle a également relevé les procédés littéraires identiques d’un album à l’autre, l’anonymat des personnages, l’humour pour dénoncer et interroger, grâce au décalage entre textes et images.

Morgane Le Meur, à partir d’un corpus littéraire et médiatique (un journal télévisé de Mayotte, un extrait vidéo du Sénat, le roman Anguille sous roches d’Ali Zamir) a exploré le fait médiatique à l’aune de la littérature, à la fois comme prélude à la connaissance du contexte mahorais et comme lecture décalée par rapport aux propos galvaudés et stéréotypés sur la migration. Elle conclue que l’école n’est pas un lieu en dehors de la réalité. La compréhension de la migration fait partie des objectifs du parcours citoyen de l’élève.

Marjorie Jung interroge, à partir des œuvres de Patrick Chamoiseau et d’Emmanuel Mbolela, Frères migrants et Réfugié le rapport qu’entretiennent les écritures de la migration – dans leur réalité protéiforme – et le principe de déterritorialisation. Elle montre de quelle manière le passage de la voix à l’écriture, comme poétique vitale, instaure la possibilité même d’une Relation. Il est possible de soutenir l’idée que les écritures de la migration participent à une forme de conversion : celle d’une esthétique du tragique à un principe de la Relation.

Franck Hivert, à partir de son expérience d’inspecteur et du groupe de travail académique qu’il anime sur les élèves allophones et à besoins particuliers pour le lycée professionnel, a étayé les propos des intervenantes par des exemples issus du milieu scolaire, en termes d’enjeux d’intégration et d’apprentissages adaptés autour d’un accompagnement personnalisé.

La soirée a proposé la projection du film documentaire La Mécanique des flux, réalisé par Nathalie Loubeyre et produit par Eric Jarno. Le film montrait d’une façon implacable la tragique condition des migrants. Les images tournées à la frontière de la Hongrie et du Kosovo, ont révélé la longue marche des migrants et leur ténacité à toujours retenter le passage des frontières. L’immersion au milieu de jeunes hommes migrants a permis de montrer un monde à part, où les jeunes, dans un immeuble délaissé, avaient récréé un microcosme misérable en attendant de  pouvoir passer une frontière.

Le colloque s’est prolongé le samedi matin 23 novembre par une entrée sur la filiation avec la littérature francophone pour retracer la circulation des imaginaires de l’exil.

La conférence d’AMarie Petitjean a croisé deux ouvrages, l’un pour adultes, l’autre pour enfants, autour de l’usage du « nous » dans le récit contemporain. L’usage du « nous » relève d’une identité narrative collective, il s’avère programmatique dans l’album d’Yvan Pommaux, Nous, notre histoire, et il se transforme en « il », s’individualise grâce au « je « dans les bulles. Ensuite, les cartes de géographies remplacent le « nous » qui s’incorpore dans les illustrations, le « nous » revenant à la fin comme une morale conclusive pour parler de la notion de mélange. L’analyse du roman de Léonora Miano, La Saison de l’ombre, montre que le discours de la romancière retrace le « nous » comme affirmation de groupes sociaux culturels, sociaux et sexuels, mettant en place une polyphonie. Le récit se fait grâce aux femmes. AMarie conclue avec Le Clézio sur l’usage plus ponctuel du « nous » comme moteur de la création chez cet écrivain.

Les intervenants tout justes arrivés de Djibouti : Ismane Omar Houssein et Idriss Daher, ont tous les deux évoqué les romans de Abdourahmen Waberi qui casse les codes du récit, faisant en sorte que l’utopie rencontre l’absurde. L’exil est lu par Waberi comme une exaltation de la fièvre migratoire tout en étant décrite comme une satire vengeresse de la société djiboutienne. Réussite et gloire riment avec migration, l’exil n’est pas une aventure à risque, mais un facteur d’ascension sociale. Dire l’exil, c’est être en ex-istence, selon Idriss Daher qui évoque les femmes, les  personnages et les auteurs, seuls à même de pouvoir refonder une communauté.

La suite de la matinée a été consacrée à la question de la mise en écriture des récits de vie de migrants. Marie-Odile Lainé a expliqué sa démarche de recueil des récits qu’elle a réunis sous le titre Rien de ce qui est humain ne m’est étranger (LSAA éditions, 2019). Avec tact et empathie elle a co- écrit les récits de seize migrants qui ont bien voulu revenir sur leur expérience. Difficile positionnement d’une accompagnante qui doit rester au plus près des faits et des ressentis de chacun. Les textes ont donné lieu ensuite à des lectures à voix haute et à divers projets artistiques à Caen.

Léoncia Merveilles Mouloungui a comparé un corpus de littérature  de  jeunesse  francophone : le roman Haïti Chérie de Maryse Condé, la bande dessinée Alpha, Abidjan-gare du Nord de Sandrine Bessora, le roman Célimène conte de fées pour filles d’immigrantes d’Edwige Danticat et la réécriture en bande dessinée de Tropique de la violence de Natacha Appanah. Elle a évoqué le concept de « société-monde », la question de la scénographie post-coloniale et les bigraphies, c’est-à-dire les auteurs qui écrivent aussi bien pour les adultes que pour les enfants.

Clara Zgola, partant d’études urbaines culturelles livre, à propos de deux romans partiellement autobiographiques menés sur des enquêtes de voisinage, le livre de Juliette Kahane Jours d’exil et celui de Anna-Louise Milne 75, une réflexion où l’éthique relationnelle s’impose à travers le rôle joué par la part documentaire dans la fiction.

La conclusion de la table ronde a permis de synthétiser la question du dire : quel discours réinventer pour énoncer le migrant ? quel public visé ? Un public enfantin qu’il faut ménager et qui est pourtant le plus à même de s’emparer de ces questions. Comment le discours sur la migration se frotte aux frontières de la littérature, du social et de l’ethnologie ?

Virginie Brinker a annoncé le deuxième volet de ce colloque qui aura lieu à Dijon le 25-26 novembre 2020 : « Accompagner la migration : des représentations à l’action » Le colloque sera davantage ancré sur des problématiques scolaires et d’accompagnement.

Compte-rendu établi par
Sophie Blanco-Vicente et Anne Schneider


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search