> L’homme génétiquement transformé ?

Dans le cadre de la troisième édition du séminaire « Aux limites de l’humain : Cohabiter avec les machines ? » (Pôle Risque de la MRSH et Master de Sociologie de l’Université de Caen – animé par Frédéric Lemarchand), Gilles-Éric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen Normandie et cofondateur du CRIIGEN, a animé une séance le 5 février 2020. Sa présentation a introduit le transhumanisme sous l’angle de la biologie, le principal objectif étant de donner des clés pour comprendre ce qu’il est possible de faire en biologie dans le projet transhumaniste et donner un aperçu de ce qui a déjà été fait, à travers un récit chronologique du premier manuscrit évoquant l’idée jusqu’à aujourd’hui.

Image par Pete Linforth de Pixabay

Origines et projet du transhumanisme

Epopée de Gilgamesh, tablette 11 : récit du Déluge. Conservée au British Museum de Londres. Licence CC0

La recherche d’éternité est depuis des décennies au centre de nombreux discours scientifiques. Le transhumanisme n’échappe pas à cet objectif. Il s’agit d’un mouvement qui prône les sciences et les techniques pour améliorer la condition humaine. Son projet ? Porter la technique scientifique en valeur absolue. Si le projet transhumaniste semble être relativement récent, G.-E. Séralini souligne pourtant que l’idée de vouloir transcender la condition humaine remonte à des millénaires. En effet, dans le premier manuscrit de l’humanité L’épopée de Gilgamesh (-4.500 avant J.-C.), est retracée l’histoire du roi de la cité d’Uruk qui, conscient de sa faiblesse face à la mort, part à la recherche de l’immortalité notamment afin d’aller combattre les dieux. Ce récit épique, qui est donc le premier témoignage d’un transhumanisme qui n’en porte pas encore le nom, n’en est encore que l’aurore.

C’est la biologie qui va permettre les prémices de ce mouvement, et notamment la génétique que l’on comprendra dès 1677. Ce sont les dernières avancées dans ce domaine qui permettront de modifier l’humain, mais avant cela, et c’est déjà une révolution scientifique, Antoni Van Leeuwenhoek va découvrir et montrer que le patrimoine génétique se transmet d’une génération à l’autre. C’est toutefois avec la compréhension de l’ADN, qui va mettre du temps à se développer, que va apparaître concrètement la forme actuelle du projet transhumaniste en génétique. Les espèces vont commencer à être pensées en termes de patrimoine génétique et à l’aube du 2e millénaire, 98 % du génome humain sera identifié. On retrouve en effet la volonté de dépasser les limites mortelles de la nature humaine, par la phytothérapie dans un premier temps, c’est là l’idée à l’origine du projet transhumaniste qui associe aujourd’hui de nombreuses disciplines à sa cause, mais y compris et tout d’abord la biologie moléculaire et la génétique.

La génétique va ensuite se développer massivement à la suite de la Seconde Guerre mondiale et de l’explosion des deux bombes à Hiroshima et Nagasaki. De nombreux soldats américains sont irradiés, les scientifiques se mettent alors à chercher des mutations afin de les aider à contrer les effets du rayonnement radioactif. Dans le même temps et avec l’arrivée de l’informatique de masse, Norbert Wiener, père fondateur de la cybernétique, théorise la similitude entre l’informatique et la génétique. A cette occasion, se lient le Department of Energy (DOE) et le National Institute of Health dans une course au développement frénétique. Ce dernier est permis par des financements colossaux. Ces financements représentent l’équivalent de PIB de pays développés, à destination directe du DOE. L’assimilation de l’être humain à la machine est la première phase de réductionnisme de la complexité du vivant, on cherche à améliorer le code génétique sans en comprendre la substance – ce qui nous mène aujourd’hui encore à des résultats plus que médiocres. En laboratoire, on estime que moins de 1 % des modifications génétiques qui sont effectuées se déroulent comme prévues (échecs, mutations, mutations silencieuses…). Dans cette conception transhumaniste, le maître-mot n’est pas tant d’aider, ni d’amoindrir, mais bien de dépasser la condition humaine au prix de pertes financières et vivantes absolument extraordinaires. Le transhumanisme est un grand enjeu pour la Sillicon Valley, avec la création de la Singularity University, consacrée à ce mouvement et se situant au sein de la Sillicon Valley.

Ainsi, ce projet transhumaniste est d’abord eugéniste ; produire l’humain parfait, non plus uniquement par l’hybridation naturelle, mais en intervenant directement sur le gène, la cellule, enlevant ce qui cause du tort ou ajoutant ce que nous pourrions considérer de mieux. Porté par toutes sortes d’individus, du mouvement raëlien aux fondations de milliardaires, en cherchant à transcender l’humanité le transhumanisme transperce l’éthique sur son passage. Aujourd’hui, à chaque clonage, fécondation in-vitro réussi, des centaines d’embryons sains mais imparfaits sont mis de côté. Des embryons sont créés uniquement dans le but d’être utilisés à des fins médicales, et certaines limites naturelles vacillent déjà. Des embryons homme-vaches sont créés (sans être viables) dans le but là aussi de servir à pallier tel manque cellulaire ou soigner telle maladie génétique. Et nous voyons apparaître la volonté partagée dans l’univers scientifique de créer une nouvelle espèce humaine, sur-humaine à laquelle nous pourrions opposer nos humanités sauvages car naturellement imparfaites. Certains pays financent déjà l’ajout d’hormones de croissance à nos gènes, pour créer des soldats physiquement plus capables.

Malgré cela, le projet transhumaniste est biologiquement, et génétiquement encore réductionniste. En s’intéressant uniquement à l’identité des gènes, on oublie l’importance de leur environnement, de leur expression et variation temporelle dans la formation des espèces, et c’est là énormément d’inconnues (4 à 5 % du génome est utilisé) à la source des très nombreux échecs, nous renseigne G.E. Séralini. En effet, le séquençage du génome humain a été officiellement terminé et validé en 2004, c’est à ce moment que naît la différence entre modifier l’être humain dans la profondeur et simplement améliorer ou remplacer – dichotomie assimilée par G.E. Seralini à un “faux” et à un “vrai” transhumanisme.

Caryotype – National Human Genome Research Institute – Licence CC

Transhumanisme et religion

À la Silicon Valley, on se retrouve aujourd’hui autour de ce projet. Il est question de nouer éternité et humanité en cherchant à outrepasser la dégénérescence cellulaire causant la vieillesse puis la mort. L’Église aussi à eu ses vues sur ce projet, non au nom de la science mais de la foi, pas en augmentant notre humanité, mais en la transcendant. Et c’est ici une quête éminemment mortelle et partagée que de chercher à s’affranchir de cette date limite, inscrite dans nos cellules qui à chaque division perdent un peu de leur intégrité. Elle nécessite pour qui se l’approprie – la science et la technique aujourd’hui, la foi hier – un peu de cette croyance particulière, confiance absolue qui nous fait considérer aujourd’hui toute découverte comme étant sacrée, et qu’importe le prix qu’elle aura coûté, notamment si elle fait progresser un peu plus le projet transhumaniste.

En effet, la plupart des religions reposent sur le projet d’une immortalité divine, ou d’une vie après la mort qui soit éternelle. Le transhumanisme, de part l’utilisation des nouvelles technologies de pointe et la confiance éperdue en celles-ci, permet d’apercevoir le désir de cette transcendance. Ce qui semble réunir le projet transhumaniste et la religion, c’est la croyance partagée dans la possibilité d’atteindre un certain état post-humain ou sur-humain, laissant entrevoir la promesse d’une vie éternelle. Mais Gilles-Éric Séralini nous met alors en garde contre ces promesses, les intérêts n’étant pas uniquement concentrés autour du projet altruiste d’une enveloppe augmentée ou d’une vie éternelle pour tous.

Ici, la recherche d’immortalité relève chez les individus d’une confiance que l’on pourrait qualifier de “naïve” dans les technologies. Dans ce sens, ce n’est plus une sorte de fantasme ayant pour objectif la transcendance biologique de l’humain, mais bien une confiance des individus envers les objets techniques ayant pour vocation de créer l’homme cybernétique. À l’ère de l’informatique et de l’information, des “big datas” et des réseaux qui nous réduisent nous même à de simples informations, les sociétés actuelles confondent génétique et religion avec la croyance absurde que nous pouvons potentiellement tout résoudre grâce à la manipulation du génome. Les individus ont besoin de croire en la transcendance pour pouvoir vivre dans un monde où tous les indicateurs sont au rouge, et les rares individus qui maîtrise ces projets ont tout pouvoir. C’est pourquoi, la manipulation du génome humain sert surtout des intérêts techniques, politiques et économiques.

Éthique et transhumanisme

Malgré des difficultés de jonction entre la génétique et les sciences humaines, G.-É. Séralini souligne l’importance d’inclure la notion d’éthique au sein du projet transhumaniste. Il est nécessaire de prendre en compte les mœurs et leur évolution. L’apparition de l’école laïque à la fin du XIXe siècle marquera un tournant majeur dans la société. Basée sur les découvertes de la science, le sacré sera peu à peu remplacé par la science. Les premiers comités scientifiques apparaissent, composés de techniciens chargés de donner un avis sur lequel se basent les ministres. Toutefois, ceci amène à des questions éthiques liées à la responsabilité : en cas de mauvaises expériences, qui est coupable, à qui revient la responsabilité ? En surcroît, la question de pouvoir se pose également, nous sommes encore aujourd’hui entourés de mythes qui servent la société économiquement. Ce sont ceux qui maîtrisent la transcendance qui ont le pouvoir, et si c’était auparavant par le biais de la religion, désormais c’est par la science.

D’autant plus que le transhumanisme en tant que manipulation des limites naturelles est déjà à l’œuvre. Pour illustrer, nous le retrouvons en permanence dans le milieu sportif avec les dopages génétiques qui se font de plus en plus fréquents, le débat ne portant plus sur l’injection d’hormones comme c’était le cas auparavant, mais sur l’injection de gènes. Il s’agit d’une vision assumée du transhumanisme chez des individus consentants. En outre, il faut plusieurs années pour parvenir à mettre en place un processus de contrôle anti-dopage génétique.

Les questions éthiques sont alors nombreuses et une véritable pression se crée pour ne pas dépasser la morale en biologie. En effet, le clonage thérapeutique reproductif est, selon G-É Séralini, acceptable par la société car elle répond à une norme qui est celle du désir d’enfant, partagé par l’ensemble de la société. Alors que la critique du téléthon en tant que manipulation émotionnelle dans le cadre de thérapies géniques, est quant à elle inacceptable pour l’ensemble de la société car reposant sur la valeur “sacrée” (mais déguisée) de la charité publique envers le handicap.

Il serait pertinent d’approfondir les problématiques de justice sociale qui peuvent se jouer au sein du projet transhumanisme. En effet, comme décrit plus haut, les intérêts qui se jouent autour de ce projet servent surtout les politiques et l’économie dominante. Ainsi, ce sont surtout les individus appartenant à ce milieu fermé de l’économie dominante qui peuvent espérer avoir accès un jour à un état de transcendance presque divine. Les individus n’ayant pas ces ressources n’ont alors aucune possibilité d’accéder à cet état, creusant un peu plus profond le fossé de nos inégalités.

Conclusion

Le transhumanisme est un vaste objet sociologique qu’il conviendrait d’étudier et de critiquer plus en détails, dans chaque forme qu’il revêt. L’intérêt pour le dépassement de la condition humaine, nous l’avons vu n’est pas nouveau. Les moyens mis à disposition pour atteindre cet objectif en revanche ont évolués et la modification génétique, l’informatique, la biologie et les sciences en général prennent la place du “vecteur de sacré”, autrefois religieux. Si la modification génétique rencontre encore de nombreux écueils moraux et pratiques dont elle ne tardera pas à s’affranchir, il convient de se demander en toute simplicité, que pouvons-nous réellement attendre de ces avancées ? Sans l’introduction d’un ordre moral dans ces disciplines et d’un contrôle réel sur les recherches effectuées, nous pouvons aujourd’hui estimer que l’homme de demain sera un objet de pouvoir absolument inédit, qui sans socialisation des découvertes sera sans doute vecteur d’inégalités dont la dimension sera elle aussi, inédite.

Maëva Ricci, Lola Martin, Antoine Talva et Lucas van Melle
Étudiants en Master GREEN
(Gouvernance des risques et de l’environnement)
Université de Caen Normandie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search