Espace de réflexion éthique

La sixième Journée étudiants – Citoyens a eu lieu le lundi 9 avril 2018 dans l’amphithéâtre Hippocrate du PFRS, de 13h30 à 19h30. Cette journée organisée par l’Espace de Réflexion Éthique de Normandie (EREN) avec l’aide de Groupe d’Éthique Clinique (GEC) du CHU de Caen avait lieu cette fois dans le cadre des États généraux de la bioéthique.

Cette journée mise en œuvre par le professeur Grégoire Moutel, directeur de l’EREN, et par monsieur Guillaume Grandazzi, coordinateur de l’EREN, permet à des étudiants des différentes disciplines concernées de croiser leur regard sur un cas clinique concret qui relevait cette année de la génétique et de la médecine prédictive. Deux étudiants par discipline participent donc à une table ronde après avoir été guidés et aidés par des enseignants-chercheurs référents. Le principe même de cette rencontre est de poser les questions éthiques les plus graves, les plus urgentes, eues égard aux progrès de la médecine et aussi parfois les plus sensibles par rapport aux différentes convictions personnelles, mais avec le fil conducteur d’un cas concret, cette fois sur le risque de transmettre une mutation génétique relative au cancer du sein, qui permet de ne pas se perdre dans des généralités sur le bien et le mal.

Devant un très large public composé d’étudiants de santé, mais également d’autres disciplines, notamment en sciences humaines, d’enseignants-chercheurs, dont de nombreux chercheurs de la MRSH, de médecins de toutes les spécialités, de représentants d’association et de membres de la société civile, le professeur Moutel a commencé par rappeler les principes fondamentaux d’une éthique de la discussion, puis a cédé la parole à monsieur Pierre-Henri Duée, membre du Comité Consultatif National d’éthique qui présidait la séance. Monsieur Duée a commencé par rappeler l’importance de cette réflexion éthique afin de ne pas s’en tenir aux simplismes et aux pseudo-évidences du bon sens et pour prendre en compte toute la complexité des situations.

La table ronde a commencé par les étudiants de médecine qui ont souligné la complexité du cas proposé et la difficulté à déterminer ce qu’est un « risque particulièrement grave ». Ils ont également soulevé le problème d’une possible dérive eugéniste de la sélection des embryons. Les étudiantes de maïeutique ont insisté sur le caractère lourd du parcours thérapeutique envisagé et sur le danger d’une perte d’estime de soi avec le cancer du sein, qui ébranle la féminité, tout en affirmant le principe d’autonomie de la mère. Les étudiants de sociologie ont rappelé la dimension sociale de la question et le grand danger des inégalités sociales dans le domaine de la santé, tout en posant la question essentielle de ce qu’est une vie bonne et en mettant en cause l’utopie d’une santé parfaite et d’un bébé parfait. Les étudiants de droit ont posé la question de savoir s’il serait possible de donner des critères objectifs de ce qu’est une “particulière gravité”. Tout en développant sur la PMA, ils ont envisagé l’intérêt de l’enfant et eux aussi les risques d’eugénisme dans le diagnostic prénatal et le diagnostic préimplantatoire. Les étudiants de philosophie ont terminé en mettant en valeur la difficulté de vouloir éviter une probabilité de maladie et non une certitude de maladie ; Tout en avançant que le choix entre les embryons n’est peut-être pas un simple choix entre des choses, ils ont défendu la nécessité de ne pas confondre la volonté d’avoir un enfant, sa valeur absolue, et le souci légitime, mais relatif, qu’il soit dans la plus grande santé possible. Le mal pourrait se glisser dans cette confusion de l’absolu, l’existence, et du relatif, la santé, que tous les étudiants, d’une manière ou d’une autre, ont dénoncée.

Il y aura un compte-rendu complet de cette journée qui attestera de la profondeur des interrogations développées par les étudiants et de la qualité des échanges avec la salle. Monsieur Pierre-Henri Duée a insisté sur la force de ces regards croisés et a montré à quel point la recherche était enfin sortie du « tout génétique » dans la réflexion sur la personne humaine. Il a terminé cette journée par une conférence, dans laquelle tout en citant Hans Jonas, Paul Ricœur et Aristote, sur la responsabilité qui augmente avec le savoir, il a exposé les enjeux et les méthodes des états généraux de la bioéthique.

Emmanuel HOUSSET
Identité et subjectivité, université de Caen Normandie,
Membre du conseil d’orientation de l’EREN
Membre du groupe d’Éthique Clinique du CHU de Caen


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Drouet dit :

    Bonjour. Où pourrai je trouver ce CR, étant intéressée par la bioéthique à divers niveaux depuis plus de 25 ans?
    Cordialement,
    M.D.

    • Dominique Hureaux dit :

      Je me renseigne, je reviens vers vous dès que possible

    • Dominique Hureaux dit :

      Voici la réponse que l’on vient de me faire : ce compte-rendu va prendre un peu de temps car il va être associé à toutes les journées qui ont eu lieu sur le même thème cette année en Normandie. Pour cette journée Etudiant-Citoyen les enregistrements devraient être disponibles sous peu sur le site de l’EREN (pas de date précise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.