Sociologie par gros temps. Quelques questions de recherche livrées à chaud

La Grande Vague de Kanagawa, 1830, Hokusai

Il est bien évidemment difficile de penser les événements « à chaud ». On se souviendra de ce que trois sociologues seulement (Morin, Castoriadis et Lefort) avaient saisi Mai 68 (La brèche) sur le vif. Toutefois, à défaut de savoir de quoi sera fait le monde à venir, puisqu’une catastrophe dessine un avant et un après, la radicalité de ce qui arrive – expression chère à Hannah Arendt et Günther Anders[1] – nous oblige à un effort de problématisation, de formulation d’hypothèses et de questions de recherche à partir de ce que nous savons, des crises passées et des bilans que nous avons pu en tirer. Familier des crises sanitaires pour avoir exploré la Vache folle, l’amiante, les perturbateurs endocriniens et les catastrophes nucléaires (Tchernobyl et Fukushima), je livrerai ici mes toutes premières impressions et réactions à la crise et au confinement qui s’en est suivi. Mais les questions de recherche en sociologie, anthropologie et psychologie sont, face à un tel événement, pour ainsi dire sans limites. Celles qui suivent ne sont pas destinées à être consensuelles ni politiquement correctes, mais elles recoupent, au moins partiellement, différentes analyses livrées par les sciences humaines (Keck, Bensaude-Vincent, Latour, Agemben….  ) dans le contacte de crise.

 1 – Nous vivons une expérience inédite depuis 1945, en tant qu’individus (soumis à un régime de restriction totale de déplacement) et en tant qu’humanité puisque jamais le rythme du « progrès », la circulation des humains et des marchandises, jamais la fureur des machines ne s’était tue depuis notre entrée dans l’ère industrielle. Il n’y a plus que les informations qui circulent… et les virus. La moitié de l’humanité (la plus riche et la plus polluante) est à l’arrêt. Rachel Carlson avait publié dans les années soixante un fameux ouvrage intitulé Silent spring pour désigner le silence des campagnes américaines suite à l’utilisation massive de DDT qui avait entrainé la disparition de la faune avicole. Notre printemps silencieux n’est plus tant lié à la disparition des oiseaux empoisonnés ou des inssectes qui leur servent d’alimentation qu’à la mise en suspens des activités humaine alors que des animaux sauvages « refont surface » ici et là, comme pour nous rappeler que la nature, celle que nous avons chassé de nos préoccupations immédiates, est toujours là. Des biches se baignent sur des plages urbaines normandes, des daims aperçus dans une ville du Val-de Marne… Que signifie cette inversion ? Saurons-nous en interpréter les signes ?

 2 – Cette pause, forme suprême du ralentissement tant désiré par les mouvements écologiques, est-elle l’occasion de « faire le point » ? On pourra en douter. On pourra aussi espérer. Stocks de pâtes dévalisés et rumeur continuelle des médias branchés sur le SAMU contribuent à maintenir un climat anxiogène peu propice à la pensée, à une prise de distance qui pourrait nous conduire à envisager ce ralentissement comme une opportunité, une chance, une preuve de ce que c’est possible … Nous peinons à croire que le niveau d’émission de carbone de nos économies mises en panne est celui que nous devrions maintenir pour limiter la hausse de la température mondiale à 2°C en 2100 ! La peur est un mode de gouvernement bien connu des tyrans, nous en sommes plus particulièrement victime en ces temps de crise. Que va-t-il donc se produire dans les esprits – y compris de ceux qui gouvernent – lorsque le couvercle va se lever ? Reprendrons-nous frénétiquement nos habitudes comme pour oublier, dans le festin joyeux de la consommation, ces signaux que nous peinons à regarder en face ? L’accélération a toujours constitué une puissance d’oubli, l’Allemagne fuyant son passé l’a bien compris dans l’après-guerre. Le « déconfinement » devrait conduire au ralentissement, si nous étions rationnels, mais déjà les signes d’un désire de « reprise » et d’accélération se font jour dans le bruit de fond de l’époque. Les « sciences » humaines ne permettraient-elle pas de donner au public des prises pour ne pas perdre la trace, pour constituer ces épreuves personnelles en expérience collective, comme nous avons tenté de le faire pour Tchernobyl pendant vingt ans ?

 3 – Qui parle de « ce qui arrive » aujourd’hui ? Le Pouvoir qui nous décrit une situation de guerre, mais quelle guerre ? Nous vivons une crise sanitaire, majeure certes, mais certainement pas une guerre. Dans une guerre, il y a un ennemi, avec lequel, au besoin, on négocie ou que l’on pousse à la capitulation. Là, nous affrontons un virus – d’ailleurs issu pour partie de l’élevage industriel[2] – qui « vit sa vie » et avec lequel nous devons composer puisqu’il n’existe aucun moyen de le supprimer. Le discours martial n’a pour vocation qu’à instaurer un état d’exception, qui suspend le régime du droit ordinaire (la liberté d’aller et venir, celle d’être ensemble, mais aussi la protection des données individuelles). Il faudra se demander si nous souhaitons prendre comme modèle de gestion de crise les moyens mis en œuvre par des régimes non-démocratiques tels que la Chine qui s’impose comme leadership mondial dans la gestion des crises sanitaires. La santé a pris le pouvoir, mais qui questionne la vie humaine dans ses dimensions sociales, symboliques et collectives. Prépare-t-on, et avec qui, une société du « sans contact » généralisé ? A-t-on le droit de se demander si la culture, la liberté, la possibilité d’être ensemble (pour enterrer ses morts par exemple) sont des enjeux supérieurs ou au moins équivalent à la santé biologique ?

 4 – A partir des premières estimations relativement fiables (les épidémies ont l’avantage d’être modélisables, même si on ne connaît pas complètement le virus) qu’est ce qui peut justifier la destruction des économies mondiales, et donc nationales ? Une grippe saisonnière fait 10 000 morts en France, on en attend environ 30 000[3] avec le COVID19. En face, 50 (ou 100) milliards d’endettement, des centaines de milliers d’artisans, d’entrepreneurs, d’intermittents ruinés, et certainement de très nombreux suicides, sans compter les décompensations, les psychoses, les passages à l’acte, les violences conjugales. Angela Merkel se posait cette même question, au moment de décréter le confinement général et prolongé de toute la population allemande, de savoir si le remède ne serait pas pire que le mal. Cette configuration n’est pas sans rappeler la parabole de Kafka intitulée La taupe géante, qui pose la question de savoir si ce qui protège – s’enterrer dans un réseau de galeries – n’est pas aussi ce qui tue. Le poète Hölderlin avait écrit cette phrase célèbre « avec le danger, croît aussi ce qui sauve », avec Kafka, nous pourrions renverser les termes de cette proposition.

Il faudra encore s’interroger longuement sur la singularité de cette crise qui conduit le politique à sortir de son régime de gouvernance habituel (la recherche à tout prix de la croissance) alors que des pratiques sociales légitimées du système de production atteignent des niveaux de morbidité et de létalité comparables (agriculture à pesticides, système de transport carboné, etc.) ?

 5 – Alors qu’on invite la « Nation » à applaudir le corps médical, pour en faire l’armée des héros d’aujourd’hui, alors que les structures de soins manquent cruellement de moyens, de matériel et surcout de praticiens. Cette grande prise de contrôle de la population n’a de sens qu’à considérer la défaillance de notre système de santé – dont on ventait pourtant la robustesse – et des structures pour faire face à ce type de pandémie, pourtant largement prévisible et même annoncées. Qu’est ce qui permet d’expliquer cette cécité des responsables des pays qui se réclament de la rationalité instrumentale face à la survenue des catastrophes ? Quel catastrophisme éclairé, pour reprendre l’expression de J.-P. Dupuy[4]permettrait de rendre crédible la survenue du pire pour que l’on puisse lui donner une valeur ontologique, une existence réelle future… afin qu’il ne se produise pas. S’appuyant sur l’exemple de la dissuasion nucléaire, Jean-Pierre Dupuy, avec lequel j’ai cheminé,  questionne notre incapacité au changement d’attitude vis-à-vis de l’avenir qui devrait être le nôtre si nous ne voulons pas sombrer dans la catastrophe à travers une réflexion fondamentale sur la catastrophe et notre aveuglement face à sa possibilité et même sa certitude. Le changement climatique, la fonte du permafrost nous promettent de nombreuses surprises microbiologiques dont la crise sanitaire que nous traversons n’est qu’une prémisse. Comment du reste associer les citoyens, dont la vie ordinaire est désormais engagée dans le système de contremesures, dans la construction d’une réponse collective qui ne serait pas basée que sur l’idée du seul maintien d’une vie biologique ? Cette question éthique se pose déjà pour les « fin de vie » (dont nous venons de mettre à jour l’existence avec le problème des Ehpad), se posera-t-elle pour la vie en général ?

6 – Enfin, on peut craindre qu’au sortir de cette crise le régime d’exception instauré dans ce « banc d’essai » grandeur nature de prise de contrôle mondial des populations ne devienne la norme ? Les mesures anti-terroristes post-11 septembre sont pour beaucoup restées en place, en sera-t-il de même après le coronavirus ? Pire, allons-nous vers la mise en place « préventive » de technologies de traçabilité des individus, de contrôle des masses dont auraient rêvé les régimes totalitaires (grâce au 5G et à la société du « tout connecté » c’est-à-dire du « tout contrôlable ») ? La question politique est plus que jamais inscrite au cœur des dispositifs techniques qui vont se faire jour et qui ne seront jamais que l’accélération de ce qui est déjà en cours.

Frédérick Lemarchand

Professeur en Sociologie, Université de Caen Normandie
Co-directeur du CERREV
Ci-directeur du pôle Risques de la MRSH


[1] Hannah Arendt et Günther Anders, qui furent mari et femme, formés à la philosophie en Allemagne dans les années trente et condamnés à l’exil, ont tenté de saisir la nature des phénomènes les plus fondamentaux de la modernité technique (le système totalitaire, la bombe atomique, les métamorphoses du travail…) et ont laissé une œuvre essentielle à la compréhension du temps présent.

[2] Non, les marchés de produits frais ne sont pas responsables de l’épidémie du nouveau coronavirus”, GRAIN, 27 février, https://grain.org/e/6420

[3] Observatoire Geo Epi COVID 19

[4] Dupuy Jean-Pierre, Pour un catastrophisme éclairé, Seuil points, 2004.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.