Les trois échelles géographiques d’un virus

Rue vide, Eugeniu – Pixabay

Depuis la mi-mars, un virus rôde. Les rues se sont vidées, terrasses et jardins publics ont fermé. Comme le rappelle Georges Pérec « Nous vivons dans l’espace, dans ces espaces, dans ces villes, dans ces campagnes, dans ces couloirs, dans ces jardins. Cela nous semble évident. (…) Mais cela n’est pas évident, cela ne va pas de soi »1. Perçu comme « allant de soi », notre « espace vécu »2 s’est bizarrement transformé. Lorsque les rues, les jardins, les bureaux sont délaissés, le logement s’adapte. À son tour, il devient rue, jardin ou bureau : les enfants y dessinent, jouent au ballon, tandis que les parents tentent de « télétravailler » sur une table reconvertie en poste informatique.

D’autres lieux deviennent invisibles, faute de fréquentation : le centre commercial, la gare, le stade, le cinéma. Les transports en commun sont délaissés : on n’a plus besoin d’aller là où ils vont et on redoute la promiscuité qu’ils imposent. L’automobile ne roule presque plus, alors que beaucoup juraient ne pouvoir s’en passer. En temps normal, les Français parcourent trente kilomètres par jour, dont environ 25 en automobile3. Ces parcours joignent le domicile au travail, ils permettent la consommation ou la conduite des enfants à l’école. Juxtaposés, ils structurent des aires urbaines, dessinées par l’INSEE autour des agglomérations4. La restriction de nos déplacements a appauvri ces parcours et les aires urbaines, à leur tour, se sont évanouies5.

Pour la première fois depuis la deuxième guerre mondiale, l’humanité combat un fléau d’ampleur globale : des dizaines de milliers de décès, la moitié des Terriens « confinés » afin de limiter la propagation du Covid-196. La réponse prioritaire concerne les malades : approvisionnement en médicaments et en matériel médical, transferts des cas graves, hôpitaux de campagne, aides à la recherche. Les mesures d’urgence concernent aussi les populations non-atteintes, obligées au confinement. Pour ces milliards d’humains, il faut maintenir l’activité économique, faire la classe à distance, assurer l’approvisionnement, organiser le chômage partiel, déterminer les services qui resteront accessibles. Surtout, mobiliser les sommes colossales nécessaires au financement de toutes ces mesures.

Dans cette « guerre »7, les institutions plébiscitées par quatre décennies de dérégulation sont étonnamment absentes. Affaiblie, l’Union Européenne ne parvient pas à coordonner l’action des états-membres. Les collectivités territoriales, particulièrement les municipalités, agissent dans la proximité mais ne peuvent développer des politiques générales. Les « métropoles », soient les grandes villes motrices de la mondialisation économique, portées aux nues depuis deux décennies, en sont réduites à faire appel aux gouvernements et aux institutions européennes8.

À contrario, l’épidémie démontre la mobilisation des appareils d’états et des gouvernements centraux, à rebours des prédictions néolibérales qui annonçaient leur fin prochaine. Partout dans le monde, indépendamment de l’orientation idéologique des dirigeants et de la sensibilité des sociétés, les états réapparaissent et proposent des stratégies diverses : ainsi, les mesures de confinement de l’Italie ou de la France diffèrent-elles des dépistages précocement développés en Corée du Sud. S’il se confirme, quelle caractéristique prendra ce « retour de l’état »9 ? Un retour des politiques publiques d’investissement et de redistribution ? Ou le triomphe des souverainismes et des populismes ?

Outre ses effets directs, l’épidémie de Covid-19 bouleverse trois échelles de notre espace vécu : le logement, la ville, le monde. Comment ces échelles se recomposeront-elles après la crise ? Les tendances au repli et à la méfiance vont-elles se renforcer, consacrant mon « chez-moi », mon « quartier », mon « identité » ? À contrario, la crise engagera-t-elle l’humanité vers plus de solidarité ? Avec mon voisin comme avec l’ensemble des Terriens : « vous, mes amis que je ne connais pas »10.

1 Georges Pérec, 1974, Espèces d’espaces. Paris, éd. Galilée, 122 p. Avant-propos p. 13.

2 Armand Frémont, 1976, La région, espace vécu. Paris, PUF coll. SUP, 223 p.

3 Jean Viard, 2011. Nouveaux portraits de la France. La société des modes de vie. La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 204 p. Information p.

63. Véronique Lamblin, Jacques Theys, 2003, Radioscopie de la France en mutation, 1950-2030. Rapport d’étude de l’association Futuribles, 2 vol. Chap. 28 « La mobilité quotidienne ».

4 La définition des aires urbaines est disponible sur : https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/espace-a-dominante-ubaine-aires-urbaines/ 5 Le décret du 23 mars 2020 réglemente les sorties et incite à limiter les déplacements dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile. 6 3 avril 2020

7 Discours du Président de la République française, 16 mars 2020.

8 Maire-Info, 2 avril 2020, « Covid-19 : l’appel des maires des grandes villes européennes aux gouvernements et à l’UE ».

9 Sarah Knavo, 2020, « La crise du coronavirus marque-t-elle le retour de l’état ? ». Figaro/Vox [en ligne] publié le 23 mars 2020 : https://www.lefigaro.fr/vox/politique/la-crise-du-coronavirus-ou-le-retour-de-l-etat-20200323

10 Jean Ferrat, Hourrah ! Parole et musiques de l’auteur, novembre 1964.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search